En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5044-ANNLEN-001 - Poste d'ingénieur-e d'études en sociologie politique (24 mois) H/F

Poste d'ingénieur-e d'études en sociologie politique (24 mois) H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5044-ANNLEN-001
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : jeudi 6 décembre 2018
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 février 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2136 et 2324 euros bruts par mois (selon expérience et grille CNRS)
Niveau d'études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le / la candidat-e devra être titulaire d'un master en sociologie / anthropologie / science politique / droit / géographie. Il / elle devra posséder une bonne connaissance des méthodes de l'enquête ethnographique. L'intérêt pour les dispositifs contemporains de contrôle des mobilités humaines (la rétention administrative, le règlement Dublin, les procédures de non-admission sur le territoire…) sera apprécié.
Il/elle sera en charge de:
– organiser et participer aux réunions entre partenaires
– enquêtes de terrain : observations et entretiens compréhensifs et biographiques (principalement à Vintimille et Bardonecchia)
– analyser les données qualitatives
– faire une veille bibliographique
– mettre à jour le site du projet (comptes rendus, photos, et vidéo de terrain)
– participer à la dissémination scientifique des résultats.

Activités

- Enquête ethnographique à la frontière franco-italienne et à la frontière basque (carnet de terrain, entretiens, observations, photos et vidéos)

Organisation des événements scientifiques

Compétences

Maîtrise des méthodes qualitatives ethnographiques
Maîtrise des méthodes audiovisuelles et de gestion d'un site Internet
Maîtrise de l'italien bienvenue, ainsi que de l'espagnol

Contexte de travail

L'IE sera intégré-e à l'équipe du projet ANR DisPow (ANR JCJC 2019-2021) et à l'équipe du Certop (UMR 4055 Toulouse)

Contraintes et risques

Mobilité et séjours de terrain prolongés de plusieurs jours voire semaines

Informations complémentaires

Le projet DisPow étudie les formes et les effets du pouvoir discrétionnaire de l'Etat aux frontières, au prisme des controverses sociojuridiques autour des droits des personnes en migration.
DisPow s'intéresse aux pratiques de résistance à ce pouvoir discrétionnaire à travers l'analyse de controverses sociojuridiques, dans le but de comprendre : 1) de quelle manière le droit et le contentieux peuvent être utilisés comme une arme, par qui, à quelles conditions, et avec quels résultats; 2) quels sont les espaces (la rue, les bureaux préfectoraux, les squats, les campements etc.) où différentes conceptions de la justice apparaissent, et où elles s'affrontent (tribunaux administratifs, de grande instance, internationaux, autres lieux extrajudiciaires); 3) si et comment ces controverses s'inscrivent dans des mouvements sociaux plus larges de défense des droits, et de quelle manière elles participent à leur évolution et/ou renouvellement.
En combinant une approche ethnographique avec les outils de la sociologie politique du droit, DisPow compare trois territoires frontaliers (la frontière franco-italienne entre Vintimille-Menton-Névache-Bardonecchia ; le Calaisis ; la frontière basque entre Bayonne et Irun) afin de comprendre les rapports au droit (commun, suspensif, dérogatoire…) qu'entretiennent des acteurs interconnectés tels les migrants, les défenseurs de leur cause (avocats, militants etc.), et les forces de l'ordre et autres agents de l'Etat.
L'ingénieur.e d'études sera basé.e au Certop (Toulouse) et sera amené.e. à réaliser des missions de terrain prolongées (Vintimille, Bardonecchia, et Hendaye notamment).

On en parle sur Twitter !