En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7093-JEAIRI-007 - Développeur d'applications web, en Python (H/F)

Développeur d'applications web, en Python (H/F)


Date Limite Candidature : lundi 31 janvier 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7093-JEAIRI-007
Lieu de travail : VILLEFRANCHE SUR MER
Date de publication : lundi 10 janvier 2022
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 15 février 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2130€ et 2715€ bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Bac+3
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Dans le contexte du projet Bioglider visant à intégrer l'UVP6 et l'échosondeur EX80 sur les gliders, développer les applications web utilisées tout au long du traitement des données d'imagerie. EcoTaxa et EcoPart devront en particulier être adaptées pour la réception de grandes quantités de données acquises par l'UVP6 embarqué sur ces engins autonomes.
Une application web d'édition et de publications de guides taxonomiques pour le plancton, c'est-à-dire qui aident les utilisateurs à reconnaître à quel groupe biologique (espèce, genre, famille, etc.) appartient un organisme devra être développée pour permettre d'homogénéiser le tri des images, en particulier issues de l'UVP6 lors des missions du projet.

Activités

Activités principales :
● Lire et comprendre le code des applications existantes pour être en mesure de continuer à les développer.
● Revoir des spécifications d'application, les traduire en plan d'implémentation.
● Coder des applications web, les tester et les déployer sur les serveurs de l'équipe.
● Interagir avec les utilisateurs, locaux et internationaux, pour comprendre les besoins ou les rapports de bugs et y répondre.

Compétences

Connaissances techniques transversales :
● Bonnes pratiques de codage
● Test unitaires et qualité de code
● Principe de fonctionnement des applications web modernes (backend, frontend, API)
● Gestion de version de code

Savoir-faire techniques spécifiques:
● Maîtrise du langage Python
● Maîtrise des technologies web : HTML, CSS, Javascript
● Connaissance de git
● Connaissance des principes et outils de création et d'utilisation d'API (FastAPI, spécification OpenAPI, etc.)
● Connaissance de méthodologies de test automatisé (Pytest, IC, Docker)
● Connaissance d'outils de templating pour le web (du type Jinja2, mustache, etc.)
● Connaissance de SQL

Savoirs transversaux :
● Attrait pour les travaux transversaux (full stack ici) au sein d'une équipe technique réduite.
● Capacité à interagir avec des non-spécialistes, en particulier les océanographes de l'équipe, qui sont capables d'exprimer leurs attentes et de détecter des incohérences dans le fonctionnement des applications, mais n'ont pas l'expertise technique pour les spécifier complètement.
● Connaissance de l'anglais technique (niveau B2)
● Un intérêt pour l'écologie scientifique et l'étude de l'océan serait un plus, pour comprendre les enjeux autour de l'activité de l'agent et motiver le travail.

Contexte de travail

Le Laboratoire d'Océanographie de Villefranche (LOV ; http://lov.obs-vlfr.fr/) est situé près de Nice, sur la Côte d'Azur, dans l'une des trois stations marines de Sorbonne Université. Avec environ 90 employés, le LOV génère et analyse une grande quantité de données marines, notamment des données d'imagerie, génomiques et satellitaires, pour étudier l'océan.

L'équipe COMPLEx (COMPutational PLAnkton Ecology) compte une trentaine de membres qui étudient le plancton marin en collectant des données avec des instruments d'imagerie quantitative et de la génomique à haut débit, qui viennent alimenter des méthodes d'analyse numérique (modélisation, statistiques, apprentissage automatique). Le plancton englobe tous les organismes dérivant avec les courants marins. Ces organismes produisent une partie de l'oxygène que nous respirons, stockent le carbone que nous émettons, nourrissent les poissons que nous mangeons ; le plancton est donc un élément constitutif majeur de l'écosystème terrestre. COMPLEx interagit fortement avec la Plateforme d'Imagerie Quantitative de Villefranche (PIQv ; https://sites.google.com/view/piqv), qui supervise l'opération des outils que l'équipe développe. Ces outils incluent des capteurs d'imagerie, tels que l'Underwater Vision Profiler (UVP) ou le ZooScan. L'UVP6 est notamment en cours d'intégration sur des plateformes autonomes (i.e. des robots sous-marins) qui permettent de collecter des données à une échelle sans précédent. Mais ces outils incluent également un nombre croissant de logiciels : ZooProcess et UVPapp pour traiter les données produites par les instruments, EcoTaxa (https://ecotaxa.obs-vlfr.fr/) qui utilise le machine learning pour aider les taxonomistes à trier de grandes quantités d'images de plancton (actuellement ~180 millions), EcoPart (https://ecopart.obs-vlfr.fr/) qui stocke et affiche les données collectées dans le monde entier par l'UVP (plus de 17,000 profils), etc. Nous avons une longue expérience d'interaction avec des informaticiens et des ingénieurs, dans le monde universitaire mais aussi dans le secteur privé, pour développer ces outils.

Contraintes et risques

Des voyages peuvent être à prévoir ponctuellement, pour rencontrer les partenaires scientifiques internationaux de l'équipe. Il pourrait être pertinent de réaliser quelques sorties en mer avec des instruments pour comprendre le processus d'acquisition de données dans son ensemble

Informations complémentaires

Pour toute demande d'information, vous pouvez écrire à irisson@obs-vlfr.fr.

À l'issue d'une préselection des candidatures sur la base du CV et de la lettre de motivation fournis via la plateforme du CNRS, les candidat(e)s retenu(e)s seront évalué(e)s par des tests de compétences en codage puis par un entretien.

On en parle sur Twitter !