En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR6506-SOPGRE-002 - Jeune chercheur en captage de CO2 H/F

Jeune chercheur en captage de CO2 H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR6506-SOPGRE-002
Lieu de travail : CAEN
Date de publication : mercredi 27 novembre 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2600 à 3700 Brut mensuel selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Nous recherchons un(e) chercheur/chercheuse postdoctorant(e) dans le cadre d'un projet européen H2020 (MOF4AIR) finalisé à la capture du CO2 et, en particulier, à la sélection de matériaux adsorbants à base d'hybrides organiques-inorganiques (MOFs) adaptés à implémenter un procédé industriel capable de diminuer significativement l'empreinte carbone des activités industrielles fortement émettrices en gaz carbonique.
Sa mission consiste à sélectionner les meilleurs MOFs via des tests de stabilité et régénération en présence de contaminants, sous des conditions proches de l'application industrielle.

Activités

Le post-doc effectuera des analyses des différents matériaux à base de MOFs en utilisant une approche méthodologique basée sur la spectroscopie infrarouge in situ et operando. Il aura en charge, en particulier :
- la mise à jour constante de la bibliographie autour du sujet de l'étude ;
- l'analyse de la stabilité thermique d'une série de formulations issues d'une sélection opérée par les partenaires des laboratoires de synthèse et de modélisation théorique ;
- l'analyse des propriétés chimico-physiques de ces matériaux, ainsi que de leurs capacités de stockage du gaz carbonique en présence d'un mélange gazeux simulant celui d'une émission thermique (présence d'eau, impuretés, etc.) ;
- la production, la compréhension et l'élaboration d'une série de données qualitatives et quantitatives pour identifier les caractéristiques de chaque matériau ;
- l'aide à la sélection des matériaux les plus performants pour une application industrielle ;
- l'étude (dans des conditions proches du régime de fonctionnement industriel) des matériaux sélectionnés pour la production à grande échelle et la mise en forme ;
- la génération de données qualitatives et quantitatives pour la modélisation des matériaux adsorbants et des procédés ;
- la rédaction de rapports de travail et livrables, ainsi que de présentations autour du travail effectué.

Compétences

Le/la candidat(e) aura un doctorat en chimie (chimie physique ou chimie des matériaux) et une expérience de 1-2 ans dans la recherche académique.
De préférence, il/elle aura développé des compétences dans les matériaux poreux et l'adsorption. Des connaissances en spectroscopie infrarouge et en cinétique seront aussi des qualités particulièrement appréciées.
Le projet se faisant en collaboration avec des partenaires français et européens, des voyages de courtes durées seront possibles, notamment à l'occasion des réunions du consortium. Une bonne maîtrise de la langue anglaise sera indispensable.
Autonomie, sens de l'organisation et gestion du temps de travail sont aussi incontournables.

Contexte de travail

L'activité s'effectuera au LCS au sein de l'axe Spectrochime.
Les centrales thermiques et les industries qui utilisent intensivement des ressources carbonées sont responsables d'une grande partie des émissions de CO2. Le passage à une économie bas-carbone nécessite le développement et la mise en place de technologies de captage de gaz carbonique à des coûts raisonnables. Or, les technologies existantes ne présentant pas des performances suffisantes. Les procédés d'adsorption constituent des alternatives prometteuses pour le captage du CO2 en provenance des centrales thermiques et d'autres usines qui produisent de grandes quantités de gaz carbonique, comme les cimenteries, les aciéries ou les industries pétrochimiques. Dans ce contexte, les Metal-Organic Frameworks (MOFs) constituent une catégorie d'adsorbant poreux très étudiés à cause de leur grande capacité d'adsorption du CO2 et d'une grande affinité pour ce gaz.
Néanmoins, les performances des technologies de capture du gaz carbonique basées sur les MOFs n'ont pas encore bien été étudiées. Pour combler cette lacune, le projet MOF4AIR a réuni 14 partenaires en provenance de 8 pays, afin de développer et mettre en œuvre au niveau de démonstrateurs les capacités de technologies de capture de CO2 basés sur ces matériaux dans des centrales thermiques, des raffineries et des incinérateurs.

Contraintes et risques

RAS

On en parle sur Twitter !