En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8190-HELBRO-002 - Post-doc de 12 mois au LATMOS sur l'eau atmosphérique (H/F)

Post-doc de 12 mois au LATMOS sur l'eau atmosphérique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8190-HELBRO-002
Lieu de travail : GUYANCOURT
Date de publication : vendredi 10 janvier 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 juin 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : salaire net autour de 2000€, selon l'expérience
Niveau d'études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le travail sera mené dans le cadre de la phase 3 du projet «Water Vapor CCI» de l'ESA en analysant les enregistrements de données produits par l'équipe. L'objectif est de caractériser la variabilité de l'humidité atmosphérique, telle qu'observée par les instruments spatiaux considérés dans le projet (MERIS, MODIS, OLCI, SSMIS et SSM / I), et de confronter les structures de variations à celles produites par une sélection de modèles climatiques participant à l'expérience CMIP6. En particulier, le/la candidat·e développera des métriques qui seront utilisées pour effectuer des diagnostics basés sur les processus sur les modèles.

Activités

Le travail consistera spécifiquement à:
- Manipuler les séries longues produites dans le cadre du projet “Water Vapour CCI” de l'ESA, incluant les bilan d'erreur, spécifications techniques, etc.
- Sélectionner et développer des métriques basées sur des modèles connus de variabilité naturelle (NAO, MJO, El Nino, etc…) pour évaluer les données ESA
- Transférer ces métriques dans le monde de différents modèles numériques (IPSL, CNRM, UKMO, …) et dans des modèles de réanalyses (ERA-Interim, ERA-5) et analyser les résultats
- Communiquer les résultats à travers des conférences internationales et rédiger au moins un article scientifique dans une revue à comité de lecture

Compétences

Une thèse de doctorat est demandée, de préférence en télédétection, sciences de l'atmosphère ou du climat, avec une expérience en analyse statistique. La facilité d'utilisation d'UNIX, des scripts shell et d'autres langages de programmation (idéalement R) est nécessaire, ainsi que des compétences de travail en équipe

Contexte de travail

La vapeur d'eau (H2O) dans l'atmosphère est un élément clé du cycle hydrologique de la Terre, essentielle pour façonner l'environnement mondial et soutenir la vie sur Terre telle que nous la connaissons. Les multiples processus physiques contribuent à redistribuer l'eau des océans vers la terre, ce qui implique la formation de nuages, les précipitations et les événements météorologiques extrêmes. La vapeur d'eau a un rôle clé à jouer pour limiter l'équilibre énergétique de la Terre. Il s'agit en effet du gaz à effet de serre naturel le plus important de l'atmosphère et engendre une forte rétroaction positive au forçage climatique anthropique dû aux gaz carbonés (CO2, CH4, …). La rétroaction de la vapeur d'eau est d'une importance cruciale pour comprendre les changements climatiques passés et futurs et leurs impacts mondiaux et régionaux. C'est en raison de son importance que le « Global Climate Observing System » (GCOS, coparrainé par l'OMM) a identifié la vapeur d'eau comme une variable climatique essentielle.

Cependant, les propriétés de la distribution de la vapeur d'eau atmosphérique de la Terre représentent un défi non seulement pour la recherche climatique, mais aussi pour les sciences de l'observation de la Terre, du développement des instruments à la recherche. Le projet «Water Vapor CCI» de l'ESA contribuera à consolider nos connaissances des changements passés dérivés des observations et à établir des enregistrements de données climatiques à utiliser dans la recherche climatique. Le projet «Water Vapor CCI» de l'ESA vise à générer de nouveaux enregistrements mondiaux de données climatiques de haute qualité sur la colonne totale et la vapeur d'eau résolue verticalement, qui sont homogènes dans l'espace et dans le temps, travaillent pour répondre aux exigences du GCOS et répondent aux besoins des utilisateurs de la communauté de la recherche climatique de la meilleure façon possible.
Cette offre post-doc fait partie de ce projet international qui a débuté en mai 2019 et est dirigé par l'Université de Reading et le Deutscher Wetterdienst, et dont le LATMOS est partenaire.

On en parle sur Twitter !