En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5204-FLOMAG-002 - Postdoc de 2 ans en modélisation hydrothermale du permafrost de haute montagne (H/F)

Postdoc de 2 ans en modélisation hydrothermale du permafrost de haute montagne (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5204-FLOMAG-002
Lieu de travail : LE BOURGET DU LAC
Date de publication : lundi 4 mai 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : de 2648 € à 3768 € bruts par mois selon expérience post-doctorale
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le/La postdoctorant.e devra modéliser les processus thermiques et hydrologiques du permafrost de haute-montagne avec les outils du logiciel Feflow® (DHI – WASY). Ces travaux s'inscrivent dans le programme de recherche ANR-19-CE01-0018-01 WISPER : « Water and Ice related processes in Steep alpine bedrock PERmafrost » (http://edytem.cnrs.fr/projet-anr-wisper-anr-project-wisper/), financé par l'agence nationale de la recherche. Ce projet vise à améliorer la compréhension de la dynamique thermique et hydrologique du permafrost de paroi pour mieux appréhender les processus mécaniques et notamment les ruptures de versants rocheux en haute montagne à partir de modélisation numérique et d'un monitoring géoélectrique.

Activités

- Tester la sensibilité hydraulique et thermique du permafrost aux propriétés de la fracturation (densité, inclinaison, connectivité, ouverture) et aux propriétés de l'eau infiltrée (quantité, température).
- Participer à l'encadrement de stagiaires qui traiteront en particulier des séries de photos (4 années acquises) sur le site de l'Aiguille du Midi (massif du Mont Blanc), afin de déterminer l'équivalent en eau de l'enneigement.
- Contribuer à la collecte, le traitement et l'analyse de données physico-chimiques prélevées à l'Aiguille du Midi, ainsi que des données de monitoring géo-électrique collectées sur ce site.

Compétences

Une ou plusieurs des expériences/compétences suivantes sont nécessaires :
- modélisation numérique,
- hydrogéologie,
- géomorphologie,
- géologie ou
- physique.
Les expériences/compétences suivantes sont des atouts :
- maitrise du français,
- utilisation de Feflow®,
- géophysique (géo-électrique notamment,
- alpinisme,
- sens de l'autonomie et du travail en équipe.
Maitrise de l'anglais et permis de conduire obligatoires.

Contexte de travail

Il/elle travaillera au laboratoire EDYTEM (CNRS et Université Savoie Mont-Blanc) où des recherches pluridisciplinaires sont conduites, regroupant sciences sociales et sciences de l'environnement avec pour point commun la montagne. Le travail sera supervisé par Florence Magnin (Chargée de Recherche, géomorphologue, porteuse du projet WISPER : http://edytem.cnrs.fr/pages-personnelles/florence-magnin/) et Jean-Yves Josnin (Maitre de Conférence, hydrogéologue). Le laboratoire est situé sur le campus Technolac de l'Université Savoie Mont-Blanc au Bourget du Lac, à une dizaine de kilomètres de Chambéry (Savoie). Le/ la Postdoctorant.e sera intégré.e à l'équipe Morphodynamique de versants qui compte des chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, postdoctorants et personnel d'appui à la rechrche, travaillant sur les processus physiques qui façonnent les versants de montagne. Il/elle aura l'occasion d'échanger avec les partenaires norvégiens (Université d'Oslo) et allemands (Université Technique de Munich) du projet, notamment autour de l'encadrement de stages. Il/elle participera à des missions de terrain dans le massif du Mont Blanc principalement. Il/elle aura à disposition les outils informatiques nécessaires à l'accomplissement de la mission et un accompagnement financier pour les déplacements (terrain) et la valorisation de la recherche (conférences, publications).

Contraintes et risques

Afin de contribuer au monitoring géo-électrique prévu dans le projet, le ou la postdoctorant.e devra potentiellement accomplir des missions de terrain à la journée (Permis B fortement souhaité). Selon la motivation et les compétences en alpinisme et après avoir suivi une formation spécifique, le/la postdoctorant.e pourra contribuer aux travaux sur cordes prévus dans le projet (géophysique) et accomplis par son équipe d'accueil (relevés de forages thermiques par exemple).

Informations complémentaires

La date de début de contrat est flexible de plus ou moins 3 mois.

On en parle sur Twitter !