En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant (H/F) sur le sujet "Représentation de la biodiversité dans les populations côtières et non côtières".

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : lundi 4 mars 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorant (H/F) sur le sujet "Représentation de la biodiversité dans les populations côtières et non côtières".
Référence : UMR8129-ROBCAS-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : lundi 12 février 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Sociologie et sciences du droit

Description du sujet de thèse

L'histoire de la surexploitation des ressources halieutiques a montré que le secteur ne peut être laissé à des formes d'autorégulation du marché, qui ont jusqu'à présent généré d'immenses externalités négatives : une transition massive des pratiques ne se fera que dans un cadre normatif. Or, les recherches en sciences cognitives et sociales montrent que les changements de comportement induits par des contraintes légales ou des incitations économiques sont d'autant plus acceptables et acceptés que les exigences faites aux acteurs sont "cadrées" dans un contexte de co-construction et de respect des représentations individuelles et collectives de l'activité visée. Le projet a un objectif principal : explorer la modulation du changement de comportement souhaité par une intervention sur les représentations de l'environnement marin propres aux acteurs (pêcheurs appartenant à différentes catégories, et populations témoins).
Plusieurs études en sciences cognitives ont montré que face à la nécessité de changer de comportement, nous sommes affectés par des freins culturels, psychologiques et cognitifs. Afin d'aborder ces changements dans les meilleures conditions, il est donc nécessaire de comprendre la manière dont l'océan et sa biodiversité sont perçus aujourd'hui par le grand public ainsi que par les acteurs du secteur de la pêche eux-mêmes, qu'ils travaillent dans le secteur artisanal ou industriel. En particulier, nous voulons nous interroger sur l'impact de la mécanisation croissante de la pêche sur l'évolution de la relation des pêcheurs à l'environnement marin et en particulier à son écologie. Nous étudierons en parallèle la perception des métiers de la pêche et notamment de leurs techniques par le grand public.
Nous prévoyons de montrer que la "distance perçue par rapport à la nature" joue un rôle important dans les motivations des individus impliqués dans l'exploitation de la nature. Ce résultat fournira aux décideurs politiques et aux défenseurs de l'environnement un outil important en termes de changement de comportement. Nous parviendrons à montrer que la structure économique et politique ne dicte pas directement les comportements d'exploitation, mais qu'elle le fait à travers les mécanismes cognitifs des acteurs individuels impliqués dans ces actions.

Une bonne connaissance et une pratique des méthodes empiriques (analyse qualitative et quantitative) sont requises pour l'étude.

Contexte de travail

Contexte de travail

Le réseau de formation Marie-Curie MEDiverSEAty Investigating human dimensions of Mediterranean Marine Biodiversity, financé par l'UE, recrute dix candidats au doctorat. Le réseau implique des institutions académiques et des partenaires associés de six pays méditerranéens de l'UE (Italie, Malte, France, Espagne, Monténégro et Grèce). Les candidats seront employés par les universités et centres de recherche nationaux respectifs, et recevront un titre de l'institution qui les emploie. Le travail commencera à l'automne 2024. Les candidatures d'étudiants potentiels qui auront terminé leur master avant la date d'embauche sont les bienvenues.

Le programme de formation MEDiverSEAty repose sur 10 piliers, qui décrivent le flux de travail collaboratif et individuel général, ainsi que les attentes et les avantages pour les doctorants.

Mobilité des doctorants entre les partenaires. Chaque candidat au doctorat devra effectuer au moins un détachement auprès d'un partenaire non universitaire du consortium pour une période minimale de 6 mois.
Ateliers et séminaires organisés par les partenaires universitaires et non universitaires. Il y aura un calendrier d'au moins 2 ateliers interdisciplinaires par an (au moins 1 atelier par pays) axés sur des sujets spécifiques pertinents pour les objectifs de l'ensemble du projet, auxquels les 10 doctorants seront invités.
Symposium MEDiverSEAty. Le Consortium ouvrira un appel (M30) sur un sujet pertinent pour le projet (par exemple, la pêche, le patrimoine, etc.) et, travaillant en tant que conseil, les 10 doctorants devront préparer un programme de séminaires, de tables rondes, d'excursions, d'expositions, etc. en invitant des conférenciers et des experts.
Réunions de projet. Les 10 doctorants seront invités à des réunions tout au long du cycle du projet.
Formation en ligne. Chaque année, un calendrier de webinaires sera établi pour tous les candidats. Les webinaires accueilleront des intervenants de premier plan et aborderont des sujets clés liés à la conservation du milieu marin et à la connaissance du milieu marin.
La plateforme d'apprentissage MEDiverSEAty sera ouverte aux doctorants.
Un coaching personnel sur les questions académiques sera proposé.
Ocean-Archive.org Formation à la production de contenu et à la gestion de la plateforme en ligne : Les candidats coopéreront au développement d'une plateforme participative pour la recherche, la conversation, l'imagination et l'action en collaboration sur les océans.
Mentorat dans une perspective de genre.
Journées de construction de la communauté MEDiverSEAty.

