En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse de doctorat sur les Nouvelles approches pour l'énergie osmotique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8023-LYDBOC-009
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : lundi 11 mai 2020
Nom du responsable scientifique : Lydéric Bocquet et Annie Colin
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'énergie osmotique - parfois appelée énergie bleue - consiste à convertir l'entropie de mélange entre deux solutions salines de salinité différentes, typiquement l'eau de mer et l'eau de rivière aux embouchures des fleuves. C'est une source d'énergie particulièrement prometteuse, entièrement renouvelable, non-intermittente, avec une capacité mondiale de 1 à 2 TeraWatts (équivalent 1000 à 2000 réacteurs nucléaires). Mais l'efficacité des technologies membranaires usuelles est trop limité et représente un frein considérable à son développement. Cependant des découvertes récentes ont démontré que l'utilisation de nouveaux phénomènes de transport nanofluidique, conjointement avec des nouveaux nanomatériaux membranaire permettait de contourner cet obstacle.
Dans ce projet de thèse, nous proposons de mettre à profit ces nouvelles perspectives pour opérer le scale-up de cette nouvelle approche « nanofluidique » et atteindre des densités de puissance dépassant les 50 W/m2 sur des surfaces macroscopiques. Cela implique le développement de nouvelles membranes, de nouvelles électrodes et d'un design spécifique de cellule osmotique. Nos résultats préliminaires montrent que cet objetif est désormais atteignable. Ce projet vise ainsi à réaliser une avancée considérable pour l'énergie osmotique, et en faire une source d'énergie viable pour le futur.

Plus d'information :
http://www.phys.ens.fr/~lbocquet/

Contexte de travail

Le travail s'effectuera dans le cadre d'une collaboration entre l'équipe Micromégas du laboratoire de Physique de l'ENS, et l'équipe de Annie Colin au Laboratoire CBI, ESPCI, Paris.

Contraintes et risques

Travail expérimental

Informations complémentaires

financement CNRS programme 80prime

On en parle sur Twitter !