En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5203-PHIMAR-001 - (H/F) Chercheur post-doctorant en neurosciences moléculaires

(H/F) Chercheur post-doctorant en neurosciences moléculaires

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5203-PHIMAR-001
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : lundi 27 avril 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2600 à 3000 brut mensuels
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Parmi les 14 sous-types de récepteurs de la sérotonine (5-hydroxytryptamine, 5-HT), le récepteur 5-HT2A suscite un intérêt particulier car il est la cible des antipsychotiques de seconde génération comme la clozapine et la rispéridone mais également des hallucinogènes psychédéliques tels que l'acide lysergique diamine (LSD), qui reproduisent certains symptômes majeurs de la schizophrénie. Des études réalisées dans le laboratoire d'accueil indiquent que les récepteurs 5-HT2A préfrontaux modulent la transmission synaptique glutamatergique et favorisent l'induction d'une plasticité synaptique au niveau des synapses thalamo-corticales en induisant la phosphorylation de différentes sous-unités des récepteurs ionotropiques du glutamate. Ces études ont également démontré que l'activation des récepteurs 5-HT2A induit des changements dynamiques dans l'expression des gènes des neurones corticaux qui pourraient résulter de mécanismes épigénétiques. En lien avec ces observations, le chercheur post-doctorant recruté aura pour objectifs de caractériser:
1) Le phosphoproteome induit par l'activation des récepteurs 5-HT2A dans des fractions présynaptiques et postsynaptiques purifiées à partir de neurones pyramidaux de cortex préfrontral issus des souris Thy1:YFP.
2) Les mécanismes épigénétiques (méthylation de l'ADN, modifications des histones, réarrangement de la chromatine) induits par l'activation des récepteurs 5-HT2A au niveau des neurones pyramidaux du cortex préfrontral (purifiés à partir des souris Thy1:YFP).

Activités

- Génotypages et gestion des lignées de souris (Thy1:YFP, 5-HT2A-/- et Thy1:YFP/5-HT2A-/-), traitement des animaux avec les ligands spécifiques des récepteurs 5-HT2A, prélèvement des échantillons biologiques (cortex préfrontal).
- Purification des neurones pyramidaux du cortex par FACS.
- Préparation des échantillons biologiques pour les études phosphoprotéomiques et épigénétiques (modifications chimiques de l'ADN, modifications post-traductionnelles des histones et réarrangements structuraux de la chromatine).
- Analyse et interprétation des données des études phosphoprotéomiques et épigénétiques.

Compétences

- Doctorat en Neurosciences avec une solide expertise en biochimie, biologie moléculaire et cellulaire.
- Une expérience en tri cellulaire et/ou protéomique et/ou épigénétique et/ou bioinformatique sera fortement appréciée
- Autonomie, communication et organisation.

Contexte de travail

L'Institut de Génomique Fonctionnelle (IGF, https://www.igf.cnrs.fr/index.php/en/) est un centre de recherche multidisciplinaire du CNRS, de l'INSERM et de l'Université de Montpellier qui étudie les processus de signalisation et de communication cellulaire dans les domaines de la neurobiologie, de la cardiologie, de l'endocrinologie et de l'oncologie. L'IGF comprend trois départements, 23 équipes de recherche et environ 250 personnes (chercheurs, ingénieurs, techniciens, post-doctorants et étudiants) et héberge plusieurs plateformes essentielles pour les recherches dans le domaine des sciences de la vie, notamment une plateforme de génomique équipée de séquenceurs de nouvelle génération et une plateforme de protéomique équipée de trois spectromètres de masse à haute résolution. Ces plateformes sont gérées par des ingénieurs qui apportent leur expertise et leur aide aux utilisateurs des plateformes et organisent chaque année des formations, offrant ainsi une opportunité unique de formation et de transfert de connaissances aux jeunes scientifiques recrutés par l'institut.
Le poste, financé par le Labex EpiGenMed (http://www.epigenmed.fr/), est ouvert dans l'équipe Neuroprotéomique et Signalisation des Maladies Neurologiques et Psychiatriques (https://www.igf.cnrs.fr/index.php/en/h-teams-en/h-marin-en). L'équipe étudie les réseaux de signalisation associés aux récepteurs de la 5-HT et leur rôle dans la physiopathologie des troubles psychiatriques d'origine neuro-développementale comme la schizophrénie. Le chercheur post-doctorant recruté sera encadré par Philippe Marin et Carine Bécamel. Les études épigénétiques seront réalisées en collaboration avec l'équipe de Giacomo Cavalli (https://www.igh.cnrs.fr/en/research/departments/genome-dynamics/21-chromatin-and-cell-biology) à l'IGH et bénéficieront de l'expertise exceptionnelle de cette équipe dans le domaine.

Contraintes et risques

Aucune contrainte particulière n'est associée à ce poste, si ce n'est la réalisation de certaines expériences dans l'animalerie et la manipulation de souris vivantes.

On en parle sur Twitter !