En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5060-PHIDIL-001 - Chercheur post doctoral en corrosion des métaux du patrimoines H/F - M/F

Chercheur post doctoral en corrosion des métaux du patrimoines H/F - M/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5060-PHIDIL-001
Lieu de travail : BELFORT
Date de publication : jeudi 12 mars 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2000-2300 Euros net
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le programme INTERREG METALPAT a pour but de développer et mettre en place un système expert permettant de diagnostiquer l'état de corrosion des métaux du patrimoine. Ce système expert est accessible via une application, MiCorr, permettant un accès aisé des utilisateurs (restaurateurs, conservateurs, archéologues, corrosionnistes, etc) à une base de données décrivant des systèmes de corrosion observés à différentes échelles. Avec des outils d'examen qui lui sont accessibles (observation visuelle et par loupe binoculaire le plus souvent), l'utilisateur peut alors accéder à des systèmes comparables qui auront été analysés en coupe transversale avec des méthodes de la science des matériaux, et, in fine a des probables mécanismes de corrosion. Cette comparaison lui permettra de réaliser un diagnostic plus fiable de son objet d'étude, qui ne peut être sujet à des études invasives, au vu de sa valeur patrimoniale.
La base de données de MiCorr ne compte à ce jour qu'une 50aine de fiches. Afin que le système expert soit opérationnel il convient d'augmenter significativement le nombre de systèmes de corrosion décrits et analysés avec des techniques multi-échelles.
Le but du CDD de recherche sera de procéder à l'étude physico-chimique et de proposer des mécanismes de corrosion d'un grand nombre de d'objets archéologiques et du patrimoine. Ce travail sera effectué en lien étroit avec les professionnels du patrimoine impliqués dans le projet, qui réaliseront, sur les mêmes objets, une description en stratigraphie, propre au milieu de la restauration-conservation.

Activités

Le chercheur participera aux différentes réunions entre les 4 laboratoires partenaires et sur le terrain (sites et réserves archéologiques, musées,…) afin de sélectionner les objets étudiés.
Il procédera à l'étude physico-chimique multi-échelle des objets corrodés en combinant les méthodes analytiques des deux partenaires français (microscopies optiques et électroniques, micro XRD, micro Raman) pour décrire le système de corrosion.
Il proposera des mécanismes de corrosion pour les systèmes étudiés.
Il sera en contact étroit avec les équipes de conservateurs-restaurateurs qui étudieront le même objet avec leur propre méthodologie
Il renseignera la base de données avec les nouvelles fiches créées et testera l'efficacité du système expert, en lien avec les développeurs Suisse.

Compétences

Analyse des matériaux et corrosion des métaux, si possible du patrimoine
Maîtrise des techniques de microscopies et d'analyse structurale à différentes échelles (MEB-EDS, Raman, XRD,…)
Notion de conservation/restauration des objets du patrimoine souhaitée
Des connaissances ou un intérêt pour la métallographie seraient appréciés
Ouverture à l'interdisciplinarité

Contexte de travail

Ce projet rassemble quatre partenaires, dont deux à la Haute Ecole Arc
(Neuchatel-Suisse) pour l'approche en conservation et le développement numérique du système expert et deux partenaires français : le Laboratoire métallurgies et cultures LMC-IRAMAT du CNRS et de l'UTBM (basé à Belfort) et le LAPA-NIMBE du CEA/CNRS (basé au CEA Saclay), où est implantée sa plateforme d'analyses de pointe.
Le/la chercheur-se CDD sera basé-e au laboratoire LMC de Belfort mais devra effectuer de fréquentes missions sur la plateforme analytique du LMC située au CEA Saclay en Ile de France. Par ailleurs il participera aux réunions régulières des partenaires en France et en Suisse. Une grande mobilité est demandée.

Contraintes et risques

Une grande mobilité entre Belfort et Saclay ainsi que des missions de terrain sont nécessaires, avec une exigence organisationnelle forte.
Une ouverture d'esprit permettant de travailler avec des personnels d'autres champs disciplinaires (conservation, archéologie, architecture etc…) est également nécessaire pour le bon déroulement de la recherche.
Une grande aptitude à la communication est nécessaire.
La bonne maîtrise de l'anglais est également un requis.

Informations complémentaires

Programme interreg

On en parle sur Twitter !