En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse en physico-chimie théorique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8234-BENROT-003
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : mercredi 20 mai 2020
Nom du responsable scientifique : Benjamin Rotenberg
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le/la doctorant·e participera au projet SENSES (making Sense of Electrical Noise by Simulating Electrolyte Solutions), coordonné par Benjamin Rotenberg, et dont l'objectif général est d'apporter une compréhension globale des fluctuations électriques dans les fluides ioniques bulk, aux interfaces et confinés.

Dans ce contexte, le/la doctorant·e étudiera les fluctuations de courant électriques dans des nanopores/nanotubes uniques, pour comprendre l'origine du "bruit coloré" (comportement générique avec une dépendance algébrique en fonction de la fréquence, à basse fréquence) observé expérimentalement. Des simulations particulaires (atomiques et gros-grains) permettront de clarifier l'émergence de ce comportement à partir des interactions au sein de l'électrolyte et avec les parois solides, et d'interpréter les effets de la concentration en sel, de la géométrie et de la nature des parois confinantes, en collaboration avec des expérimentateurs.

Les candidat·e·s doivent être titulaires au démarrage du projet d'un master en chimie physique ou en physique. Une expérience en simulation moléculaire et/ou mésoscopique sera appréciée, de même qu'une bonne connaissance des outils théoriques associés (physique statistique des liquides, …; programmation telle que: Python, Fortran, C, C++, ...).

Contexte de travail

Le laboratoire PHENIX (Physicochimie des électrolytes et nanosystèmes interfaciaux) est une Unité Mixte de Recherche entre le CNRS et Sorbonne Université. Il est situé sur le campus Pierre et Marie Curie, dans le centre de Paris. Il est constitué de ~90-100 chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et post-doctorants, et conduit des recherches dans les domaines de l'énergie (stockage électrochimique, recyclage...) de la santé (nanoparticules pour l'imagerie...) et l'environnement (stockage des déchets, traitement de l'eau...).

Le/la doctorant.e fera partie de l'équipe Modélisation et Expériences Multiéchelles et effectura ses recherches dans le cadre du projet ERC SENSES. Il/elle bénéficiera d'un accès aux ressources de calcul du laboratoire et de l'université.

Contraintes et risques

N/A

Informations complémentaires

Merci d'inclure dans votre candidature le nom et les coordonnées d'au moins une référence susceptible d'être contactée.

Ce projet bénéficie du financement du Conseil Européen de la Recherche (European Research Council, ERC) du programme recherche et innovation Horizon 2020 de l'Union Européenne (contrat n° 863473 SENSES).

On en parle sur Twitter !