En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Doctorant en microélectronique

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 24 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7178-REGSOM-076
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : lundi 3 mai 2021
Nom du responsable scientifique : BAUDOT Jérôme
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Suite aux succès des premiers détecteurs de vertex pour la physique des hautes énergies exploitant la technologie des capteurs à pixels CMOS, de nouveaux projets envisagent son utilisation avec des performances améliorées. Le sujet de cette thèse découle en particulier de deux évolutions : la taille des capteurs et le taux d'impacts qui les bombardent.
La technique du stitching consiste à fabriquer un capteur multi-réticulaire, qui peut alors atteindre une surface de plusieurs centaines de cm2. Avec l'augmentation parallèle du taux de particules détectables par un capteur au delà de 100 MHz/cm2, le débit des informations générées par la matrice de pixels surpasse les capacités des stratégies de lecture actuelles.
Cette thèse propose de développer des architectures innovantes de gestion des données de la matrice pour absorber le flux de données visant une optimisation sur trois critères principaux : permettre un taux d'impacts maximum sur les pixels, autoriser des distances au delà de 10 cm entre les pixels et la sortie du circuit, et minimiser la puissance consommée. Une attention particulière sera portée aux architectures asynchrones, qu'il faudra intégrer aux outils de flot de conception numérique classique (synthèse, placement routage, analyse statique de temps, ...) qui sont optimisés pour les architectures synchrones. Le cas du futur très grand capteur (28x10 cm²) pour l'expérience ALICE au CERN constituera une application emblématique de ce travail.

Contexte de travail

Le/La doctorant-e travaillera au sein de la plateforme C4Pi de l'IPHC. Fort d'une vingtaine d'ingénieurs, post-doctorants et doctorants, le C4Pi est un acteur international majeur du développement des capteurs à pixels CMOS (MAPS) pour la détection des particules chargées dans les grandes expériences de physique subatomique. La plateforme collabore avec différents groupes au niveau national et au niveau international avec les grands laboratoires comme CERN (Genève), DESY (Hambourg) ou KEK (Tsukuba).
Le/La doctorante bénéficiera d'un environnement riche où plusieurs projets de R&D sont en cours avec des fabrications de circuits fréquentes et des équipements puissants pour la caractérisation des prototypes.

Contraintes et risques

Le/la candidat-e devra savoir communiquer en anglais scientifique et avoir de bonnes aptitudes à travailler au sein d'une collaboration internationale (contributions à un projet collectif, réunions et missions hors du laboratoire).
Diplôme demandé : Master ou Diplôme d'ingénieur-e spécialisé en micro-électronique et plus particulièrement en électronique numérique

Informations complémentaires

Le dossier de candidature doit inclure les documents suivants :
• Une lettre de motivation
• Un CV détaillé, avec mentions des stages ou projets en microélectroniques
• Les résultats académiques des années de Master (pour les semestres complétés)
• Lettres de recommandation envoyée directement par les référents (non obligatoire)

On en parle sur Twitter !