En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5814-CLABOM-036 - Assistant-e ingénieur-e électronicien-ne (H/F)

Assistant-e ingénieur-e électronicien-ne (H/F)


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5814-CLABOM-036
Lieu de travail : ANNECY LE VIEUX
Date de publication : lundi 20 avril 2020
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 juillet 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 1 930,85 € et 2 363,16 € bruts par mois, selon formation et expérience.
Niveau d'études souhaité : Bac+2
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le LAPP propose un emploi d'assistant-e ingénieur-e électronicien-ne afin de participer aux développements électroniques du projet ITK (Inner Tracker) pour l'expérience ATLAS du LHC (Large Hadron Collider) au CERN à Genève.
Au sein de l'équipe ATLAS ITK du LAPP, composée de physiciens, ingénieurs et techniciens, l'assistant-e ingénieur-e recruté-e développera les circuits imprimés (PCB rigides ou flexibles) qui constituent ces services électriques. Il-elle réalisera la schématique des cartes, leur routage CAO, participera à leur production, leurs tests de qualification et à leur mise au point. Il réalisera les cartes de test associées, et mettra au point les bancs de tests avec l'équipe. En parallèle, l'assistant-e ingénieur-e participera aux campagnes de qualifications individuelles des composants afin de valider les plans d'assurance et de contrôle qualité. Finalement, il-elle réalisera le suivi de production des matériels, et aura également la possibilité de participer à l'intégration de ces services électriques dans le détecteur en collaboration avec l'équipe mécanique, au sein du LAPP, qui est l'un des sites d'assemblage du futur détecteur de traces et également au CERN.
L'assistant-e ingénieur-e sera intégré-e au service électronique du laboratoire.

Activités

- Etudier la faisabilité technique du projet avec l'équipe du laboratoire et les partenaires de la collaboration.
- Participer à la rédaction des cahiers des charges et des spécifications.
- Réaliser la schématique des cartes électroniques et leur simulation. Réaliser le routage CAO des circuits flexibles et rigides pour les services de type 0. Réaliser le routage CAO des cartes de tests.
- Concevoir et mettre en place les bancs de tests associés : transfert de données et de puissance. Réaliser les tests et exploiter les résultats.
- Gérer les relations avec les fournisseurs pour l'approvisionnement des composants et le suivi des réalisations en externe, notamment pour la production des cartes électroniques et leur câblage.
- Interagir avec l'équipe et la collaboration internationale ATLAS ITK afin de mettre en place des solutions pour l'amélioration du fonctionnement du système. Réaliser les développements dans le souci de leur intégration dans l'expérience. La personne sera amenée à se déplacer régulièrement sur le site de l'expérience (CERN) à une cinquantaine de km du LAPP.
- Diffuser et valoriser les travaux sous forme de rapports, publications et présentations, principalement en anglais.

Compétences

- Connaissances du dessin des cartes électroniques : schématique, dessin CAO, règles de dessin et utilisation des logiciels (Cadence ou autre).
- Connaissances des règles de CEM des circuits sensibles.
- Connaissances des composants électroniques et des techniques de connectique.
- Connaissances générales en électronique.
- Connaissance des circuits de production des cartes électroniques et des échanges techniques avec les fabricants.
- Notions des outils de simulation.
- Bonnes capacités rédactionnelles et de communication orale en anglais.
- Bonnes capacités relationnelles au sein d'une équipe internationale et pluridisciplinaire.
- Rigueur, créativité et esprit d'initiative.
- Polyvalence et capacités d'adaptation.

Contexte de travail

Créé en 1976, le LAPP est l'un des 20 laboratoires de l'Institut de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3). Il compte près de 150 chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs, étudiants et visiteurs étrangers. Les travaux menés au LAPP ont pour but l'étude de la physique des particules élémentaires et de leurs interactions fondamentales, ainsi que l'exploration des connexions entre l'infiniment petit et l'infiniment grand. Le LAPP est impliqué dans les expériences du LHC (ATLAS, LHCb), celles des neutrinos (SuperNémo, STEREO, DUNE,...), d'astrophysique (HESS, CTA, LSST) ou des ondes gravitationnelles (Virgo). La localisation du laboratoire à 50 kms du CERN, et la présence d'un laboratoire de physique théorique dans les mêmes locaux, en font un laboratoire très attractif pour les scientifiques de ce domaine de recherche. Le LAPP héberge également un mésocentre de calcul et de stockage de taille intermédiaire qui contribue de manière significative aux traitement de données des grandes expériences de physique telles que ATLAS, LHCb ou CTA.

L'expérience ATLAS a été conçue pour étudier les collisions entre les faisceaux de protons du Large Hadron Collider (LHC) du CERN. L'un des buts principaux de cette étude était la recherche du boson de Higgs, qui devait apporter la réponse à la question fondamentale de l'origine de la masse des particules élémentaires. Ce projet a été couronné de succès en juillet 2012, avec l'annonce de la découverte du boson de Higgs. L'équipe du LAPP travaille sur différents projets pour les deux upgrades successifs, l'actuel upgrade de phase I et le futur de phase II : nouveau système de trigger du calorimètre à argon liquide (Lar), futur système de distribution du timing, futur trajectographe silicium et futur système de calibration du calorimètre Lar. Le groupe ATLAS du LAPP compte 14 physiciens, 20 ingénieurs ainsi que 6 doctorants et post-doctorants. Le service électronique du LAPP compte 15 agents et participe à l'étude et à la réalisation des projets des différentes expériences de physique du laboratoire.
Le groupe du LAPP est fortement impliqué dans les développements mécaniques et électroniques pour le futur détecteur de traces du détecteur ATLAS, qui fera partie des évolutions prévues pour la phase II du LHC. Avec l'augmentation de la luminosité des faisceaux du LHC prévue en 2023, un nouveau détecteur de traces plus rapide et plus précis sera nécessaire pour traiter les évènements de physique et identifier les plus intéressants parmi une grande multiplicité de traces parasites issues des collisions satellites. Ce détecteur de traces est constitué d'un empilement de modules de silicium, dont les pixels, sensibles au passage des particules chargées, et qui permettent de reconstruire leurs trajectoires.
Le groupe du LAPP est responsable du design et le la production des services électriques situés au plus près du détecteur dont le rôle est d'alimenter les modules pixels et de récupérer leurs données numérisées pour les transmettre aux systèmes de traitement offline.
La personne retenue sera encadrée durant les premiers mois par un ingénieur sénior spécialiste.

Contraintes et risques

Déplacements à la journée sur le site du CERN.

Informations complémentaires

Rattachement : Service électronique.
Durée du contrat : 12 mois renouvelable (36 mois).
Date d'embauche prévue : à partir de juillet 2020.
Niveau d'études souhaité : BTS, DUT, licence professionnelle
Expérience souhaitée : débutant accepté, une expérience du dessin des cartes est souhaitée

On en parle sur Twitter !