En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5558-SANCHA-001 - Post-doc en biostatistiques appliquées à l'écotoxicologie (H/F) : revisite des méthodes de distribution de sensibilité des espèces (SDD) dans le contexte de l'évaluation du risque lié aux pesticides sur les plantes terrestres non cibles (NTTP)

Post-doc en biostatistiques appliquées à l'écotoxicologie (H/F) : revisite des méthodes de distribution de sensibilité des espèces (SDD) dans le contexte de l'évaluation du risque lié aux pesticides sur les plantes terrestres non cibles (NTTP)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5558-SANCHA-001
Lieu de travail : VILLEURBANNE
Date de publication : mardi 29 janvier 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2555,39€ et 2948,92€ (brut mensuel) selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

- Sélectionner des modèles non linéaires appropriés pour obtenir des estimations statistiquement robustes des concentrations pour lesquelles il y a 50% d'effet sur les espèces testées (ER50) ;
- Définir une procédure SSD permettant d'inclure des estimations censurées (définie par intervalles et/ou non bornées) des ER50 conduisant à des estimations statistiquement robustes des concentrations dangereuses pour 5% des espèces (HC5), en garantissant de couvrir toute la gamme de sensibilité dans les batteries d'espèces de NTTP étudiées ;
- Appliquer cette procédure SSD pour construire un arbre de décision applicable en évaluation du risque, à partir d'études de cas ;
- Concevoir une interface utilisateur conviviale, compatible avec les bonnes pratiques de laboratoires applicables aux systèmes informatiques, permettant de mettre en œuvre l'arbre de décision et la procédure SSD facilement ;
- Publier les résultats.

Activités

Pour les NTTP, des données multi-espèces sont générées conformément aux tests de toxicité standard mis en œuvre dans les documents guides 208 et 227 de l'OCDE. A partir de ces tests, des valeurs de ER50 sont estimées puis utilisées comme entrées dans les analyses de distribution de sensibilité des espèces (SSD). Souvent, il arrive que certaines de ces ER50 ne soient obtenues que sous la forme d'intervalles non bornés et il n'existe pas de document réglementaire qui décrive comment intégrer ces données aux analyses SSD. Pour ne pas perdre ces données, il convient de revisiter l'approche SSD pour les NTTP ; c'est l'objectif du projet dans lequel sera intégrée la personne recrutée afin de :
- Fournir un guide de l'utilisateur pour l'implémentation logicielle pratique des analyses statistiques permettant d'obtenir les ER50 et les HC5 ;
- Faire une étude d'impact sur la façon dont l'inclusion des ER50 censurées dans les analyses SSD est susceptible de modifier les estimations des HC5 ;
- Construire un arbre de décision permettant de savoir quand il est pertinent d'inclure les ER50 censurées ;
- Étudier la faisabilité de faire de la plateforme web MOSAIC l'outil de référence pour les analyses SSD des NTTP pour les aspects réglementaires liés à l'environnement ;
- Faire des publications dans des journaux scientifiques à comité de lecture.
Le travail se fera sous la co-supervision du Laboratoire de Biométrie – Biologie Évolutive (resp. Sandrine CHARLES, CNRS, Université Lyon 1, France) et de l'ECPA (resp. Virginie DUCROT et Peter SOWIG, European Crop Protection Agency).

Compétences

Sont exigées des compétences de haut niveau en modélisation et inférence statistique (en particulier inférence bayésienne), ainsi qu'en programmation R. Seront un plus des compétences en écotoxicologie appliquée, en écologie et/ou en évaluation des risques. Une connaissance approfondie de l'anglais écrit et parlé est indispensable.

Contexte de travail

La personne recrutée travaillera au sein de l'équipe « Modélisation et Écotoxicologie PrédictiveS » du Laboratoire de Biométrie – Biologie Évolutive, UMR 5558 du CNRS et de l'université Claude Bernard Lyon I dont les recherches s'organisent autour de deux thèmes fédérateurs : la « Biométrie » et la « Biologie évolutive ». Cette spécificité a présidé à la création du laboratoire et lui confère son originalité. Les résultats scientifiques du LBBE naissent dans la synergie des points de vue méthodologique, dont le cœur est la modélisation tant mathématique qu'informatique, et des perspectives évolutives qui organise les recherches indépendamment du niveau d'organisation biologique.

On en parle sur Twitter !