En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8212-THOLAU-001 - Postdoc in urban carbon emissions and air quality (H/F)

Postdoc in urban carbon emissions and air quality (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8212-THOLAU-001
Lieu de travail : GIF SUR YVETTE
Date de publication : lundi 21 janvier 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : from 2,600 to 3,000€ before tax depending on experience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Suite à la migration rapide des populations vers les zones urbaines, et ce dans la plupart des régions du monde, les gouvernements locaux et nationaux cherchent des solutions pour freiner l'augmentation rapide des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) issues des métropoles. Les outils utilisés pour estimer les émissions urbaines se basent principalement sur des inventaires et des statistiques de production et de consommation d'énergie, souvent établis sur la base du volontariat. Pour aider à la réalisation de ces inventaires, les méthodes se basant sur les observations atmosphériques de gaz à effet de serre, offrant une estimation quasi-indépendante des émissions, ont été évaluées pour venir complémenter les données relatives aux activitiés socio-économiques. Mais les approches atmosphériques souffrent d'un manque de visibilité sur les mécanismes à l'origine des émissions, et donc à l'attribution des émissions de GES à un secteur d'activités donné, ne produisant que des bilans globaux des GES sur les zones urbaines. Pour mieux comprendre l'origine des sources et aider à l'attribution des émissions par secteur d'activités économiques, les systèmes d'assimilation atmosphériques ont besoin d'intégrer d'autres observations telles que des espèces réactives mesurées pour la qualité de l'air ou l'étude du fonctionnement des plantes.
Le poste proposé s'adresse à un(e) chercheur(e) post-doctoral(e) qui travaillera sur l'étude des émissions de gaz à effet de serre issues des grandes métropoles en s'intéressant particulièrement aux relations entre gaz à effet de serre (CO2, CH4, CO) et mesures de qualité de l'air (par ex. NOx, COV).

Activités

Dans un premier temps, les recherches se focaliseront sur l'analyse de mesures atmosphériques de la région parisienne afin de mieux comprendre les relations entre gaz à effet de serre et espèces réactives telles que NOx and certains COV. Des mesures effectuées dans d'autres villes viendront compléter l'analyse pour évaluer l'approche dans des contextes urbains variés. Dans un second temps, les gaz en trace les plus pertinents pour apporter de l'information sur les émissions de GES seront intégrés dans le système d'inversion existant pour améliorer l'attribution des émissions par secteur. Différentes méthodes inverses seront évaluées pour extraire l'information des multiples espèces assimilées dans le système afin d'améliorer le potentiel de l'inversion pour estimer les émissions de GES dans l'espace et dans le temps.
Le(a) chercheur(e) postdoctoral(e) sera aussi impliqué(e) dans un programme appelé Integrated Greenhouse Gas Information System (IG3IS) financé par l'Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM/WMO) qui s'intéresse à la caractérisation des erreurs dans les systèmes d'inversion urbaine. Plusieurs laboratoires et équipes de recherche à l'internationale sont engagés dans cet exercice pour mesurer la précision des systèmes d'inversion à haute résolution.

Compétences

Les candidat(e)s doivent de préférence avoir une expérience en modélisation atmosphérique à l'échelle régionale, et/ou dans le cycle du carbone, et/ou en qualité de l'air, et/ou en chimie atmosphérique, et/ou en assimilation de données. Des compétences en programmation et analyse de données (par ex. Python, Fortran, Matlab, IDL) et en développement de codes sous Linux est préférable.

Le poste est financé par le projet CIUDAD, sous le programme "Make Our Panet Great Again". Le(a) chercheur(e) postdoctoral(e) sera encadré(e) conjointement par Thomas Lauvaux et Valérie Gros, chercheurs au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement. Les dossiers de candidature doivent être soumis avant Mars 2019, et doivent inclure une lettre de motivation, un curriculum, et les coordonnées de deux référents

Contexte de travail

Le LSCE est un laboratoire spécialisé dans les sciences de l'environnement et du climat situé sur le plateau de Saclay, et membre de l'Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) qui regroupe neuf laboratoires spécialisés dans les sciences du climat. Le(a) chercheur(e) postdoctoral(e) rejoindra l'équipe SATINV, spécialisée dans le cycle du carbon et les méthodes inverses.

On en parle sur Twitter !