En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5189-BERRED-005 - CDD chercheur/chercheuse en papyrologie, analyse de réseaux sociaux (H/F), projet ERC "Desert Networks"

CDD chercheur/chercheuse en papyrologie, analyse de réseaux sociaux (H/F), projet ERC "Desert Networks"

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5189-BERRED-005
Lieu de travail : LYON 07
Date de publication : mercredi 24 juin 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2643 et 3766€ brut mensuel selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

« Les réseaux sociaux de la main-d'œuvre indigène sous Antonin au Mons Claudianus » : les fouilles internationales conduites au Mons Claudianus entre 1987 et 1993 ont permis de mettre au jour environ 9.000 ostraca, qui livrent des indications importantes sur l'organisation des carrières de granit impériales, mais aussi sur la vie quotidienne des habitants de la partie nord du désert Oriental égyptien. Deux règnes sont principalement représentés dans ce corpus : Trajan et Antonin. Le règne de Trajan correspond à la construction du forum de Trajan et de la basilica Ulpia. En revanche, on ne connaît pas de chantiers commandités par Antonin. On suppose que l'exploitation du metallon sous cet empereur visait à achever les programmes lancés par Hadrien. Une grande partie des ostraca antoniniens est constituée par un ensemble de c. 1200 instructions mensuelles adressées par les carriers et forgerons indigènes à leur intendant aux vivres, le kibariatès, concernant leur salaire et leur ration frumentaire à venir. Ce genre documentaire caractéristique du Mons Claudianus (nonobstant de rares exemples dans deux metalla voisins, le Porphyritès et Kainè Latomia), s'intitulait entolè. À son propos, on consultera provisoirement deux articles d'H. Cuvigny, « The Amount of the Wages paid to the Quarry-Workers at Mons Claudianus », JRS 86, 1996, p. 139-145 et « Deux ostraca du Mons Claudianus : O.Bahria 20 et 21 », CdE 72, 1997, p. 112-118. Le kibariatès (qui n'était, semble-t-il, qu'un des ouvriers délégué par ses camarades) descendait dans la vallée avec ces instructions et procédait aux achats demandés (essentiellement des vivres) et à d'autres dépenses : remboursements de dettes, prêts à des camarades, cotisations diverses. Une entolè commence typiquement par l'en-tête : entolè d'Untel pour tel mois. Elle comporte d'autres noms que celui de l'ouvrier : celui du kibariatès, celui des créanciers ou des débiteurs, parfois ceux de membres de sa famille.
L'analyse de réseau portera sur ce corpus, dont Hélène Cuvigny a entrepris la publication (une grande partie des textes est déjà établie). Les textes sont transcrits et saisis dans sa base de données des O.Claud. sur File Maker à laquelle l'analyste aura accès. Comme cette base a été en partie complétée par des étudiants et n'a pas été systématiquement vérifiée, elle comporte des erreurs (en particulier dans la transcription des noms ou la saisie des textes) que l'analyste signalera et corrigera. L'analyste devra prendre en compte les occurrences de ces personnages dans d'autres ostraca antoniniens qui ne sont pas des entolai (lettres privées, listes de noms, tituli amphoriques).
Les résultats espérés sont : (1) une prosopographie de la main-d'œuvre indigène au Mons Claudianus sous Antonin ; (2) le classement des noms dans les deux groupes entre lesquels elle se répartissait selon l'origine géographique : les Syénites et les Alexandrins. L'anthroponymie est un bon indicateur, mais il subsiste des cas douteux que l'analyse de réseau pourrait permettre de trancher ; (3) une estimation de son nombre ; (4) les entolai n'étant pas datées, on n'a à ce jour aucune idée de l'étendue de la période couverte : quelques mois ? quelques années ? L'analyse de réseau permettra-t-elle d'avancer sur cette question ? ; (5) il y a différents types d'entolai, par exemple : série adressée à deux kibariatai, série où le technonyme kibariatès est remplacé par kephalaiôtès, série où le prix des denrées est indiqué, série où l'échelle des salaires est différente, etc. L'analyse de réseau en portant non seulement sur les personnes, mais aussi sur d'autres variables permettra d'établir des liens entre celles-ci : mois, unité stratigraphique, présence ou non de telle cotisation, etc.

