En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR3589-SAMSOM-009 - Chercheur ou Chercheuse en Etude de l'évolution future de la mer Méditerranée sous l'effet du changement climatique (H/F)

Chercheur ou Chercheuse en Etude de l'évolution future de la mer Méditerranée sous l'effet du changement climatique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 8 février 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR3589-SAMSOM-009
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : mercredi 18 janvier 2023
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 13 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Rémunération : Selon la qualification et l'expérience, le salaire brut sera compris entre 2805€ et 3964€ euros par mois.
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Située dans une zone climatique de transition, la mer Méditerranée subit fortement les impacts du changement climatique d'origine humaine. Des tendances significatives ont déjà été détectées pour la température de surface de l'eau, les vagues de chaleur marines, le niveau de la mer, les caractéristiques thermohalines des eaux profondes et les flux air-mer. De même, plusieurs études récentes ont montré que des changements forts étaient attendus au cours du 21ème siècle pour de nombreux paramètres de la physique océanique et de la biologie marine si les concentrations en gaz à effet de serre n'étaient pas stabilisées dans les prochaines décennies. En revanche, à notre connaissance, il existe peu d'études concernant l'évolution future des courants et de la turbulence de surface de la mer Méditerranée et les rares études existantes (Adloff et al. 2015 https://doi.org/10.1007/s00382-015-2507-3, Ser Giacomi et al. 2020 https://doi.org/10.1029/2020GL089941, de la Vara et al. 2022 https://doi.org/10.5194/esd-13-303-2022) se basent toutes sur une approche mono-modèle ne permettant pas d'obtenir des résultats robustes. Or, ces aspects présentent des impacts potentiels forts sur les espèces marines et en particulier sur la dispersion larvaire, phénomène essentiel à la résilience des écosystèmes et au maintien de la biodiversité en Méditerranée.
L'objectif de ce contrat est d'attaquer ce challenge scientifique. Nous visons en particulier à caractériser de manière robuste l'évolution possible de la circulation de surface de la mer Méditerranée en tenant compte des incertitudes inhérentes aux projections régionales du changement climatique et à comprendre les processus physiques impliqués dans ces évolutions. Nous établirons le lien entre ces changements de circulation et les tendances du niveau de la mer stérique et dynamique associé. L'approche se fera par la modélisation réaliste de la mer Méditerranée, en s'appuyant en particulier sur la 6ème génération du modèle de système climatique régional du CNRM (CNRM-RCSM6, Darmaraki et al. 2019b, https://doi.org/10.1029/2019GL082933) mais aussi sur l'ensemble multi-modèle coordonné produit dans le cadre de l'initiative international Med-CORDEX (www.medcordex.eu).
Les missions principales du poste proposé sont de (1) prendre en main le modèle CNRM-RCSM6 incluant une presentation fine de la mer Méditerranée pour réaliser des simulations de projection climatique jusqu'à 2100, (2) collecter les simulations similaires réalisées dans le cadre de l'initiative Med-CORDEX, (3) analyser les résultats des simulations pour caractériser l'évolution future possible de la circulation de surface et du niveau de la mer stérodynamique de la mer Méditerranée et (4) valoriser les résultats obtenus par des publications scientifiques. Les simulations à réaliser sont relativement cadrées par le protocole Med-CORDEX mais, en revanche, le candidat retenu ou la candidate retenue disposera d'un large degré de liberté concernant l'exploitation scientifique des simulations. Le travail sera effectué dans le cadre du projet national PopNCo (voir ci-dessous).

Activités

Le travail proposé comprend les activités suivantes :
travail sur ordinateur, participation aux réunions d'équipe et aux réunions du projet, coordination et échanges de données avec les partenaires du projet, communication orale ou poster lors de conférences scientifiques, publication d'articles scientifiques, contribution aux livrables du projet.

