En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

(H/F) Doctorant(e) en anthropologie visuelle et sonore, perception sonore et visuelle des impacts des activités humaines en milieu marin

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 2 juin 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR8562-CLAJOL-005
Lieu de travail : MARSEILLE 02
Date de publication : jeudi 12 mai 2022
Nom du responsable scientifique : Boris Petric
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le projet de recherche à proposer porte sur la dimension sonore et visuelle des nuisances humaines sur le pourtour du littoral marseillais (parc national des Calanques, Etang de Berre). Le travail portera sur des enjeux de perception de phénomènes visibles/invisibles, audibles/non audibles des impacts des activités humaines en milieu marin. Il devra permettre le recensement, la collecte et la captation sonore et visuelle en milieu sous-marin de nuisances humaines identifiées par les membres du projet. L'objet de la thèse s'inscrira dans le projet de recherche interdisciplinaire "PrésHuMer" en s'interrogeant sur des questions de mesure, de perception et de ressenti pour renouveler des formes de représentations de l'impact des activités humaines sur les mondes vivants marins. L'objectif consistera à présenter une thèse sous forme de manuscrit combiné à des supports visuels et/ou sonores.
Le ou la candidate doit avoir des compétences en Anthropologie et Anthropologie visuelle; un vif intérêt pour l'Ecologie, Environnement marin, ainsi qu'une curiosité pour la chimie et la biologie marines et la plongée.
Le ou la candidate devra présenter un profil ayant des compétences particulières dans le domaine de la captation sonore.

Contexte de travail

Le projet PrésHuMer dans lequel s'inscrit la thèse propose une collaboration entre le Centre Norbert Elias (CNE), l'Institut Méditerranéen d'Océanologie (MIO), un laboratoire des sciences de l'Univers et l'Observatoire des Sciences de l'Univers Institut Pythéas (OSU Pythéas).
Le ou la candidate mènera son projet sous la direction d'un anthropologue du Centre Norbert Elias, Boris Petric en co-direction avec une océanographe du MIO, Stéphanie Jacquet.
Il ou elle sera rattaché(e) au Centre Norbert Elias et intégrera l'équipe de La fabrique des écritures. Il ou elle exercera ses fonctions sur le campus de Vieille Charité à Marseille mais des déplacements ponctuels dans la Région sont à prévoir notamment des sorties en mer sur le littoral marseillais.

Le Centre Norbert Elias fédère des chercheur·es issu·es de différentes disciplines (anthropologie, histoire, sciences de l'information et de la communication, sociologie) convaincu·es de l'unité des sciences humaines et sociales. Le laboratoire est implanté sur le campus EHESS Marseille à la Vieille Charité et sur le campus Hannah Arendt à Avignon Université. Il regroupe près de 50 chercheur·es, 80 doctorant·es et une équipe d'appui d'une dizaine de personnes qui travaillent sur l'analyse et la description des mondes sociaux.
Issu·es de trajectoires intellectuelles différentes, les chercheur·es se revendiquent de références ou de théories sociologiques, anthropologiques et historiques plurielles. Ils et elles partagent une conception des sciences sociales dans laquelle l'enquête, tant l'archive que le terrain, constitue une caractéristique essentielle. Celle-ci est articulée à une attention soutenue aux formes de la description.

Contraintes et risques

Présentation du projet collaboratif "PrésHumer" :

PrésHuMer partira d'une question commune : Que peut-on percevoir de la présence humaine sous la mer ?
Derrière cette question de la perception sonore et visuelle, trois grands axes de réflexion constituant les bases de notre projet se dessinent ; à savoir :

1/ Comment mesurer l'impact de l'activité humaine sur les écosystèmes sous-marins ?
- nuisances anthropiques et leur impact : rejets solides/liquides, bruits, espèces introduites, modification des paysages
- mesurer : couleur de l'eau (turbidité, densité de l'eau, présence organismes photosynthétiques, éléments/molécules/particules), débit. mesure quantitative (comptage, abondance/concentration, diversité), comportement

2/ Comment mesurer et/ou imaginer la perception des activités humaines par les habitants des écosystèmes sous-marins ?
- rendre visible/perceptible les nuisances par des captations sonores, gammes de perception différentes entre les différents organismes, perceptions multi-sense (auditif mais aussi corporelle en fonction de la taille des organismes évoluant dans un milieu visqueux), ondes dynamiques des phénomènes (distances entre l'activité et ses répercussions, son circulant plus vite sous l'eau)

3/ Comment rendre visible aux publics ces deux premiers axes de réflexion en s'appuyant notamment sur des dispositifs sensoriels (ou comment mettre l'humain dans la peau du poisson) ?
Il s'agira notamment là d'imaginer des dispositifs immersifs permettant de faire ressentir aux publics les nuisances provoquées par les activités humaines.
Chacun de ses axes devra faire l'objet d'un développement à part entière, mais aussi de regards croisés permettant par exemple de mettre en regard une mesure scientifique et un « ressenti».

Ce projet exploratoire reposera avant tout sur des captations vidéos et sonores sur un certain nombre de sites identifiés par les chercheurs de l'OSU Institut Pythéas, notamment de l'Institut Méditerranéen d'Océanologie et du Centre Norbert Elias.
Le développement de dispositifs immersifs permettra d'appréhender par l'image et surtout le son, des dispositifs d'étude scientifique, mais aussi de filmer et capter les sons du « bas vers le haut » mettant en évidence l'impact des activités humaines en surface ou sous l'eau en tentant de restituer les perturbations qu'ils peuvent générer sur les habitats sous-marins et leurs communautés.
Le dispositif cherchera ainsi à visualiser / capter les sons en regardant / écoutant du bas vers le haut, les différents flux et traces anthropiques :
- Des flux éphémères comme les bateaux qui passent (scooter, paquebots, navettes, bateaux, voilier, planche à voile, paddle etc)
- Des écoulements permanents ou réguliers (eaux usées, déversement effluents urbains/industriels)
- Des ajouts/intrants et traces permanentes dans les paysages sous-marins (tuyaux, câbles, véhicules, bouteilles, pneus, épaves de bateau, etc.).
Le milieu sous-marin sera alors considéré comme un paysage social où interagissent humains et communautés marines dans un contexte où le milieu sous-marin reste largement représenté comme un monde exotique, étranger à l'humain.

Des dispositifs sensoriels seront ainsi imaginés permettant de “plonger” les publics dans ces univers sous-marins dans la volonté de rendre visible l'invisible ou audible l'inaudible à travers de nouvelles formes d'écritures sensorielles des fonds marins où se déploient une présence humaine.
L'objectif sera de représenter et rendre perceptible l'impact de la présence humaine sur les mondes vivants marins.
De plus, pour son développement, ce projet s'appuiera sur l'expérience de plusieurs membres ayant participé à différents projets arts et sciences, offrant l'opportunité de restituer les paysages sonores et visuels des fonds marins grâce à la maîtrise de la captation sonore et visuelle.

Informations complémentaires

Merci de joindre à votre candidature un CV, une lettre de motivation, des références scientifiques (publications) et artistiques le cas échéant (liens portfolio), copie du diplôme de Master ou des relevés de notes (pour les étudiants en Master)

Veuillez noter que les auditions des candidat-e-s pré-selectionné-e-s se dérouleront le 8 juin après-midi.

Le ou la candidate doit être disponible au 1er septembre 2022 pour démarrer son contrat doctoral.

On en parle sur Twitter !