En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral H/F Anthropologie des relations avec les animaux domestiques

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7186-ERIGAR-001
Lieu de travail : NANTERRE
Date de publication : mercredi 13 mai 2020
Nom du responsable scientifique : Eric Garine Wichatitsky
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Contexte général de la recherche

Les transformations écologiques et sociales récentes n'ont guère été favorables au maintien de sociétés qui subsistent grâce à la pratique de l'élevage extensif. Pourtant, les membres de ces sociétés, ontologiquement multispécifiques, se perpétuent grâce à la mobilité spatiale, la flexibilité de leurs stratégies économiques, mais aussi du fait de la précision des ré-aménagements perpétuels des relations entre les humains et leurs bétails. C'est la connaissance de ces divers ordres de diversité qui apparaissent comme la clé principale de la compréhension des logiques pastorales contemporaines. Outre la connaissance de l'hétérogénéité des écosystèmes, des modes de relations entre éleveurs et avec les membres des autres groupes, c'est la diversité du bétail lui-même qui apparaît aujourd'hui particulièrement importante, et bien peu étudiée.
Alors que c'est une conception essentiellement génétique de la diversité des animaux domestiques qui domine les savoirs agronomiques, on constate un défaut de connaissance scientifique des savoirs locaux relatifs à l'hérédité et à la sélection locale. Toutefois, les ressorts de la composition de troupeaux résilients ne relèvent pas que de la gestion génétique, mais reposent sur un ensemble de dimensions qui sont usuellement mobilisées par les éleveurs : comportement social des animaux, savoirs acquis par les animaux eux-mêmes et largement transmis d'humains à bêtes, de bêtes à bêtes et sans doute de bêtes à humains. Il s'agit d'une dimension essentielle de la pratique banale, souvent ancienne et toujours renouvelée, des éleveurs d'autosubsistance et du bétail qui co-habitent.

Recherche doctorale attendue

Le programme de recherche doctorale en anthropologie des sociétés pastorales GEOMOUT porte sur trois aspects qui devront être abordés dans le cadre d'un travail ethnographique original.
1) Que connaissent les humains et le bétail d'eux-mêmes et de leurs environnements et comment ils l'apprennent ?
2) Quels sont les changements perçus, et utilisés, de l'hétérogénéité spatiale des écosystèmes parcourus ?
3) Quel est le rôle de la construction des réseaux sociaux entre humains et avec les bêtes dans les adaptations contemporaines des collectivités pastorales ?

Contexte de travail

Le programme de recherche doctorale s'inscrit dans l'environnement scientifique du programme PASTODIV (ANR JcJc 19_CE32-0004) et du GRD RESODIV (INEE : 2034) : un collectif de chercheurs pluridisciplinaire et pluri-institutions qui se consacre à l'analyse comparative des systèmes de gestion de la diversité du bétail sur cinq terrains d'étude principaux (Mongolie ; Kirghizistan ; Inde ; Tchad ; Niger) ainsi qu'à l'étude éthologique et à l'analyse statistique des réseaux sociaux.La thèse financée permettra de créer un sixième terrain de recherche au programme comparatif, préférentiellement dans les zones montagneuses d'Europe ou du Caucase.
Le travail ethnographique de longue durée (plusieurs mois) auprès des bergers-éleveurs permettra de documenter les point-clés, à leurs yeux, des caractéristiques et des comportements des individus d'un troupeau pour son utilisation optimale des territoires. C'est sur la base de cette mise au jour de l'éthologie zootechnique des intéressés que sera développé le protocole d'observation systématique quantifié des comportements grâce à la contribution d'éthologues spécialistes de l'étude des interactions entre individus de différentes espèces ; protocole qui sera mis en œuvre en collaboration avec le ou la doctorant.e.

Contraintes et risques

Le ou la candidat(e) effectuera un travail de recherche ethnographique, en immersion de longue durée, dans les conditions souvent précaires des sociétés observées.

Informations complémentaires

- Le/la candidat-e devra être titulaire d'un Master en anthropologie sociale et culturelle basé sur un travail ethnographique de terrain.
- La/le candidat-e devra avoir de bonnes/solides connaissances en anthropologie écologique et anthropologie des relations entres les humains et les animaux.
- Le/la candidat-e devra être autonome pour créer les conditions d'un travail ethnographique dans une société pastorale (une connaissance préalable de la société envisagée serait appréciée).
- La/le candidat-e devra avoir des compétences en linguistique et dans la langue de la société étudiée.
- Aptitude à travailler en équipe pluridisciplinaire
- Anglais académique écrit et oral.

On en parle sur Twitter !