Activités

Les travaux du chercheur se feront dans le cadre du projet ERC « Desert Networks. Into the Eastern desert of Egypt from the New Kingdom to the Roman Period” (StG n° 759078) porté par Bérangère Redon (CNRS-HiSoMA). Le chercheur travaillera tout particulièrement au sein de l'équipe WP5 (« workpackage » 5) dont les travaux sont dédiés à l'étude des réseaux sociaux du désert Oriental au travers de la documentation papyrologique (WP dirigé par H. Cuvigny, CNRS-IRHT, directrice de l'Institut de papyrologie de la Sorbonne, et Bérangère Redon). Il ou elle sera en étroit contact avec H. Cuvigny, qui lui donnera accès à sa banque de données. Il participera au séminaire de l'institut de papyrologie de Sorbonne-Université et au séminaire de l'axe C d'HiSoMA (séminaire d'épigraphie et séminaire « Mutations »). Il ou elle devra également contribuer activement aux activités de recherche du groupe de recherche Desert Networks, en lien étroit avec les autres membres du projet.

Compétences

Thèse en papyrologie ou, à défaut, en histoire ancienne. Très bonne connaissance du grec, de l'ecdotique des papyrus documentaires, aptitude à leur déchiffrement, familiarité avec la sociologie et l'administration de l'Égypte romaine, connaissance de l'anthroponymie de l'Égypte romaine, compétences dans les méthodes de la SNA (« Social Network Analysis »).

Contexte de travail

Les recherches qui sont menées au sein du laboratoire HiSoMA concernent les mondes anciens, abordés à travers les disciplines spécialisées des Sciences de l'Antiquité que sont l'archéologie, l'histoire, les études littéraires, la philologie, l'épigraphie, la numismatique, l'iconographie, sur une très longue période qui s'étend de l'Ancien Empire pharaonique à la fin de l'Antiquité tardive, et dans un espace géographique cohérent qui correspond principalement aux civilisations de la Méditerranée antique.

Informations complémentaires

Présentation du projet ERC Desert Networks – Into the Eastern Desert of Egypt from the New Kingdom to the Roman period' (ERC-StG n. 759078).
Le désert est un paradoxe : il est à la fois aride et riche en ressources, une marge et une interface. Loin d'être un no man's land, c'est un espace social de solidarités liées. Le projet « Desert Networks » vise à explorer l'organisation réticulaire d'une telle zone en se concentrant sur la partie sud du désert Oriental de l'Égypte. Situé entre le Nil et la mer Rouge, il s'est agi, de tout temps, d'une région attirante pour l'Égypte et au-delà. Ses vestiges antiques sont admirablement préservés et les sources anciennes provenant de la région elle-même sont nombreuses. Cependant, l'histoire de son occupation et de son appropriation est encore trop souvent statique et compartimentée. L'ambition du projet est de franchir les frontières disciplinaires et de procéder à une rupture épistémologique en travaillant pour la première fois dans et sur le désert Oriental en tant qu'objet dynamique, sur le long terme (milieu du IIe millénaire av. J.-C. - fin du IIIe s. apr. J.-C.). Il s'agit d'analyser l'organisation des différents réseaux qui relient ses différents nœuds en utilisant la théorie de la connectivité qui a remodelé les paradigmes scientifiques de la Méditerranée dans les années 2000. Pour la première fois, le projet rassemblera toutes les données découvertes dans la région au cours des 300 dernières années, ainsi que les données tirées de fouilles effectuées par le projet, dans une base de données liée à un SIG.

On en parle sur Twitter !