En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse en Analyse statistique d'images spectrales pour la restauration d'objets du patrimoine (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 30 juin 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR8531-LOIBER-002
Lieu de travail : GIF SUR YVETTE
Date de publication : jeudi 9 juin 2022
Nom du responsable scientifique : Loïc Bertrand
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Dans le cadre du projet « Green Strategies to Conserve the Past and Preserve the Future of Cultural Heritage » (GoGreen) financé par la Commission Européenne (G.A. no. 101060768), nous élaborons de nouvelles méthodologies d'évaluation de l'impact de traitements de restauration, à la surface des objets et en profondeur.

Le projet doctoral portera sur le développement de méthodologies de spectroscopie Raman X – une imagerie nouvelle permettant d'identifier des composés organiques au sein d'échantillons épais de composition complexe (Georgiou et al., PNAS, 2022 ; Georgiou et al., Sci. Adv., 2019 ; Gueriau et al., Anal. Chem, 2017) et de photoluminescence UV/visible. On cherchera à coupler traitement statistique des données et modalités de collecte pour obtenir des données chimiques (i) à haute définition, (ii) sensibles à la présence de traces, (iii) tout en maintenant une dose raisonnable sur l'échantillon (Bertrand et al. Trends Anal. Chem., 2015). Le/la doctorant/e développera des approches numériques à partir d'une modélisation des données d'imagerie spectrale, prenant en compte les caractéristiques spécifiques aux échantillons patrimoniaux à la fois du point de vue spectroscopique et de la distribution spatiale de l'information. Nous chercherons à caractériser le rapport signal/bruit à partir duquel la discrimination d'une part et l'identification chimique d'autre part deviennent possibles. La morphologie spatiale des données sera interprétée en termes d'efficacité de traitement et d'altération de l'aspect de surface des objets.

Nous recherchons un.e candidat.e motivée et curieux/se sur le plan académique, d'un niveau master 2 ou équivalent, ayant une bonne connaissance en physico-chimie ou physique, avec de bonnes bases en traitement statistique et interprétation de données, ainsi qu'une très bonne appréhension de méthodes de caractérisation physique. Une connaissance et un intérêt pour le domaine du patrimoine seraient appréciés. Le projet requiert une appétence pour le travail en équipe et l'interaction avec des chercheurs de disciplines et horizons culturels différents, dans un contexte européen.

Contexte de travail

Le/la doctorant.e travaillera au laboratoire PPSM (UMR8531) au sein du nouveau campus de l'ENS Paris-Saclay où il/elle intégrera la thématique « matériaux anciens et paléo-inspirés ». Le projet doctoral sera coencadré par Loïc Bertrand (PPSM) et Agnès Desolneux (Centre Borelli). Le PPSM est un laboratoire qui s'intéresse aux molécules et aux matériaux stimulables par de la lumière ou des électrons et qui rassemble en son sein des expertises allant de la synthèse de nouveaux composés au développement d'instrumentations innovantes. Au CNRS, le projet sera conduit en partenariat Rémi Métivier (PPSM), Serge Cohen, Mathieu Thoury (IPANEMA) et Emmanuel Baranger (LMPS).

Contraintes et risques

Des expériences peuvent être conduites en dehors des périodes et horaires de travail ouvrés. Le/la candidat.e est susceptible d'effectuer des déplacements à l'étranger (Europe, Etats-Unis) pour mener à bien des expériences ou rendre compte de ses travaux. La participation au projet européen requiert la contribution à des rapports réguliers.

Informations complémentaires

La thèse s'inscrit dans le cadre du projet « Green Strategies to Conserve the Past and Preserve the Future of Cultural Heritage » (GoGreen) financé par la Commission Européenne (G.A. no. 101060768, 2022–2026).

La date effective de prise de fonction peut être décalée selon les contraintes administratives de mise en place du projet GoGreen.

On en parle sur Twitter !