Compétences

1) Un doctorat en sciences atmosphériques, océaniques ou climatiques, obtenu avant la date de début du contrat
2) Une expérience dans un des domaines scientifiques suivants sera appréciée mais n'est pas obligatoire: changement climatique, océanographie, scénarios climatiques régionaux, mer Méditerranée
3) Compétences démontrées en programmation pour l'analyse et le tracé scientifique (python, R, NCL ou équivalent), et expérience confirmée du travail dans un environnement Linux (scripts shell, ...)
4) Une expérience de l'analyse de données massives de simulations numériques océaniques, du travail sur des calculateurs haute performance et/ou de la manipulation des données climatiques (par exemple, format netcdf, nco, cdo, ...) sera fortement appréciée mais n'est pas obligatoire
5) Excellentes compétences en communication écrite et orale en anglais. La pratique du français serait pratique mais n'est pas obligatoire

Contexte de travail

Le Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM, http://www.umr-cnrm.fr/) est un laboratoire scientifique de Météo-France et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) situé à Toulouse, l'une des villes les plus agréables et les plus dynamiques de France. Le CNRM est l'un des principaux instituts de recherche sur les sciences du climat en Europe. Le CNRM offre un environnement hautement international et interdisciplinaire pour mener des recherches scientifiques, ainsi que l'accès à de grandes installations scientifiques.

La candidate retenue ou le candidat retenu travaillera au sein de l'équipe de recherche sur la modélisation climatique régionale (https://www.umr-cnrm.fr/spip.php?article1035) composée de 13 membres, doctorants, post-doctorants, chercheurs juniors et seniors, ainsi que d'ingénieurs de recherche, sous la direction scientifique de Samuel Somot (https://www.umr-cnrm.fr/spip.php?article437). En plus de Samuel Somot, l'environnement scientifique proche sera constitué de Robin Waldman (https://www.umr-cnrm.fr/spip.php?article1057), Hervé Giordani et Florence Sevault.

Le poste annoncé est financé par le projet national ANR PopNCo qui implique de nombreux instituts de recherche français de premier plan dans les sciences océanographiques. Face aux risques croissants du changement global induit par les activités humaines sur la biodiversité
et les ressources marines, connaître l'efficacité à long terme des stratégies de gestion actuelles est un défi majeur. PopNCo s'intéresse à la robustesse des estimations d'un paramètre clé considéré dans la planification spatiale maritime, la connectivité des populations, et à sa tendance en lien avec les variations climatiques. Définie comme l'échange d'individus entre sous-populations, principal moteur du renouvellement et de la persistance des populations et des espèces, elle repose principalement (et exclusivement pour les espèces côtières fixées) sur la dispersion de larves pélagiques. Elle dépend donc de l'interaction complexe entre la circulation océanique et les traits de vie des espèces, deux facteurs fortement influencés par la variabilité climatique. Dans ce contexte, l'objectif de PopNCo est d'explorer les changements temporels de la connectivité, en estimant la variabilité interannuelle de la connectivité dans les climats passés et présents, et en la comparant à sa tendance attendue à long terme, induite par le changement climatique.

Informations complémentaires

Le candidat retenu ou la candidate retenue sera sous contrat avec le CNRS et sera basé ou basée au Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM), sur le site de Météo-France à Toulouse, France (http://www.umr-cnrm.fr/).

Selon la qualification et l'expérience, la durée du contrat sera compris entre 13 et 17 mois

Pour un examen complet, les candidats ou candidates sont invités à soumettre :
- un exposé détaillé de leurs motivations et intérêts de recherche en relation avec les missions détaillées dans l'appel d'offre
- un curriculum vitae comprenant la formation suivie, les expériences de recherche, la liste des publications et conférences, les compétences en informatique et les connaissances linguistiques
- les noms, numéro de téléphone et adresse e-mail d'au moins 2 personnes référentes

Pour plus de détails sur cet appel, veuillez contacter :
Samuel Somot
Météo-France/CNRM/GMGEC/MOSCA
Tél. : +33 (0)5 61 07 93 62
Email : samuel.somot@meteo.fr

On en parle sur Twitter !