En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral (H/F) sur l'analyse sociologique des déplacements et redéfinitions des espaces privés et publics dans les sociétés "numériques"

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8070-OLIMAR-002
Lieu de travail : PARIS 06
Date de publication : jeudi 29 août 2019
Nom du responsable scientifique : MARTIN Olivier
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 décembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Analyse sociologique des déplacements et redéfinitions des espaces privés et publics dans les sociétés "numériques"

Les évolutions sociales et culturelles récentes (par exemple le processus d'individualisation, celui de « liquidité » des sociétés), couplées à la pénétration des outils numériques (pour la communication, l'information, le divertissement, le travail, l'éducation), ont contribué à modifier plusieurs frontières : celles entre la vie privée et la vie publique, la vie professionnelle et la vie de famille, le temps des loisirs et le temps du travail, l'intérieur du « chez soi » et l'espace public, la famille proche et celle plus éloignée, le temps de l'apprentissage et celui du travail et des loisirs… Les travaux sociologiques récents ont bien saisi une partie de ces évolutions, notamment la recomposition des espaces « public » et « privé ».
Non seulement ces évolutions, parfois profondes, ont conduit à des redéfinitions de chacune des sphères de la vie (vie pour soi, vie privée, vie professionnelle, vie publique…), mais elles se sont également accompagnées de problématiques sur la protection de chacune de ces sphères. Ces interrogations se posent à deux échelles : à l'échelle individuelle, avec des questionnements sur les stratégies individuelles pour protéger sa vie, son intimité, ses informations personnelles, ses documents, ce qu'on rend public et ce qu'on maintient comme strictement privé ; et à l'échelle collective, avec des questionnements sur les modalités de régulation publique (par exemple sur la législation en matière de protection des données, d'accès des employeurs aux messageries privées, d'utilisation des publication sur les réseaux sociaux lors des recrutements) ainsi que des interrogations sur l'éducation aux médias, sur la place de ce type d'éducation dans les cursus scolaires.
Dans ce cadre général, la thèse ambitionnera de repenser les nouvelles formes d'équilibre résultant des évolutions de l'ensemble de ces frontières. Partant d'une sociologie de l'individu, saisi dans la pluralité de ses sphères d'existence (personnelle, conjugale, familiale, amicale, associative, professionnelle, de loisir…), la thèse interrogera simultanément la vie de l'individu dans les différents espaces et l'articulation entre ces espaces. Ce travail sera complété par une analyse des questionnements des politiques, des régulateurs et législateurs afin de saisir l'articulation entre les enjeux perçus à l'échelle individuelle et les enjeux conçus à l'échelle collective. Le couplage sera possible en partant de l'individu, de ses attitudes et pratiques, de ses interrogations, et de la manière dont le politique et le législatif le pense, le définit et l'accompagne (ou surveille). Au fond, la thèse sera une thèse de sociologie de l'individu pleinement situé dans l'environnement numérique (ses aspects techniques comme ses enjeux de régulation).
Le CERLIS constitue un environnement particulièrement propice pour conduire une thèse sur ces problématiques (en raison de son investissement ancien sur les questions d'individualisation, de l'individu contemporain, de vie de famille, de travail et de hors-travail, d'éducation, ainsi qu'en raison de l'existence de son axe de recherche transversal « Numérique » et des nombreux travaux qui y sont conduits). Les liens du laboratoire avec d'autres équipes spécialisées faciliteront l'accès aux terrains moins familiers au CERLIS (ceux de la régulation et des débats politiques).
Tout en s'inscrivant dans ce cadre général, il est attendu des candidat.e.s un projet détaillé de recherche doctorale de sociologie (3 à 4 pages) précisant à la fois leur problématique, leurs méthodes, les terrains envisagés et quelques repères bibliographiques.

Les candidats seront présélectionnés sur dossier. Les candidats retenus seront informés seront auditionnés au CERLIS (Paris 6e) début octobre.

Contexte de travail

Cette recherche doctorale en sociologie sera conduite au CERLIS, sous la direction d'Olivier Martin et l'encadrement d'autres membres du CERLIS.

Le CERLIS est composé d'une quarantaine de chercheurs et d'enseignants-chercheurs. Un des axes de recherche du laboratoire est le "numérique". La thèse s'inscrira dans cet axe de recherche.

On en parle sur Twitter !