En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant.e en matière molle (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8502-EMMRIO-002
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : lundi 13 mai 2019
Nom du responsable scientifique : Emmanuelle Rio
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 2 septembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Rhéologie de surface en microfluidique

Les mousses, les émulsions, les bulles de savon n'existent que parce qu'elles sont stabilisées par des molécules tensioactives qui confèrent une résistance à la rupture et à l'amincissement à l'interface. Cette résistance est due aux propriétés mécaniques des interfaces. Ainsi, une certaine élasticité permet aux interfaces de cicatriser et leur caractère viscoélastique ralenti les écoulements.

Les propriétés mécaniques des interfaces sont donc fondamentales pour prédire la stabilité des objets savonneux et les méthodes de caractérisation sont encore peu nombreuses et controversées. Le sujet proposé fait partie d'une ANR dont le but est de fabriquer une boite à outil microfluidique permettant d'imposer des sollicitations variées à des gouttes ou à des bulles et d'en déduire les propriétés mécaniques des interfaces par comparaison à des simulations numériques.

Dans un premier temps, le doctorant construira, en collaboration avec une équipe de Grenoble, un système microfluidique permettant d'observer une goutte ou une bulle dans un écoulement extensionnel bien contrôlé . Les expériences, effectuées avec des tensioactifs variés et dont les propriétés mécaniques sont connues permettront de caractériser la forme de la goutte sous écoulement et seront comparées à des simulations effectuées par des collègues à Marseille.

Contexte de travail

Le laboratoire est une unité mixte de recherche de l'Université Paris-Sud et du CNRS : l'UMR 8502. Elle dépend principalement de l'Institut de Physique du CNRS, et de la section 28 du Conseil National des Universités. Il associe enseignants-chercheurs et chercheurs, expérimentateurs et théoriciens (une centaine de personnes) et accueille de nombreux étudiants et visiteurs (plus de soixante). Le soutien à la recherche est assuré par une soixantaine d'ingénieurs, techniciens et administratifs.

Les activités de recherche du Laboratoire de Physique des Solides couvrent un champ plus large que son intitulé ne pourrait le laisser penser. On s'y intéresse en effet à la matière condensée dans toute sa diversité, même si nous nous plaisons à regrouper nos activités selon trois axes principaux, impliquant un nombre de chercheurs à peu près équivalent.

Le doctorat aura lieu au sein de l'équipe MMOI (Matière Molle aux Interfaces) composée d'une quinzaine de chercheurs dont 2 émérites, 2 chargés de recherche et trois enseignants-chercheurs.

Contraintes et risques

Déplacements à Grenoble à prévoir

On en parle sur Twitter !