En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7592-ODIPOR-001 - Chercheur post-doctoral (H/F) : métabolisme de l'ARN et SLA juvénile

Chercheur post-doctoral (H/F) : métabolisme de l'ARN et SLA juvénile

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 12 mars 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7592-ODIPOR-001
Lieu de travail : PARIS 13
Date de publication : vendredi 29 janvier 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 30 mois
Date d'embauche prévue : 1 juin 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : à partir de 2 728 bruts mensuels selon experience
Niveau d'études souhaité : Supérieur à bac+5
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Nous proposons un contrat postdoctoral pour travailler sur un projet qui vise à comprendre les bases moléculaires de la SLA juvénile.
La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est la maladie neurodégénérative la plus courante qui affecte les motoneurones. Environ 10% des cas de SLA sont héréditaires et dus à des mutations dominantes dans des gènes qui codent des protéines impliquées dans le métabolisme de l'ARN. Une forme juvénile de cette maladie est causée par des mutations de gain de fonction dans une hélicase d'ARN impliquée dans la terminaison de la transcription et la régulation des gènes. Cependant, le lien entre les dysfonctionnements de ces processus et la dégénérescence des motoneurones reste inconnu. Pour aborder cette question, nous utiliserons de nouvelles méthodes pour générer des motoneurones humains à partir de cellules souches pluripotentes induites (Mouilleau, Vaslin et al, bioRxiv 2020.06.27.175646) et nous appliquerons des approches biochimiques, protéomiques, génomiques et de biologie cellulaire pour élucider la voie moléculaire menant à la déficience des motoneurones dans la SLA juvénile. Notre objectif est de comprendre les mécanismes qui lient la dérégulation du métabolisme de l'ARN à la neurodégénérescence.
Il s'agit d'un projet collaboratif qui a été financé par la FRM (Fondation pour la Recherche Médicale) et qui sera réalisé dans l'Institut Jacques Monod and the Institut du Fer à Moulin (IFM, https://ifm-institute.org/), à Paris.
Le/la candidat/e retenu/e travaillera sous la supervision de O. Porrua (IJM) et S. Nedelec (IFM). Il/elle intégrera les deux équipes et recevra des formations appropriées.
Plus d'informations sur les équipes d'accueil sur https://equipelibri1.wixsite.com/librilab pour O. Porrua et https://ifm-institute.org/equipe/nedelec/ pour S. Nedelec.

Activités

Le/la candidat/e retenu/e s'occupera de :
- Générer des motoneurones sains et portant des mutations ALS4 par différenciation de cellules souches pluripotentes induites.
- Utiliser des approches de biologie cellulaire pour caractériser l'effet des mutations de la SLA4 sur la physiologie des motoneurones.
- Mener des expériences protéomiques et génomiques à haute résolution pour étudier les phénotypes moléculaires associés aux mutations de la SLA4.
- Participer à des analyses bioinformatiques de données.
- Communiquer les résultats de son projet lors de réunions.
- Contribuer à la rédaction d'articles de recherche.

Compétences

- Très motivé/e, bien organisé/e et capable de travailler en équipe.
- Un doctorat en biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire ou similaire.
- Une formation solide en biologie moléculaire et en culture de cellules de mammifères.
- Expérience en génomique et quelques notions de bioinformatique.
- Une expertise en biologie des cellules souches et/ou en neurosciences serait un avantage.
- Capacité à parler et à écrire couramment en anglais.
- Les candidatures d'ingénieurs de recherche seront aussi considérées.

Contexte de travail

Le projet sera développé à l'Institut Jacques Monod (IJM, https://www.ijm.fr/) et à l'Institut du Fer à Moulin (IFM, https://ifm-institute.org/).
L'Institut Jacques Monod (IJM), situé sur le nouveau campus du projet urbain de la rive gauche de Paris, est l'un des principaux centres de recherche fondamentale en biologie à Paris et offre un environnement de recherche international et multidisciplinaire. L'IJM regroupe une trentaine de groupes de recherche travaillant sur la biologie cellulaire et du développement, la biophysique et la génomique.
L'Institut du Fer à Moulin, situé dans le centre de Paris, est consacré à l'étude de la physiologie et de la physiopathologie du système nerveux, avec un accent important sur la découverte de nouvelles approches thérapeutiques.
Le chercheur postdoctoral bénéficiera des environnements scientifiques stimulants ainsi que des plateformes technologiques de pointe (imagerie cellulaire et tissulaire, protéomique, génomique, etc.) des instituts d'accueil.

Informations complémentaires

Les candidats doivent fournir les documents suivantes:
- Lettre de motivation résumant leur expérience antérieure, leurs intérêts de recherche et leur motivation.
- Un curriculum vitae complet.
- Deux lettres de recommandation d'anciens encadrants et leurs coordonnées.

On en parle sur Twitter !