En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant (e) - étude expérimentale des mécanismes d'évaporation de semiconducteurs à large bande interdite (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR6634-CHRVUR-018
Lieu de travail : ST ETIENNE DU ROUVRAY CEDE
Date de publication : lundi 18 mai 2020
Nom du responsable scientifique : Lorenzo Rigutti
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Dans le cadre du projet Labex EMC3 BreakingAP et du RIN DOC LABEX, le but de cette thèse est d'étudier de façon systématique des matériaux semi-conducteurs pour les émetteurs de lumière à basse consommation afin de (i) parvenir à une description cohérente des biais de mesure de composition (ii) identifier les mécanismes physiques responsables de ces biais (iii) identifier les conditions pour obtenir une analyse de composition fiable et (iv) une reconstruction fiable des émetteurs de lumière quantiques. En particulier, il s'agira de répondre aux questions suivantes :
Y a-t-il une émission d'espèces neutres ne pouvant pas être détectées ?
Quel est l'impact de la dissociation en vol des espèces moléculaires évaporées ?
La surface d'un échantillon de SAT (Sonde Atomique Tomographique) soumis à un fort champ électrique, est-elle reconstruite à cause du champ électrique de surface et de la contrainte qu'il exerce ?
Est-il possible de corréler la signature optique (énergie de transition) d'un émetteur quantique avec la reconstruction 3D obtenue par SAT ?
Ce travail ne devrait pas seulement aboutir à une meilleure compréhension des mécanismes fondamentaux de l'émission ionique par effet de champ, mais aussi à des retombées importantes sur la communauté travaillant en SAT sur les matériaux pour l'éclairage et la micro-nano-électronique.

Contexte de travail

Le GPM (Groupe de Physique des Matériaux, UMR CNRS 6634) est structuré en 5 départements: Matériaux-Vieillissement-Mécanique, Instrumentation Scientifique, Nanosciences, Systèmes Désordonnés-Polymères et Nano-Santé-Physique. Il rassemble 160 personnels dont 60 Enseignants-Chercheurs/Chercheurs, 30 ITA et 70 Doctorants/PostDoct/Stagiaires. Le laboratoire est situé sur le Campus Sciences et Ingénierie Rouen Normandie (à Rouen), au sein de l'Université de Rouen Normandie et de l'INSA Rouen Normandie (7000m2).
Le/la doctorant(e)recruté/recrutée sera rattaché (e) au sein du Département Instrumentation, Equipe de Recherche en Instrumentation Scientifique (5 enseignants-chercheurs, 3 IR, 2 IE, 4 Doctorants), et sera amené (e) à collaborer avec les équipes du Département Nanosciences.

Contraintes et risques

Risque Laser, Cryo, Traitements Chimiques (utilisation d'acides et bases possible)

Informations complémentaires

Compétences attendues :
- Master 2 en Physique, Science des Matériaux ou Ingénierie
- Connaissances approfondie en Physique des Solides, Interaction Rayonnement-Matière, ou Physique Chimie

Le GPM offre annuellement des formations en SAT (Sonde Atomique Tomographique) et MET (Microscopie Electronique à Transmission).

On en parle sur Twitter !