En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat en archéologie islamique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 3 décembre 2020

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8167-GUICHA-001
Lieu de travail : IVRY SUR SEINE
Date de publication : jeudi 12 novembre 2020
Nom du responsable scientifique : Charloux (CNRS, UMR-8167 Orient & Méditerranée)
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 4 janvier 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Titre préliminaire
Dynamiques de peuplement à Khaybar (Arabie saoudite) et en péninsule arabique durant la transition entre l'Antiquité tardive et la période islamique

Mots clés
Archéologie ; transition préislamique à islamique ; routes commerciales et de pèlerinage ; architecture ; céramologie

Description du sujet
Le projet de thèse s'intéressera aux dynamiques de peuplement dans l'oasis de Khaybar et plus largement dans la péninsule arabique, pour la période de « transition » entre l'Antiquité tardive et les débuts de l'Islam. Il répondra ainsi au manque flagrant d'une synthèse sur cette période, tout particulièrement dans un contexte d'intenses découvertes archéologiques en Arabie. Dans le prolongement des premières recherches archéologiques menées à partir des années 1960 et les prospections systématiques (Saudi Comprehensive Survey) en Arabie saoudite dans les années 1970, les missions internationales se multiplient en effet depuis une quinzaine d'années et couvrent désormais l'ensemble de la région (Arabie saoudite, émirats arabes unis, Qatar, Yémen, Koweït, Oman). La thèse s'appuiera en grande partie sur l'étude bibliographique des travaux réalisés jusqu'alors et considérera en particulier les fouilles et prospections récentes menées par des équipes internationales en Arabie saoudite, où la recherche connaît un grand essor cette dernière décennie, par l'ouverture de nouveaux terrains, tout particulièrement dans l'oasis de Khaybar (programme de recherche Khaybar from Prehistory to Modern Times Archaeological reconstruction of an oasis over the longue durée).
Ce projet de thèse s'inscrit dans le prolongement d'un renouvellement historiographique ayant mis en avant l'idée d'un déclin du peuplement de l'Arabie à la veille de l'islam. Les travaux de C. Robin et J. Schiettecatte ont exploré ce phénomène pour l'Arabie du sud, en tâchant de concilier données archéologiques et vision décadente que la tradition Arabo-musulmane donne de la période préislamique, à savoir la Jāhiliyya, la période de l'« ignorance ». Le projet de thèse vise à explorer plus avant les hypothèses et arguments avancés par ces travaux et à en actualiser les résultats pour l'Arabie saoudite en tirant parti du renouvellement de données offert par le développement de l'archéologie. L'analyse diachronique et macro-régionale permettra d'identifier les centres de peuplement, de comprendre leur évolution en termes de croissance ou de déclin, ainsi que leur répartition spatiale à la lumière de l'histoire politique, économique et sociale. Ce cadre offre la possibilité de considérer pleinement cette période dite de « transition ».
La région du Ḥijāz (nord-ouest de l'Arabie) - dans laquelle est située l'oasis de Khaybar - au potentiel impressionnant pour l'appréhension des dynamiques économiques qui ont positionné la région dans une « économie monde » – assurant un essor économique ainsi qu'un rayonnement culturel majeur durant cette période de transition – reste mal connue. La région du Ḥijāz, de par son importance historique, permet pourtant de considérer la place des routes caravanières et des routes de pèlerinage de la péninsule dans les dynamiques commerciales et de diffusion de l'Islam. Un autre axe qui semble avoir été négligé par la recherche est celui de l'essor agricole de la région durant cette période de transition, marquée par d'importants investissements dans l'aménagement de structures hydrauliques autour des oasis. L'historiographie a également eu tendance à rapidement marginaliser le Ḥijāz. Ainsi une meilleure connaissance du peuplement pour ces premiers siècles de l'Hégire permettra de remettre au premier plan le rôle de cette région et de l'oasis de Khaybar en son sein.

Contexte de travail

L'oasis de Khaybar, située dans l'ouest de l'Arabie Saoudite est un haut lieu de l'histoire locale. Elle a été préservée pendant des millénaires et son occupation humaine semble avoir été quasiment ininterrompue depuis la préhistoire la plus ancienne jusqu'à nos jours. Le nouveau projet de prospections et de fouilles archéologiques de Khaybar a débuté en octobre 2020, et perdurera jusqu'à la fin 2024. Le projet est en codirection entre G. Charloux (CNRS, UMR-8167 Orient & Méditerranée), R. Crassard (CNRS, UMR-5133 Archéorient) et M. Almushawah (KSU) ; il est financé par l'Agence française pour le développement d'Al-Ula (Afalula, France), en partenariat avec la Royal Commission for Al-Ula (RCU, Arabie Saoudite). Le projet a notamment pour objectif de fournir une nouvelle documentation archéologique pour comprendre l'occupation humaine et les dynamiques environnementales de l'oasis de Khaybar à travers le temps. Le sujet de thèse s'inscrit dans le volet « histoire » du projet de recherche, volet coordonné par G. Charloux.

Le/La candidat.e retenu.e sera recruté.e sous contrat doctoral et accueilli.e à Ivry-sur-Seine, au sein du laboratoire Orient & Méditerranée (CNRS/Paris). Il impliquera également des déplacements à Lyon (en collaboration avec le laboratoire Archéorient, CNRS/Lyon 2) et à l'antenne de Jalès d'Archéorient dans le sud de l'Ardèche. Le.la doctorant.e sera appelé.e à participer à toutes les missions de terrain (minimum trois mois par an) où il.elle contribuera à l'organisation et à la conduite des opérations scientifiques.

On en parle sur Twitter !