En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7327-MARPAI-005 - Ingénieur-e de recherche en environnements géo-naturels et anthropisés (H/F)

Ingénieur-e de recherche en environnements géo-naturels et anthropisés (H/F)


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7327-MARPAI-005
Lieu de travail : ORLEANS
Date de publication : vendredi 9 novembre 2018
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2399,48 € à 2586,30 €
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Au CNRS, dans le laboratoire de recherche ISTO, l'ingénieur-e concevra et réalisera des expériences de laboratoires et des modèles numériques permettant la mise au point de capteurs géophysiques innovants, traceurs quantitatifs du transfert de l'eau en ZNS et des barrières redox, dans un environnement carbonaté à fissures-matrices. L'hypothèse de travail consiste à utiliser les phénomènes électrocinétiques associés au transport réactif multiphasique et en dégager les indicateurs physiques des écoulements et des interfaces biophysiques échangeuses d'électrons, dans un milieu à double porosité. Un nouveau champ de recherche s'ouvre autour d'expériences originales permettant d'identifier le niveau de couplage entre les propriétés interfaciales de phases, et les propriétés électriques et dipolaires associées aux fluides et aux réactions biogéochimiques. Des connaissances et des réflexions intéressantes se sont accumulées durant les 10 dernières années pour rapprocher les techniques de mesures électrocinétiques (double couche, potentiel redox et activité de l'électron) et les techniques géophysiques basées principalement sur le potentiel spontané. Observatoire de terrain, associé à des plates-formes de laboratoire géochimiques et géophysiques, la plateforme O_ZNS est aussi consortium de géophysiciens, géochimistes, praticiens de terrain et modélisateurs. A ces titres, elle offre un support unique pour déchiffrer, aux échelles pertinentes, les phénomènes couplés en géoscience environnementale pour la mise au point de capteurs hydro-biogéochimiques, mécanistes, non intrusifs et spatialisés.

L'ingénieur-e de recherche, qui intégrera l'équipe de la plateforme O_ZNS composée de chercheurs et d'ingénieurs de l'ISTO, prendra en charge la mise au point de la méthode expérimentale d'étude des phénomènes couplés géophysique-géochimique, et bénéficiera d'un réseau de spécialistes des 2 principaux domaines concernés : la géophysique et la physico-chimie des interfaces et le transport réactif multiphasique. L'ingénieur-e réalisera des expériences de laboratoire, en dirigera l'interprétation quantitative allant jusqu'à des inversions conjointes. Il-elle contribuera aux choix des outils de monitoring environnemental à installer dans le puits O_ZNS en cours de développement à Villamblain (35 km au nord-ouest d'Orléans).

Activités

L'ingénieur-e de recherche, en coordination avec les responsables de la plateforme, aura pour activités de :
- mettre en place des expériences de laboratoire originales permettant l'exploitation scientifiques des connaissances et des concepts aux frontières de deux disciplines : géochimie et géophysique
- analyser les mécanismes de transport réactif multiphasique et plus particulièrement les propriétés interfaciales entre phases (phases mouillantes et phases non-mouillantes ainsi que le corps géologique minéral du milieux poreux/fissuré)
- adapter/adopter des approches théoriques permettant de prendre en compte le niveau de couplage entre les variables à l'origine des transferts entres phases
- concevoir la mise en place des techniques de monitoring des phénomènes géophysiques, physico-chimiques, électrocinétique et électrochimiques sur la plateforme O_ZNS (en concertation avec les géophysiciens, les géochimistes et les microbiologistes)

Compétences

Domaine de formation : Environnements géo-naturels et anthropisés, transport réactif et couplages, biogéochimie, métrologie environnementale
- Connaissances confirmées des techniques de mesure des propriétés physiques, chimiques, électrocinétiques et électrochimiques des objets géologiques et des fluides associés
- Connaissances des techniques de laboratoire pour la conceptualisation et le montage des expérimentations de laboratoire
- Compétences approfondies en analyse théorique des résultats acquis et d'interprétation mécanistes des observables
- Goût pour le travail en équipe et forte curiosité pour dialoguer avec les spécialistes des domaines connexes (ou situés aux interfaces) à la géophysique et la géochimique
- Maitrise de certains langages (Fortran, C, C++, etc.) de programmation informatique scientifique
- des connaissances (hydro)géologiques et (hydro)géochimiques seront un plus
- Rédaction des papiers scientifiques pour la valorisation des résultats
- Langue anglaise : B1 à B2

Contexte de travail

L'agent sera placé sous la responsabilité hiérarchique du responsable de la plateforme O_ZNS. Le laboratoire ISTO, dans le cadre de la plateforme O_ZNS1 du projet PIVOTS2, développe un observatoire du fonctionnement de la Zone Non Saturée (ZNS) afin de maitriser les interactions eau-roche-biosphère et les transferts de masse (eau et contaminants) et de chaleur associés. La cible est le fonctionnement de la zone critique, depuis le sol jusqu'à la nappe d'eau souterraine en traversant la totalité de la ZNS (25 m au site d'étude). L'objectif de long terme porte sur la compréhension mécaniste des processus qui constituent le couple pression anthropique – impact environnemental au long du continuum sols-aquifères, afin de permettre l'émergence d'une modélisation de type prédictif et, ultimement, d'outils d'aide à la décision publique et/ou industrielle.

Informations complémentaires

Sciences de l'ingénieur en sciences de l'environnement, imagerie géophysique du sous-sol et couplages entre les processus physico-chimiques, électrochimiques et électrocinétiques.
Date limite de réception des candidatures : 28/11/2018.

On en parle sur Twitter !