En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre CPJ-2022-001 - MAThématiques de la CRYptographie H/F

Chaire de professeur Junior : MATCRY

MAThématiques de la CRYptographie H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
FrenchEnglish

Date limite de dépôt des candidatures : 31/08/2022

Informations générales

Date de publication : 20/05/2022
Type de contrat : Chaire de professeur Junior
Section du CoNRS : 41 - Mathématiques et interactions des mathématiques
Durée du contrat : 5 ans. A son terme, le titulaire du contrat a vocation à être titularisé dans le corps des directeurs de recherche.
Date d'embauche prévue : 01/12/2022
Rémunération : Rémunération brute annuelle de 54 600 Euros à 57 800 Euros selon l’expérience professionnelle
Environnement Financier : 320 000 € pour la durée du projet

Thématique scientifique

Mathématiques

Stratégie d’établissement

Le contrat d’objectifs et de performance 2019-2023 du CNRS fait de la sûreté du monde numérique une priorité thématique. La cybersécurité et, en particulier, la protection des données personnelles ainsi que la transparence des traitements, sont explicitement citées comme nécessaires à la préservation de la confiance de la société dans le numérique. Le projet proposé vise à tester, comprendre et démontrer la robustesse algorithmique des protocoles et proposer de nouveaux algorithmes préalables à la mise en œuvre de protocoles. Ce projet s’inscrit dans les stratégies nationales et en particulier dans les PEPR Quantique et PEPR Cryptographie.

Stratégie du/des laboratoires d’accueil

Laboratoires d’accueil envisagés : Bordeaux (IMB - UMR5251), Caen (LMNO - UMR6139), Grenoble (Institut Fourier - UMR5582), Marseille (I2M - UMR7373), Versailles (LMV - UMR8100), Villetaneuse (LAGA - UMR7539). Les laboratoires proposés ont tous des équipes de théorie des nombres et cryptographie actives et dynamiques. Ils s’insèrent dans un environnement plus global de sécurité numérique. Les thématiques abordées dépendront évidemment du laboratoire d’accueil.

Résumé du projet scientifique

La cryptographie est une composante majeure de la cybersécurité garantissant un monde numérique sûr. Elle est aussi un moyen de défense et expression des droits des citoyens.
La cryptographie repose dans un premier temps sur un ensemble d’algorithmes (avant un deuxième temps qui est la mise en œuvre opérationnelle de ces algorithmes sous forme de protocole puis d’un troisième temps d’implémentation effective) dont l’efficacité dépend de la preuve d’impossibilité de résoudre « en temps acceptable » certains problèmes mathématiques, c’est-à-dire essentiellement de la preuve de complexité calculatoire. Un nouveau champ s’est déjà ouvert à la cryptographie qu’il convient de renforcer : la résistance aux attaques par des ordinateurs quantiques. Cela s’ajoute au champ de la résistance aux attaques par ordinateurs classiques (pré-quantiques) qui est loin d’être épuisé et va encore être utilisé pendant des années.
Les mathématiques interviennent de façon centrale dans trois axes principaux :
• Trois familles de systèmes intéressent les mathématiques : ceux à base de codes correcteurs, ceux à base de réseaux euclidiens et ceux à base d'isogénie entre courbes elliptiques. Ces systèmes sont en cours de standardisation mais souffrent encore de gros inconvénients (taille des clés pour les codes et les réseaux, efficacité pour les isogénies) qui doivent être levés. Les signatures post-quantiques ne sont pas encore non plus au point.
• La résistance des algorithmes pré et post-quantiques aux attaques par canaux cachés (énergie, analyse acoustique du bruit d’un processeur, ...) qui exploitent les fuites d'information apparaissant nécessairement pendant un calcul qui utilise le secret. Ce domaine est essentiellement vierge en post-quantique et demeure peu connu en pré-quantique.
• Le calcul sur les données chiffrées dans lesquelles de nombreux progrès sont attendus dans les années à venir et avec un potentiel fort impact : une application est le chiffrement homomorphe permet de faire des calculs sur des ordinateurs distants de façon que l’administrateur de l’ordinateur n’accède ni aux entrées, ni aux sorties. L’application visée est l’IA sur données chiffrées.

Résumé du projet d’enseignement/d’observation

La personne recrutée interviendra dans des enseignements de haut niveau avec une spécialisation mathématique. Elle pourra être amenée à proposer des enseignements interdisciplinaires dans les thématiques de la chaire.

Diffusion scientifique

La diffusion des résultats passera par des publications dans des journaux internationaux reconnus. Par ailleurs, le projet mettra en œuvre une communication vers des cibles diverses telles que communautés scientifiques, médias, décideurs, grand public, scolaires, etc … avec un calendrier adapté. Des outils spécifiques pourront être développés comme des sites web, une newsletter ou encore des rencontres, colloques internationaux, écoles d’été et conférences.

Science ouverte

Le CNRS développe une politique forte en faveur de la science ouverte. La science ouverte consiste à rendre « accessibles autant que possible et fermés autant que nécessaire » les résultats de la recherche. À ce titre, le CNRS vise à ce que 100 % des textes des publications issues des travaux de ses unités soient rendues accessibles, notamment grâce au dépôt dans HAL. Les données produites doivent aussi être rendues disponibles et réutilisables, sauf restriction particulière. Par ailleurs, les principes directeurs de l’évaluation individuelle sont revus en conformité avec la déclaration DORA, plus qualitatifs et tenant compte de toutes les facettes du métier de chercheur.

Science et société

La relation science-société est désormais reconnue comme une dimension à part entière de l'activité scientifique.
Le projet développera cette dimension en synergie avec tous les partenaires. Les travaux de recherche qui en seront issus contribueront à éclairer la décision publique. Des initiatives de sciences participatives pourront être initiée avec des acteurs de l’eco-système socio-économique et culturel du projet.

Indicateurs

L’activité sera évaluée notamment sur la base de la production scientifique (publications, logiciels, patent, etc.), sur les partenariats institutionnels et privés formalisés par des contrats, sur le rayonnement international, sur la valorisation des travaux vers des communautés scientifiques pluridisciplinaires, sur l’innovation et son transfert vers la société et sur la diffusion scientifique à destination de publics non spécialistes.

Mots clés

cybersécurité, cryptographie, cryptographie post-quantique, codes correcteurs, réseaux euclidiens