En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant.e (H/F) en virologie et biologie moléculaire des plantes

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 1 juillet 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UPR2357-VERGRA-003
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : jeudi 10 juin 2021
Nom du responsable scientifique : David Gilmer et Véronique Ziegler-Graff
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La culture de la betterave à sucre en Europe est actuellement fortement impactée par une maladie causée par plusieurs virus transmis par pucerons qui s'est aggravée depuis la limitation de l'usage des néonicotinoïdes. Parmi ces virus, le virus de la mosaïque modérée de la betterave (BMYV) est un des agents majeurs de cette jaunisse. Le projet de thèse a pour objectif d'identifier des génotypes de betterave potentiellement résistants au BMYV au travers d'une méthodologie innovante, basée sur un crible phénotypique à grande échelle d'une collection établie de génotypes de betterave à sucre. Ce crible repose sur une approche rapide et aisée de VIGS (Virus Induced Gene Silencing) et consiste en l'inoculation d'un virus modifié aux betteraves, suivie par l'observation de l'infection grâce à l'extinction d'un gène de l'hôte impliqué dans la photosynthèse.
Le projet se déclinera en trois parties : (1) la construction de clones viraux BMYV modifiés destinés à la stratégie VIGS, (2) la validation du concept sur la betterave à sucre en utilisant des lignées sensibles et des lignées transgéniques résistantes qui serviront de contrôle, et (3) le crible de la collection vis-à-vis du BMYV. Les génotypes présentant une tolérance ou résistance au BMYV feront l'objet d'une analyse moléculaire pour confirmer ce trait. Des tests d'inoculation par pucerons permettront de vérifier ce caractère dans les conditions naturelles d'infection. Enfin la spécificité de la résistance des génotypes retenus sera évaluée vis-à-vis de virus apparentés ou non au BMYV. Cette approche sera expérimentée vis-à-vis d'autres virus de betterave.

Contexte de travail

L'IBMP est une unité du CNRS associée à l'Université de Strasbourg. L'équipe d'accueil s'intéresse aux interactions multiples qui s'établissent entre le virus et la plante hôte. Elle est constituée d'un chercheur CNRS, de deux professeurs d'université, d'un maître de conférences, deux ingénieures, d'un post-doctorant et de quatre doctorants. Le/la candidat.e travaillera en partenariat avec la société semencière détentrice de la collection de germplame. Il/elle bénéficiera de l'expertise des membres de l'équipe ainsi que celle de chercheurs de la société (pathologistes et généticiens de la betterave). Il/elle participera activement aux réunions hebdomadaires d'échange et de présentation des résultats de l'équipe et assistera aux séminaires de l'institut. Le/la candidat.e sera également en contact régulier avec les chercheurs de la société pour leurs compétences et le suivi du projet.

Contraintes et risques

Risques possibles liés à un travail en laboratoire de biologie moléculaire.

Informations complémentaires

Le projet est co-financé par la Région Grand Est et une société semencière.
Le/la candidat.e sera titulaire d'un Master ou d'un diplôme d'ingénieur en sciences biologiques, et présentera les compétences suivantes:
- de bonnes connaissances en biologie moléculaire et cellulaire et en génétique
- une expérience en biologie végétale
- une expertise en virologie sera un atout
- un intérêt certain pour l'innovation, le développement technologique et les problématiques économiques
- un fort attrait pour le travail expérimental
- de la rigueur, une forte motivation, du sérieux et de l'assiduité
- un esprit d'équipe et de bonnes qualités relationnelles
- la maîtrise de l'anglais lu, écrit et parlé

Les candidats doivent déposer une lettre de motivation, un CV complet (avec les coordonnées d'au moins un référant) ainsi que les relevés de notes (M1+M2 ou équivalents).

On en parle sur Twitter !