En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR9199-ANSPER-001 - Postdoc (H/F) – Modélisation cellulaire de la maladie de Huntington avec des iPS humaines

Postdoc (H/F) – Modélisation cellulaire de la maladie de Huntington avec des iPS humaines

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR9199-ANSPER-001
Lieu de travail : FONTENAY AUX ROSES
Date de publication : lundi 13 janvier 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 6 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : à partir de 2600€ brut mensuel selon experience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Chercheur post-doctorant (H/F), CDD de 6 mois pour améliorer et utiliser des nouveaux modèles cellulaires humains permettant de comprendre le rôle de la HTT et l'impact de la mutation causale de la maladie de Huntington dans les neurones striataux et corticaux du cerveau de patients. Ces deux types de neurones sont les plus atteints par la maladie. Ils seront produits à partir de différentes lignées de cellules souches pluripotentes humaines (iPS) normales, mutantes et génétiquement modifiées.
Le Huntingtine (HTT) est une protéine d'échafaudage impliquée dans un très grand nombre de fonctions cellulaires essentielles à la survie et l'activité des neurones. La mutation causale de la maladie de Huntington est une augmentation, supérieure à la normale, de répétition de triplet CAG au sein de l'exon 1 du gène HTT.

Activités

Le projet combinera un large éventail d'approches de biologie cellulaire et d'analyses biochimique et par imagerie. Le(la) candidat(e) retenu(e) devra :

- Produire différents clones de lignée iPS humaines dont le gène HTT est édité par technologie CRISPR-Cas9
- Amplifier, contrôler la qualité, mettre en banque et différencier en neurones des lignées iPS humaines
- Analyser différents phénotypes cellulaires liés à la modulation de l'activité de la HTT par analyses biochimique ou par imagerie sur cellules vivantes ou fixées
- Analyser et communiquer les résultats produits
- Rédiger des articles scientifiques.

Compétences

Le candidat devra être titulaire d'un doctorat en neurosciences et avoir fait preuve d'une recherche productive.
Le candidat devra impérativement pouvoir démontrer de compétences établies de la culture et la différenciation neuronale de cellules souches pluripotentes humaines et dans l'édition du génome par technologie Crispr-Cas9. Il devra être motivé par la recherche biomédicale, autonome, rigoureux et capable de travailler en équipe.
Le candidat devra par ailleurs posséder de solides connaissances en neurobiologie, en biologie cellulaire et/ou biologie du système nerveux central.

Contexte de travail

Le programme fait partie d'un effort de longue date visant à établir des modèles cellulaires de pathologies neurodégénératives à partir de cellules souches pluripotentes humaines.
Le présent projet est centré sur l'étude de la fonction normale de la HTT (i.e non mutante) dans un contexte wt et pathologique (HD). L'équipe auquel le demandeur se joindra est co-dirigée par le Dr Anselme Perrier. La thématique de l'équipe est «Interactions cellules-cellules dans les maladies neurodégénératives : Modèles et Biothérapies ». L'équipe fait partie de l'unité CEA/CNRS/Univ Paris Saclay UMR9199 dirigée par le Dr Emmanuel Brouillet dans le département MIRcen dirigé par le Dr Philippe Hantraye au centre CEA de Fontenay-aux-Roses.

Contraintes et risques

Pas de risques spécifiques autres que celles classiquement associées à la biologie cellulaire.

On en parle sur Twitter !