En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5478-MAIDUG-002 - Chercheur.e postdoctorant.e en syntaxe des langues OV (H/F)

Chercheur.e postdoctorant.e en syntaxe des langues OV (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5478-MAIDUG-002
Lieu de travail : BAYONNE
Date de publication : lundi 25 novembre 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 20 janvier 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2 617 et 3 729 € nets /mois selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

La mission principale de la personne recrutée sera de contribuer à un projet de recherche portant sur les effets de verbe second (V2) dans les langues sans V2 (exact), c'est à dire dans les langues autres que celles de type germanique.
Pour cela, il est attendu de la/du post-doctorant.e qu'elle/il étudie la syntaxe d'une langue aux propriétés suivantes :
- ordre neutre ou basique de la phrase O(bjet)-V(erbe) ;
- pas d'ordre de verbe second (V2) dans les phrases déclaratives ;
- mouvement de constituants dans certains contextes syntaxiques (tels que la focalisation, l'interrogation, etc.) donnant lieu à des effets de réorganisation qui affectent particulièrement le verbe, comme par exemple des effets de contiguïté, un verbe en position non-finale, des effets de V2 (non-exacts), etc.
La langue en question sera choisie par la/le candidat.e, mais sera, idéalement, sa langue ou une de ses langues de spécialisation.
La/le post-doctorant.e intégrera le laboratoire IKER (UMR 5478) à Bayonne, et travaillera dans le cadre du projet ANR-DFG Uncovering verb-second effects. An interface-based typology (UV2), co-dirigé par Maia Duguine (CNRS-IKER) et Georg A. Kaiser (Universität Konstanz). Elle/il travaillera sous la direction de Maia Duguine et en collaboration avec les autres membres du projet.
Le projet UV2 étudie les contraintes de contiguïté observées dans les configurations syntaxiques dans lesquelles le verbe apparaît en seconde position de la phrase, dans un ensemble de langues – typologiquement liées ou pas, et à ordre SOV ou SVO – qui sont des langues à « verbe-second (V2) non-exact » (en particulier: les langues romanes, modernes et anciennes, le basque, le sorabe). Le projet vise à étendre le périmètre des langues qui sont pertinentes pour la typologie des langues à V2, (i) en explorant l'étendue ainsi que les particularités des effets de V2 dans les langues étudiées, (ii) en évaluant l'incidence potentielle du contact de langues, et (iii) en élucidant l'existence de différents facteurs liés à différents domaines de la grammaire sous-jacents au phénomène de V2.
À partir de l'étude de sa langue de spécialisation, et en dialogue avec l'ensemble des participants du projet UV2, le/la post-doctorant.e contribuera à la réflexion sur (i) la généralisation selon laquelle les langues OV sont des langues à qu-in-situ ou plus généralement des langues sans mouvement vers la périphérie gauche de la phrase, (ii) le statut de ces langues en ce qui concerne les propriétés de V2, et plus généralement de contiguïté avec le verbe fléchi, et (iii) la nature de la variabilité observée à travers les langues en ce qui concerne les « effets de V2 », dans la perspective de la grammaire générative.

Activités

- Rédaction d'un 'état de la question' de la littérature pré-existante sur les structures pertinentes dans la langue ou les langues à étudier.
- Caractérisation des points de syntaxe qui doivent être étudiés conformément aux buts du projet UV2, développement de stratégies optimales de recueil de données, design de questionnaires, recrutement d'informateurs, recueil de données à travers des entretiens avec des locuteurs natifs, organisation, classification, traitement, annotation des données recueillies.
- Analyse comparée des phénomènes syntaxiques pertinentes dans les langues étudiées.
- Exploration de l'hypothèse de l'existence d'effets de V2, étude des conséquences pour la corrélation entre ordre OV et qu-in-situ, et pour la théorie syntaxique d'une manière générale.
- Dissémination des résultats obtenus : conférences internationales, publication d'au moins un article dans un journal international de premier rang.
- Participation à l'organisation de séminaires, conférences et publications organisés dans le cadre du projet UV2, et autres possibles travaux de gestion du projet.

Compétences

- Être titulaire d'une thèse de doctorat en linguistique.
- Maîtriser les techniques et méthodologies du travail de terrain et/ou recueil de données.
- Avoir une bonne connaissance de la syntaxe formelle et comparée (générative), et de la bibliographie sur la périphérie gauche de la phrase.
- Expérience dans la recherche sur une ou des langues OV telles que décrites ci-dessus.

Contexte de travail

Le postdoctorat s'inscrit dans le cadre du projet ANR-DFG “Les effets de verbe second. Une typologie appuyée sur les interfaces (UV2)” impliquant l'UMR 5478 (IKER), avec le partenariat de chercheurs de l'Université de Constance (Allemagne).
Le projet UV2 s'articule autour de trois objectifs principaux. D'une part, il vise à étendre le périmètre des langues associées au V2, en incluant des langues à ordre de base sujet-objet-verbe (SOV) au-delà des cas relativement rares tels que le kashmiri (langue indo-aryenne) ou l'ingouche (Caucase), dont on sait qu'ils montrent des effets de V2. Le second objectif est d'estimer si le contact de langues a pu jouer un rôle significatif dans le fait que les effets de V2 sont une propriété de l'aire linguistique du Sud-Ouest de l'Europe, où le basque, l'espagnol, le français et le gascon montrent des effets de V2 similaires. Enfin, le troisième objectif est d'explorer une approche non-uniforme au V2, en ce sens qu'il résulte de facteurs liés à différents domaines de la grammaire, donnant lieu à une riche typologie d'effets de V2.
Le laboratoire IKER (http://www.iker.cnrs.fr/), situé à Bayonne (64) est spécialisé dans l'étude de la langue et les textes basques.

Informations complémentaires

Le dossier de candidature, soumis à travers l'espace du Portail Emploi du CNRS, devra réunir un CV, une lettre de motivation, et éventuellement, des contacts de références professionnelles.

On en parle sur Twitter !