En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse de doctorat sur la réalisation de LIDAR dans l'infrarouge moyen (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 30 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8023-ANGVAS-006
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : mercredi 9 juin 2021
Nom du responsable scientifique : Angela Vasanelli
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La région spectrale de l'infrarouge moyen (2-20μm) contient les transitions vibrationnelles des principaux gaz atmosphériques (H2O, N2O, CO2, NF3, CH4, O3...). Dans cette plage, il y a deux fenêtres de transparence atmosphérique à 3-5µm et 8-13µm, de sorte qu'un faisceau lumineux peut sonder l'atmosphère sur de très longues distances. De plus, le rayonnement dans l'infrarouge moyen est moins sensible aux turbulences atmosphériques qu'aux longueurs d'onde télécoms. Ceci est crucial pour avoir des mesures précises et très sensibles pour la surveillance environnementale, la spectrométrie et la mesure de la concentration des gaz à effet de serre.
L'objectif de cette thèse, financée par un projet ANR, est la réalisation d'un LIDAR à modulation de fréquence (FMCW). Ce système sera basé sur des lasers à cascade quantique à 9µm et sur les détecteurs à puits quantiques fonctionnant à température ambiante développés au LPENS. Le principe de l'expérience est la détection cohérente hétérodyne d'un signal réfléchi par une cible en mouvement. Les lasers à cascade quantique sont bien adaptés pour ce système car ils fonctionnent en régime continu et peuvent être stabilisés en fréquence et en amplitude.
Le/La doctorant.e aura l'opportunité de travailler dans un environnement scientifique de recherche d'excellence dans le cœur de Paris, avec des équipements à l'état de l'art et en collaboration avec des institutions académiques et industrielles reconnues dans le domaine de l'optoélectronique infrarouge.

Contexte de travail

La thèse de doctorat aura lieu au laboratoire de physique de l'Ecole Normale Supérieure dans l'équipe Physique Quantique et Dispositifs (QUAD) en collaboration avec plusieurs laboratoires académiques et industriels.

On en parle sur Twitter !