En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5229-ANNBUS-003 - Chercheur postdoctoral (H/F) Base moléculaire du comportement social

Chercheur postdoctoral (H/F) Base moléculaire du comportement social

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 28 janvier 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5229-ANNBUS-003
Lieu de travail : BRON
Date de publication : jeudi 26 novembre 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 4 janvier 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2675 et 3805 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Au sein de l'Institut des Sciences Cognitives Marc Jeannerod situé à Bron, vous serez en charge des analyses anatomiques et histologiques dans le cadre d'une étude préclinique visant à détecter le système ocytocinergique pour des applications dans le domaine de l'autisme. Vous devrez assurer des études d'immunofluorescence, du processing des tissus jusqu'à l'analyse morphologique. Cette étude s'intégrant dans un projet global pluridisciplinaire, vous aurez également la possibilité de participer à des études de manipulation génétique et comportementales.

Activités

• Détecter par immunofluorescence et modéliser le réseau de cellules ocytocinergiques sur organe entier par l'utilisation de l'imagerie en trois dimensions (microscopie à feuilles de lumière)
• Participer à la mise en place de tests comportementaux chez le rongeur.
• Analyser et présenter les données obtenues (rédaction du cahier de laboratoire, présentation des ré-sultats lors des réunions de suivi)
• Adapter et optimiser l'approche méthodologique du projet en concertation avec le responsable de pro-jet
• Appliquer les règles d'hygiène et de sécurité du domaine

Compétences

• Excellente connaissance théorique et pratique de la neurohistologie/neuroanatomie
• Compétence avérée pour la mise en oeuvre et le suivi d'études chez la souris: de la rédaction d'autorisation à experimenter, au recueil et traitement des données (tests statistiques)
• Experiences exigées en biologie cellulaire: coupes de tissu au microtome, immunohistochimie/immunofluorescence, technique de transparisation (iDISCO, CLARITY…), utilisation de microscopes (épifluorescence, confocal, à feuille de lumière)
• Expérience en chirurgie intra-cérébrale serait un plus
• Maitrise des outils informatiques usuels (pack office), de logiciels d'analyse d'images (Fijii, Imaris, Arrivis) et de graphisme (Photoshop, Illustrator, Gimp)
• Habilitation pour l'expérimentation animale exigée (niveau I)
• Connaissance des réglementations en hygiène et sécurité
• Savoir rédiger des présentations, des rapports et des publications
• Compétences linguistiques en anglais : expression et compréhension orales et écrites niveau2
• Expérience de 2 ans minimum dans les domaines pré-cités.
• Qualités professionnelles: adaptation, esprit d'équipe, et conscience professionnelle
• Qualités personnelles: autonomie, dynamisme, et capacité d'apprentissage

Contexte de travail

L' ISCMJ est une unité mixte du CNRS (UMR 5229) d'une centaine de personnes où plusieurs groupes internationaux travaillent à l'interface entre neurobiologie, neuropsychologie et cognition. Le/La candidat.e exercera ses activités au sein du groupe de recherche thématique “Neuropsychologie de l'action”, dirigée par Angela Sirigu. L'objectif global de l'équipe est de comprendre comment la population de neurones ocytocinergiques assurent la stabilité fonctionnelle nécessaire à l'élaboration de comportements sociaux et comment le dysfonctionnement de leur réseau neuronal pourrait être impliqué dans les troubles du spectre autistique. A cet égard, l'équipe développe une approche multi-échelle et multi-espèces allant de l'analyse du réseau de neurones jusqu'a l'évaluation de l'effet comportemental induit par des manipulations chemogénétiques in vivo. Le/La candidat.e sera placé(e) sous la responsabilité de la directrice du projet qui encadre ce groupe de recherche thématique et travaillera en étroite collaboration avec les membres du groupe.

On en parle sur Twitter !