En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Doctorant-e en écotoxicologie et écologie évolutive

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 23 mai 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7178-REGSOM-110
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : lundi 2 mai 2022
Nom du responsable scientifique : BLEU Josefa
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Sujet de la thèse : Cocktails d'éléments traces : des conséquences individuelles aux effets transgénérationnels chez l'oiseau
Les éléments traces métalliques et métalloïdes (ETM), aussi appelés « métaux lourds » (e.g. Pb, Cd), sont présents naturellement dans l'environnement mais à des concentrations très faibles. Cependant, les activités anthropiques, comme la combustion d'énergie fossile, le trafic routier ou les activités industrielles, génèrent des émissions importantes d'ETM dans l'environnement. Classiquement, dans les villes de taille moyenne, les animaux subissent une pollution diffuse, c'est-à-dire un cocktail de plusieurs ETM à des faibles concentrations (mais des concentrations plus élevées que dans un habitat naturel), comprenant à la fois des ETM essentiels et non essentiels. Les ETM essentiels, e.g. Cu, sont indispensables pour les processus biologiques et peuvent avoir des effets protecteurs contre les ETM non essentiels, néanmoins ils peuvent être toxiques à des concentrations élevées. Les ETM non essentiels, e.g. Pb, sont toxiques à des concentrations très faibles. Il est donc difficile de prédire les effets d'un cocktail d'ETM. De plus, la plupart des études expérimentales sur les ETM se basent sur un ou deux polluants ou sur les effets de concentrations très élevées. Pourtant des études sur des cocktails d'ETM sur la faune sauvage sont essentielles pour appréhender les conséquences de l'urbanisation. En écologie urbaine, plusieurs études ont montré des différences entre la faune urbaine et rurale, avec par exemple des effets négatifs des villes sur le succès reproducteur, le stress oxydant ou l'immunité. Néanmoins, le facteur de stress à l'origine de ces différences n'est pas identifié dans ces études corrélatives. Nous ne savons donc pas l'importance spécifiques des ETM pour expliquer les différences entre oiseaux ruraux et urbains. L'objectif de ce projet de thèse est de comprendre les effets directs et transgénérationnels des ETM à des concentrations écologiquement pertinentes pour un environnement urbain sur une espèce d'oiseau modèle (le diamant mandarin, Taeniopygia guttata). Dans ce projet, nous utiliserons une approche expérimentale en conditions contrôlées en laboratoire. Nous étudierons les effets de cocktails d'ETM sur la morphologie, le comportement et la physiologie de diamants mandarins adultes et juvéniles. Ce travail permettra une meilleure compréhension d'un facteur de stress urbain spécifique (cocktail d'ETM) ce qui pourra contribuer à aider à l'amélioration de l'environnement urbain pour la faune sauvage.

Contexte de travail

La thèse sera rattachée à l'Ecole doctorale Vie et Santé (ED414).
Ce projet se déroulera au sein de l'Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC UMR CNRS 7178, Université de Strasbourg). L'IPHC, unité mixte de recherche sous cotutelle du CNRS et de l'Université de Strasbourg (UMR7178), est un laboratoire pluridisciplinaire où des équipes de recherche de cultures scientifiques différentes (écophysiologie, chimie et physique subatomique) développent des programmes de très haut niveau avec pour socle l'instrumentation scientifique. L'IPHC est structuré en 4 départements et comptabilise un effectif total de 393 agents-es dont 257 agents-es permanents-es (soit 119 chercheurs-ses et enseignants-es/chercheurs-ses et 138 ingénieurs et techniciens), 46 agents-es en CDD et 90 doctorants-es. Le projet de thèse s'inscrit dans un projet ANR qui associe différentes équipes de l'IPHC. La personne recrutée rejoindra l'équipe ADAGE de l'IPHC qui apportera son expertise sur l'écophysiologie des oiseaux. L'équipe RePSeM apportera son expertise sur les dosages des éléments traces métalliques, et l'équipe CAMBAP sur la quantification des antioxydants.

Contraintes et risques

Travail occasionnel en horaire décalé.

Informations complémentaires

Titulaire d'un Master 2 (au 1er octobre). Le/la candidat(e) recherché(e) devra être motivé(e), sérieux(se) et rigoureux(se) avec de bonnes capacités d'organisation et de planification de projet. Il/elle devra faire preuve d'une curiosité scientifique et être force de propositions pour faire avancer le projet de thèse tout en s'intégrant dans les équipes de recherche associées au projet.
Des qualités rédactionnelles, ainsi qu'une bonne compréhension de l'anglais niveau B2 selon le cadre européen commun de référence pour les langues sont requises. Le/la candidat(e) doit avoir des connaissances solides en écotoxicologie et/ou écophysiologie.
Les candidatures devront inclure un CV détaillé, une lettre de motivation, un résumé du mémoire de master ainsi que les notes de Master 1 et du premier semestre de Master 2.

On en parle sur Twitter !