En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7198-MARTAI-052 - Modélisation des transformations de phase pour le design de microstructures par emboutissage à chaud (H/F)

Modélisation des transformations de phase pour le design de microstructures par emboutissage à chaud (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 9 décembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7198-MARTAI-052
Lieu de travail : NANCY
Date de publication : jeudi 18 novembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 février 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2.690,42€ brut/mensuel
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

La mission du/de la chercheur(euse) sera de conduire des recherches en métallurgie physique à l'IJL dans le cadre du projet RFCS MIPRE.

Activités

• Participer à la modélisation de la transformation de la bainite et de la martensite (cinétique et microstructure) ainsi qu'à tous les mécanismes de revenu associés (précipitation des carbures de transition et de la cémentite, ségrégation du carbone, relaxation des contraintes, restauration des dislocations) [1,2]. Une fois élaborés et étalonnés à partir de données expérimentales tirées de la littérature et produites au cours du projet, ces sous-modèles devraient être mis en œuvre dans le cadre du code éléments finis du partenaire LTU afin de prédire la microstructure et les propriétés sur des pièces réalistes à grande échelle [3,4].
• Aider à comprendre et à modéliser les propriétés mécaniques de la microstructure étudiée par rapport aux évolutions de la microstructure observées (modèles de champs moyens basés sur la microstructure) [5].
• Le chercheur pourrait également contribuer aux expériences in situ en HEXRD (Diffraction des Rayons X à Haute Energie sur ligne de lumière synchrotron) et à leur analyse [6].
• Contribuer à la dissémination des résultats (réunions, publications, conférences) au niveau international
[1] Y. Wang, S. Denis, B. Appolaire, P. Archambault, Modelling of precipitation of carbides during tempering of martensite, in: J. Phys. IV JP, EDP Sciences, 2004: pp. 103–110. https://doi.org/10.1051/jp4:2004120011.
[2] Y. Wang, B. Appolaire, S. Denis, P. Archambault, B. Dussoubs, Study and modelling of microstructural evolutions and thermomechanical behaviour during the tempering of steel, Int. J. Microstruct. Mater. Prop. 1 (2006) 197–207. https://doi.org/10.1504/IJMMP.2006.010626.
[3] K. Mori, P.F. Bariani, B.A. Behrens, A. Brosius, S. Bruschi, T. Maeno, M. Merklein, J. Yanagimoto, Hot stamping of ultra-high strength steel parts, CIRP Ann. - Manuf. Technol. 66 (2017) 755–777. https://doi.org/10.1016/j.cirp.2017.05.007.
[4] C. Tong, Q. Rong, V.A. Yardley, X. Li, J. Luo, G. Zhu, Z. Shi, New Developments and Future Trends in Low-Temperature Hot Stamping Technologies: A Review, Metals (Basel). 10 (2020) 1652. https://doi.org/10.3390/met10121652.
[5] S. Allain, O. Bouaziz, M. Takahashi, Toward a new interpretation of the mechanical behaviour of asquenched low alloyed martensitic steels, ISIJ Int. 52 (2012). https://doi.org/10.2355/isijinternational.52.717.
[6] J. Macchi, S. Gaudez, G. Geandier, J. Teixeira, S. Denis, F. Bonnet, S.Y.P. Allain, Dislocation densities in a low-carbon steel during martensite transformation determined by in situ high energy X-Ray diffraction, Mater. Sci. Eng. A. 800 (2021) 140249. https://doi.org/10.1016/j.msea.2020.140249.

Compétences

• Le/la chercheur(euse) doit avoir une bonne capacité à travailler en équipe, dans un environnement multiculturel et international et à s'intégrer dans un projet collaboratif impliquant des partenaires industriels
• Une expérience modélisation des transformations de phase dans les alliages métalliques (en particulier des transformations displacives) est necessaire
• De bonnes connaissances de la métallurgie physique (mécanismes de déformation, transformation de phase, mécanique microstructurale) seront aussi nécessaires à la réalisation du projet
• Une expérience de la modélisation micromécanique serait un plus

Contexte de travail

L'Institut Jean Lamour (IJL) est une unité mixte de recherche du CNRS et de l'Université de Lorraine. Il est rattaché à l'Institut de Chimie du CNRS.
Spécialisé en science et ingénierie des matériaux et des procédés, il couvre les champs suivants : matériaux, métallurgie, plasmas, surfaces, nanomatériaux, électronique.
L'IJL compte 183 chercheurs et enseignants-chercheurs, 91 personnels ingénieurs, techniciens, administratifs, 150 doctorants et 25 post-doctorants, et accueille environ 80 stagiaires par an.
Il collabore avec plus de 150 partenaires industriels et ses collaborations académiques se déploient dans une trentaine de pays.
Son parc instrumental exceptionnel est réparti sur 4 sites dont le principal est le un bâtiment neuf situé sur le campus Artem à Nancy.
L'étude sera réalisée au sein de l'équipe 303 « Microstructures et Contraintes » sur le projet RFCS MIPRE.

Contraintes et risques

Pas de risques particuliers

On en parle sur Twitter !