En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5191-MAXPEN-012 - Chercheur-e à mi-temps en (socio)linguistique interactionnelle, anthropologie linguistique H/F

Chercheur-e à mi-temps en (socio)linguistique interactionnelle, anthropologie linguistique H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 7 juillet 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5191-MAXPEN-012
Lieu de travail : LYON 07
Date de publication : jeudi 16 juin 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2022
Quotité de travail : Temps incomplet
Rémunération : Entre 1243 et 1578 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Ce poste s'inscrit dans le cadre du projet LABOR – « Le langage aux frontières du travail et de l'école : une ethnographie des lycées professionnels en Guyane ».
Ce programme de recherche est financé à partir de septembre 2022 par le LABEX ASLAN. La coordination est conjointement assurée par Patricia Lambert (ENS Lyon, ICAR) et Anna Ghimenton (Lyon 2, DDL).
La recherche LABOR veut faire converger l'attention sur un territoire (la Guyane), sur un segment du système scolaire (la voie professionnelle) et sur un type de dispositif didactique (“l'atelier d'école”) au prisme du langage. L'articulation entre ces trois points correspond à l'ouverture d'un chantier complètement nouveau. L'objectif général de LABOR est ainsi de documenter la “part langagière” de la formation professionnelle en Guyane. En entrant dans les lycées professionnels par la porte de leurs “ateliers” de formation professionnelle, il s'agit de commencer à produire des connaissances sur la façon dont on forme en Guyane les futurs ouvrier.es et employé.es, en cernant particulièrement le rôle joué dans cette formation par les pratiques langagières, les types de savoirs en jeu (professionnels, techniques, scolaires ou autrement catégorisés) et les processus sociaux différenciateurs qui s'opérationnalisent dans les apprentissages.
Pour ce faire, le projet adopte une approche ethnographique et interdisciplinaire (sciences du langage, sciences de l'éducation, sciences sociales).
La personne recrutée participera à la coordination des travaux du consortium et à toutes les étapes de la recherche : préparation des missions de recherche en Guyane, élaboration de la bibliographie générale d'appui à l'enquête, récolte et analyses des données qualitatives. Sa participation s'inscrira principalement dans le domaine de la sociolinguistique ethnographique et interactionnelle (anthropologie linguistique). Le poste requiert des compétences théoriques et méthodologiques avérées dans ce domaine. Il.elle devra avoir en outre un fort intérêt pour le champ de la formation professionnelle et de l'expérience sur ce terrain.
Le travail, réalisé en étroite collaboration avec les coordinatrices et le reste de l'équipe, donnera lieu à des publications co-signées pour la diffusion des résultats et la valorisation de la recherche.

Activités

Participation à la coordination des travaux du consortium ; récolte de données en milieu scolaire (lycées professionnels) plurilingue ; analyses discursives et interactionnelles (multimodales) ; co-écriture d'articles scientifiques et de vulgarisation.

Compétences

Compétences requises :
Compétences d'analyse des textes officiels relatifs à l'éducation nationale française et des référentiels de la formation professionnelle scolaire.
Des compétences avancées sont requises à la fois sur le volet empirique (collecte de données en contextes plurilingues), sur les volets de gestion des données, ainsi que pour celui des analyses en linguistique interactionnelle. Une maitrise avancée de la dimension technique (audio-vidéo enregistrements en milieu écologique) pour la collecte des données dans le milieu de l'école est indispensable. Une forte expérience de travail de terrain et du travail ethnographique collaboratif dans un contexte multidisciplinaire est essentielle.

Compétences souhaitables :
Connaissances du contexte guyanais et/ou latino-américain, de langues de cette aire géolinguistique. Intérêt pour la variation et la variabilité des pratiques langagières selon les approches ethnographique et sociolinguistique. De bonnes connaissances théoriques et méthodologiques sur les questions de contact de langues et de socialisation langagière seront particulièrement appréciées.

Contexte de travail

Au sein du Labex ASLAN (https://aslan.universite-lyon.fr/), l'Unité Mixte de Recherche ICAR (CNRS, ENS Lyon, Lyon 2) se caractérise par des activités scientifiques pluridisciplinaires en linguistique et en didactiques focalisées sur l'analyse multidimensionnelle des usages de la langue en interaction et dans le texte, appréhendée de manière outillée sur de grands corpus de données orales interactives et textuelles. Les membres d'ICAR contribuent notamment à développer des recherches pluridisciplinaires autour des relations entre savoirs et médiations linguistiques ; sur les interactions entre langage, travail et formation ; sur les nouveaux contextes d'apprentissage et d'interaction filtrés par des supports numériques.

Contraintes et risques

Ce poste nécessite une grande capacité d'autonomie, notamment dans les étapes de collecte de données qui impliqueront des missions sur le terrain guyanais de plusieurs semaines/mois. Une planification anticipée des missions est à prévoir.
Le travail sera réalisé dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

On en parle sur Twitter !