En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR6112-SUSCON-002 - Chercheur-euse post-doctoral-e en Planétologie – (H/F)

Chercheur-euse post-doctoral-e en Planétologie – (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR6112-SUSCON-002
Lieu de travail : NANTES
Date de publication : jeudi 26 mars 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2675€ à 3084 € euros bruts mensuels selon expériences
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Un poste de post-doctorant(e) financé par la Région Pays de la Loire est ouvert au sein du Laboratoire de Planétologie et Géodynamique, CNRS UMR 6112, à Nantes en France. Nos recherches visent à étudier la formation des ravines sur Mars à partir des données recueillies par les sondes Mars Reconnaissance Orbiter (HiRISE) et Trace Gas Orbiter (CaSSIS) parmi d'autres. Jeune chercheur encouragé.

Activités

- Analyser des images et des modèles numériques de terrain dans un système d'information géographique (SIG). Cartographier les différents sites d'étude dans un SIG.
- Utilisation des modèles numériques qui simulent des dynamiques de fluides pour comprendre le comportement des mouvements de masse.
- Travailler en équipe avec la porteuse de projet et des ingénieurs d'études pour coordonner des différentes taches de recherche.
- Assurer le transfert de savoir-faire vers les chercheurs et le public (par ex. participation aux congres nationaux et internationaux, publications dans les revues scientifiques), et diffuser/valoriser la recherche à l'extérieur du laboratoire.

Compétences

Le/la candidat(e)doit être titulaire d'un doctorat en géosciences et/ou en planétologie avec les connaissances autour de la télédétection. Les candidat(e)s expérimenté(e)s dans l'utilisation des systèmes d'information géographiques (SIG, par ex. ArcGIS, QGIS) sont encouragé(e)s à postuler. La personne recrutée devra également avoir un bon niveau d'Anglais parlé et écrit, toutes les réunions d'équipe et discussions se déroulant en Anglais.

Contexte de travail

Le Laboratoire de Planétologie et Géodynamique (LPG) est une Unité Mixte de Recherche d'une centaine de personnes, sous co-tutelles du CNRS et des Universités de Nantes et Angers, en partenariat avec l'Université du Mans. La personne recrutée travaillera sur le site nantais de l'Unité, sur le campus Sciences de l'Université de Nantes. Les recherches de l'Unité se déclinent suivant quatre thèmes : Diversité des Mondes glacés, Planètes telluriques, Planète Terre et Systèmes marins en transition. L'emploi associé à cet appel d'offre se place dans le cadre du thème Planètes telluriques.
Ce poste est financé par une bourse « Etoiles Montantes » de la région pays de la Loire. Placé sous la responsabilité hiérarchique du Directeur d'Unité, la personne recrutée travaillera en étroite collaboration avec la porteuse et coordinatrice du projet.

Contraintes et risques

De courtes périodes de déplacements en France et à l'étranger sont à prévoir.

Informations complémentaires

Le projet Etoiles Montantes se concentrera sur la question spécifique de déterminer si les ravines ("gullies" en anglais) sur Mars sont formées par l'écoulement d'eau liquide en utilisant les outils de télédétection. Des données seront systématiquement recueillies sur : la masse de sédiments déplacés au cours des processus de surface actuellement actifs dans les ravines de Mars, ainsi que sur le contexte topographique et géologique de ces mouvements de masse. Ces données quantitatives permettront d'identifier les paramètres expérimentaux clés qui gouvernent ces processus et fourniront des contraintes essentielles pour valider les modélisations numériques futures. Des études antérieures se sont concentrées sur le recensement, à l'aide de l'imagerie répétée, des sites où des processus actifs se produisent (par ex. Diniega et al., 2010 ; Dundas et al., 2012, 2015). Grâce à l'augmentation du volume d'images stéréoscopiques disponibles pour produire des données d'élévation, nous pouvons maintenant produire les modèles numériques d'élévation à l'échelle du mètre nécessaires pour effectuer ce genre de mesures pour les ravines actives sur Mars. Les questions adressées dans ce projet sont : quels sont la masse et le(s) type(s) de matériaux transportés par les mouvements actifs dans les ravines martiennes (plus de 70 sites identifiés sur Mars) ? Quelles sont les trajectoires topographiques de ces mouvements actifs et leurs propriétés de bassin versant ? En collaboration avec des partenaires de l'IPGP et du WSL en Suisse, nous utiliserons des modèles numériques pour déterminer les types de fluides qui peuvent expliquer le volume et la forme des dépôts, la taille des blocs rocheux qui ont été déplacés et la répartition de l'érosion et du dépôt. Le résultat escompté est de pouvoir déterminer si l'eau liquide est à l'origine des changements que nous observons actuellement dans les ravines martiennes.

On en parle sur Twitter !