En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8212-EDWPON-004 - approche historique du sous-sol parisien (H/F)

approche historique du sous-sol parisien (H/F)


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8212-EDWPON-004
Lieu de travail : GIF SUR YVETTE
Date de publication : mardi 3 septembre 2019
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 décembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : environ 2000 euros par mois (selon grilles du CNRS)
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Poste d'ingénieur de recherche en CDD pour la collecte, l'analyse et le traitement géographique de données historiques. La mission s'intègre dans le projet Huniwers « Impact historique de l'urbanisation sur la qualité de l'eau : étude diachronique en région parisienne » qui bénéficie d'un financement de l'ANR, dans le cadre de l'Appel à Projets intitulé « Appel à projets générique 2018 ». Le projet est coordonné par le LSCE (E. Pons-Branchu). Le consortium de recherche est constitué par 6 partenaires : LSCE (coordonnatrice E. Pons), HT2S-CNAM (responsable scientifique A. Guillerme), Edytem (resp. Scientifique Y. Perrette), CRPG (resp. scientifique G. Paris), Cerema (resp. scientifique P. Branchu) et GEOPS (Resp. Scientifique JL Michelot).
L'objectif principal du projet est de reconstituer les changements historiques de qualité des eaux à l'aménagement du sol et du sous-sol sur différents territoires de Paris et de sa banlieue. Une des originalités du projet est de croiser l'approche environnementale basée sur des archives physiques (constituées par des concrétions carbonatées présentes dans le sol/sous-sol) et l'approche historique basée sur un travail en archives. Deux principaux types de sites seront étudiés : des bassins versants hydrogéologiques (plusieurs km²) de banlieue parisienne drainés historiquement pour amener de l'eau potable à Paris : Belleville et Rungis et des sites parisiens (quelques ha) dans lesquels de l'eau a percolé dans le sol et sous-sol.
La mission consistera à collecter des données en archive (données hydrologiques, évolution de l'occupation du sol, archéologie industrielle) en 2D pour Belleville et Rungis en 3D pour Paris. Les données géographiques seront capitalisées sous forme de SIG.

Activités

La mission sera divisée en cinq tâches :
1) Acquisition des données hydrologiques historiques (débits, chimie).
2) Acquisition des données géolocalisées (occupation du sol, archéologie industrielle).
3) Réalisation d'un SIG historique sur les différents sites.
4) Réalisation d'un modèle 3D du sol/sous-sol des sites parisiens.
5) Réalisation d'un modèle pluie débit des réseaux de Belleville et Rungis sur la base des données hydrologiques historiques

Compétences

Formation : docteur en histoire de l'environnement ou géographie.
Compétences scientifiques recherchées : connaissance de l'histoire des sols et de leur occupation sur Paris, connaissance en urbanisme, maitrise des outils SIG. Des compétences de représentation des données 3D constitueraient un plus.
Expérience professionnelle souhaitée : plusieurs années de recherche dans le champ des SIG historiques appliqués à l'histoire de l'environnement urbain et parisien si possible avec une vision 3D. Travail en groupe à l'interface entre historiens et scientifiques de l'environnement.

Contexte de travail

Le poste est basé au LSCE (Gif Sur Yvette), au CNAM (Paris) et au Cerema (sites parisiens) mais nécessite un travail fréquent en archives (Ville de Paris, BNF, Eau de Paris, …). Les échanges avec les partenaires des sciences de l'environnement seront fréquents.

On en parle sur Twitter !