En outre, les candidats auront la possibilité d'effectuer des travaux sur le terrain et des périodes de détachement chez un ou plusieurs des partenaires associés de MEDiverSEAty suivants
Stazione Zoologica Anton Dohrn (Italie)
Association BLOOM (France)
Fondation Marilles (Espagne)
Heritage Parks Federation (Malte)
Mouseio Fisikis istorias apolithomenou dasous Lesvou (Grèce)
Entreprise publique pour la gestion des zones côtières (Monténégro)
École des hautes études en sciences sociales (France)
World Rise (Italie)


Quand le programme commencera-t-il ?

Les programmes de doctorat débuteront entre octobre et novembre 2024 et dureront 36 mois.



Qu'est-ce que le projet MEDiverSEAty ?
MEDiverSEAty est un réseau doctoral qui étudie les dimensions humaines de la biodiversité marine méditerranéenne. Les efforts déployés pour conserver la biodiversité méditerranéenne se heurtent encore à la nécessité d'assurer une mise en œuvre adéquate des mesures existantes, une voie qui pourrait être poursuivie en intégrant la dimension humaine dans l'étude intégrée de la biodiversité et les stratégies de conservation qui en découlent. Les experts dans le domaine des sciences marines ne négligent pas la pertinence (à la fois scientifique et sociale) de ces dimensions. Actuellement, l'accent est mis sur les sciences citoyennes marines, la planification de l'espace maritime, le patrimoine marin et les valeurs économiques de la biodiversité marine. MEDiverSEAty vise à faire avancer le débat international: transférer cette vision multidimensionnelle en actions, politiques et stratégies.

Le manque (ou la simplification excessive), tant dans le débat politique que scientifique, de "diversité" (entre les cultures, les rôles, les sociétés, les attitudes, les identités) est un facteur clé agissant sur la relation entre les citoyens européens et la biodiversité marine. MEDiverSEAty vise à combler ces lacunes par la mise en œuvre d'un réseau doctoral de formation et d'un programme de recherche impliquant six pays européens (Italie, Malte, France, Espagne, Monténégro et Grèce) travaillant sur deux piliers clés des sciences, des politiques et de l'éducation marines contemporaines : La connaissance des océans et la conservation de la biodiversité marine.

Le candidat sera basé à l'Institut Nicod, EHESS, Paris et mènera la recherche appliquée dans le contexte de l'Institut des îles et des petits États (MT) et de BLOOM (FR).
Le professeur Roberto Casati (chaire Philosophie de l'océan) supervisera le projet de recherche du candidat, dans l’équipe Environnement : Concepts et Normes.


Unité mixte de recherche du CNRS créée en 2002 et dont les deux tutelles universitaires sont l’Ecole normale supérieure (ENS) et l’Ecoledes hautes études en sciences sociales (EHESS), l’Institut Jean-Nicod est un laboratoire de sciences cognitives composé d’environ une centaine de membres, dont une moitié de doctorants, l’autre moitié étant composée de chercheurs CNRS (une vingtaine), d’enseignants-chercheurs et de post-doctorants, d’ingénieurs contractuels et administratifs.
Si la discipline de base est la philosophie analytique, l’unité héberge également des recherches de pointe en linguistique et en sciences sociales, le thème unificateur étant l’esprit humain et la nature des représentations (linguistiques, mentales, et sociales). À l’ENS, l’Institut Jean Nicod est rattaché à la fois au département de philosophie et au département d’études cognitives (DEC).
L’IJN, dirigé par Roberto Casati, est logé au 29 rue d’Ulm, dans le Département d’études cognitives de l’Ecole normale supérieure.









L'équipe Environnement: Concepts et Normes accueillera le/la doctorant.e.

Le candidat passera une période de détachement dans l'une des institutions partenaires. Des allocations familiales et de mobilité sont prévues dans le package.

Contraintes et risques

Les chercheur.e.s financé.e.s par les Doctoral Networks:

-- ne doivent pas être titulaires d'un doctorat à la date de leur recrutement
-- peuvent être de toute nationalité
-- doivent être inscrits à un programme de doctorat pendant la durée du projet
-- doivent respecter les règles de mobilité : en général, ils ne doivent pas avoir résidé ou exercé leur activité principale (travail, études, etc.) dans le pays de l'organisation qui les recrute pendant plus de 12 mois au cours des 36 mois précédant immédiatement la date de leur recrutement.



Le candidat passera une période de détachement dans l'une des institutions partenaires. Des allocations familiales et de mobilité sont prévues dans le package.

Informations complémentaires

https://cordis.europa.eu/project/id/101119700