En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse : Nouveaux matériaux pour le stockage solide de l'Hydrogène (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : lundi 27 mai 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Thèse : Nouveaux matériaux pour le stockage solide de l'Hydrogène (H/F)
Référence : UPR2940-ELOBER-101
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : lundi 6 mai 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Chimie des matériaux, nanomatériaux et procédés

Description du sujet de thèse

L'hydrogène a un rôle essentiel en complément de l'électrification dans la stratégie nationale de décarbonation de l'industrie. Il permet le stockage et le transport efficaces de l'énergie produite à grande échelle par électrolyse à partir de sources renouvelables. Cependant, pour exploiter pleinement ce vecteur énergétique, il est impératif de développer des méthodes de stockage sécurisées et efficaces pour ce gaz extrêmement léger. Le stockage solide de l'hydrogène via la chimisorption dans des matériaux réversibles émerge comme une solution très prometteuse, garantissant à la fois une forte densité volumique et une sécurité accrue. En dépit des progrès déjà réalisés dans l'optimisation des hydrures, des défis subsistent, et aucun matériau actuel ne satisfait pleinement aux exigences pratiques en termes de capacité de stockage, de réversibilité, de conditions opérationnelles et de coût. Dans ce contexte, notre projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche, s'inscrit dans le développement de nouveaux matériaux réversibles et à haute capacité pour le stockage de l'hydrogène.

Compétences attendues
- Titulaire d'un master (ou équivalent) garantissant des connaissances approfondies en science des matériaux et sur les matériaux pour l’énergie
- Forte aptitude aux sciences expérimentales (manipulation, interprétation et analyse)
- Sens de l'organisation
- Facilité de communication en anglais
- Connaissances dans le domaine des matériaux pour le stockage solide de l'hydrogène seront un atout indéniable

Contexte de travail

La thèse proposée sera réalisée à l'Institut Néel dans l’équipe MRS (Matériaux Rayonnements Structures). Elle s'inscrit dans le cadre du projet Hydroptère financé par l'Agence Nationale de la Recherche.

L'Institut NÉEL est une Unité propre de recherche du CNRS (UPR2940, rattachée au CNRS Physique), conventionnée avec l'Université Grenoble Alpes. C'est l'un des plus grands instituts de recherche français pour la recherche fondamentale en matière condensée, enrichi par des activités interdisciplinaires à l'interface de la chimie, ingénierie et biologie. Il emploie 450 personnes dont 175 chercheurs. Nous sommes situés sur le Campus CNRS de Grenoble, au centre d'un environnement unique, scientifique, industriel et culturel, au cœur des Alpes françaises.
L'équipe actuelle s'appuie sur l'expertise de pôles technologiques (Synthèse par induction, Haute Pression, Diffraction RX, Microscopies électroniques...) et dispose d'appareillages de pointe pour l'étude des propriétés de sorption d'hydrogène des matériaux. Tous les moyens communs de l’Institut Néel seront mis à disposition pour la réussite du projet. Des déplacements hors région pourront avoir lieu durant la thèse.

Le poste se situe dans un secteur relevant de la protection du potentiel scientifique et technique (PPST), et nécessite donc, conformément à la réglementation, que votre arrivée soit autorisée par l'autorité compétente du MESR.