En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7515-RACBAA-001
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : mardi 10 septembre 2019
Nom du responsable scientifique : Rachid Baati
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 novembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les intoxications par les composés neurotoxiques organophosphorés (NOP) demeurent une menace terroriste sérieuse, toujours d'actualité. Leur toxicité résulte de l'inhibition irréversible de l'acétylcholinestérase (AChE) qui régule la transmission cholinergique dans le système nerveux central (SNC) et périphérique. Le traitement actuel qui consiste à injecter un réactivateur de l'AChE, un anti convulsant (diazepam) et un antagoniste des récepteurs muscariniques (atropine) présente de fortes limitations de protection. Une autre stratégie de protection consiste en une injection exogène d'une enzyme capable de neutraliser les OP avant qu'ils n'atteignent leur cible. La butyrylcholinestérase (BChE) est le bioépurateur le plus étudié et le plus développé à ce jour. Ce bioépurateur stœchiométrique présente l'avantage de neutraliser tous les OP, néanmoins, il est nécessaire d'administrer une grande quantité (200 mg/personne) afin d'assurer une bonne protection. L'utilisation stœchiométrique de BChE qui engendre des couts prohibitifs, représente un verrou technologique et scientifique d'ampleur, limitant le développement d'un traitement thérapeutique à grande échelle. L'hypothèse de travail ambitieuse de PseudoScav, est de co-administrer un réactivateur de BChE, afin de régénérer le bioépurateur in vivo, et de mettre ainsi au point un système innovant pseudocatalytique, permettant de diminuer considérablement la quantité de BChE dans le futur traitement à administrer. L'objectif de ce projet innovant est de valider l'efficacité d'une nouvelle approche thérapeutique basée sur l'injection d'un bioépurateur, la butyrylcholinestérase (BChE), et d'un nouveau réactivateur spécifique de ce bioépurateur. Tous les réactivateurs originaux synthétisés seront d'abord évalués in vitro pour valider leur propriétés de réactivation de la BChE inhibée par les NOP, puis les meilleurs candidats seront évalués in vivo lors de tests de protection effectués sur la souris.

Contexte de travail

Projet ANR PseudoScav, multidiciplinaire en collaboration avec l'IRBA, l'IBS Grenoble et l'Université de ROuen.
Nous recherchons un(e) candidat(e) motivé(e) par la synthèse organique multi-étapes et ayant des notions d'enzymologie ou chimie-bioorganique.

On en parle sur Twitter !