En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8023-JEAISA-021 - Ingénieur de recherche Salle Blanche (H/F)

Ingénieur de recherche Salle Blanche (H/F)


Date Limite Candidature : mercredi 24 avril 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Ingénieur de recherche Salle Blanche (H/F)
Référence : UMR8023-JEAISA-021
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : mercredi 3 avril 2024
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 juin 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : A partir de 2886 euros bruts/mensuels
Niveau d'études souhaité : Niveau 7 - (Bac+5 et plus)
Expérience souhaitée : Indifférent
BAP : Sciences chimiques et Sciences des matériaux
Emploi type : Ingénieur-e de recherche en science des matériaux / élaboration

Missions

Au sein de la salle blanche du Laboratoire de Physique de l'Ecole Normale Supérieure, l'ingénieur(e) de recherche intègrera l'équipe constituée d'une ingénieure de recherche et d'un assistant ingénieur, afin de participer au fonctionnement et au développement de cette plateforme. Il/Elle sera impliqué.e dans les activités de recherche et de formation qui s'y rapportent. Il/Elle sera placé.e sous la responsabilité du Directeur technique.

Activités

- L'ingénieur.e mènera de nouveaux procédés technologiques utiles aux thématiques scientifiques du département faisant appel à l'ensemble des technologies présentes dans la salle blanche, telles que la lithographie (électronique, optique, laser), la gravure (ionique, chimique), le dépôt de couches minces et le transfert de matériaux bidimensionnels;
- Il/elle formera les utilisateurs novices aux procédés technologiques de la salle blanche; il/elle les conseillera pour la mise en œuvre de ces procédés dans le respect des normes d'utilisation des appareils et des règles d'hygiène et de sécurité;
- Il/elle co-pilotera avec le responsable de l'équipement, l'installation, la montée en charge et le développement des procédés du masqueur électronique 100keV;
- Il/elle participera aux maintenances des équipements de la salle blanche dont il aura la charge;
- Il/elle assurera une veille scientifique et technologique et proposera le développement de nouvelles techniques et compétences. A cet effet, il participera ou mènera les demandes de financement;
- Il/elle sera un acteur de la communauté scientifique de nanofabrication au niveau local et national via le réseau Renatech;
- Il/elle informera sur les risques liés à l'utilisation des techniques et des produits et fera appliquer les règles de sécurité;
- Il/elle s'impliquera dans l'encadrement de travaux pratiques en salle blanche (niveau L3 à M2), en proposant par exemple de nouveaux sujets.

Compétences

- Connaissance approfondie des sciences et techniques de l'ingénieur en salle blanche (techniques de salle blanche, techniques du vide, électronique, optique);
- Connaissance approfondie des sciences physiques, en particulier celles en lien avec les activités de recherche du laboratoire. La connaissance de la physique des matériaux bidimensionnels et/ou des semi- et supraconducteurs est un plus;
- Notions de base de chimie;
- Bon niveau de langue anglaise (niveau B2 minimum);
- Sens de l'organisation;
- Goût du travail en équipe et pour la transmission du savoir-faire, sens du service pour le bien commun.

Contexte de travail

Le Département de Physique de l'Ecole Normale Supérieure abrite 2 laboratoires, le Laboratoire de Physique de l'ENS (LPENS) et le Laboratoire Kastler Brossel (LKB). En son sein, la plateforme de la salle blanche fait partie des installations des services techniques et technologiques. L'ingénieur.e. fera partie du LPENS (350 personnes dont 90 chercheur.e.s et enseignants-chercheur.e.s, 60 ITA et 180 doctorants/postdoctorants), laboratoire de recherche qui regroupe une forte activité expérimentale en lien avec la physique de la matière condensée, la physique quantique, la (micro)-fluidique et la biophysique. Elle fait aussi partie du consortium "Salle Blanche Paris Centre", labellisé centrale de proximité au sein du réseau Renatech+ (les autres sites de cette centrale sont à l'INSP de Sorbonne Université, à MPQ de l'Université Paris Cité, à l'IPGG et à l'Observatoire de Paris).
La salle blanche accueille une cinquantaine d'utilisateurs par an, principalement des doctorant.e.s ou post-doctorant.e.s, en majorité du LPENS, mais aussi du LKB et des autres sites du consortium. Du fait des activités de recherche du LPENS, la plateforme a développé un savoir-faire reconnu dans la nanostructuration de matériaux bidimensionnels (graphène, hBN, TMDC) et dans la fabrication de dispositifs quantiques à base de matériaux supra- et semiconducteurs.
Pour accompagner ses domaines en pleine expansion, la salle blanche est dans une phase d'expansion, avec une première étape avec l'acquisition, à l'horizon début 2025, d'un masqueur 100keV à l'état de l'art, et une deuxième étape qui viserait à doubler la surface de la salle blanche avec l'acquisition de nouveaux équipements d'ici à 5 ans. Le masqueur sera ouvert à la communauté du Département et du Consortium SBPC, ce qui amènera une diversité de projets scientifiques, sur lesquels l'ingénieur.e de recherche recruté sera fortement impliqué.e dans toutes les dimensions.



Contraintes et risques

Le travail s'effectue principalement en salle blanche et l'ingénieur.e pourra bénéficier de formations internes et/ou externes.