En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F: Caractérisation chimique et physique de la limite lithosphère-asthénosphère (LAB)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 22 août 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR6524-AUDCHA-015
Lieu de travail : CLERMONT FERRAND
Date de publication : lundi 1 août 2022
Nom du responsable scientifique : Nathalie BOLFAN
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 novembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les gisements de diamants des cheminées volcaniques kimberlitiques sont des forages naturels à travers la croûte et le manteau terrestre. Les magmas kimberlitiques au cours de leur remontée vers la surface ont échantillonnés les roches traversées sur plus de 300 km. Parmi les milliers d'échantillons d'enclaves de roches mantelliques collectées, une faible fraction provient de la limite lithosphère-asthénosphère. Cette limite (LAB) située sous les très vieux cratons terrestres (plus de 2,5 milliards d'années) entre 150 et 250km est une zone cruciale pour la connaissance de la dynamique terrestre et dans des échanges chimiques et thermiques entre le manteau profond convectif et le manteau continental lithosphérique conductif. Cette limite traduit également un profond changement rhéologique des roches mantelliques (de cassant à ductile) où le rôle des fluides semble crucial (les teneurs en Hydrogène –H– des minéraux jouent un rôle déterminant sur les mécanismes de déformation, la viscosité et la conductivité électrique). Cette limite est connue indirectement par ses propriétés géophysiques (sismiques et conductimétriques). Le sujet propose donc, grâce aux collections exceptionnelles d'enclaves mantelliques personnelle et de l'Université de Cape Town d'étudier directement la pétrologie, la minéralogie, la géochimie (H,∂D, éléments majeurs et traces) et les caractéristiques pétrophysiques de ces roches (EBSD, modélisation des vitesses sismiques, de la conductivité, de l'anisotropie sismique et conductimétrique). L'ensemble de ces méthodes géochimiques et pétrophysiques est développé au meilleur niveau au laboratoire Magmas et Volcans. L'objectif de cette thèse est une meilleure connaissance chimique et physique de cette interface et d'apporter à la communauté des géophysiciens des contraintes fortes pour leur modèles sismiques et conductimétriques.

Contexte de travail

Le Laboratoire Magmas et Volcans (LMV) est une unité mixte de recherche de l'Université Clermont Auvergne (UCA), du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, UMR 6524), et de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD, UMR 163). Il est rattaché à l'Institut National des Sciences de l'Univers du CNRS et au département DISCO (Dynamiques internes et de surface des continents) de l'IRD, et c'est l'un des deux laboratoires de recherche de l'Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand (OPGC). Depuis 2011, le LMV porte et coordonne le LabEx ClerVolc (Centre clermontois de recherche sur le volcanisme) en partenariat avec des équipes issues d'autres laboratoires de l'UCA, une équipe du BRGM et l'OPGC. Le LMV est un laboratoire avec une forte identité instrumentale : plateforme d'expérimentation haute pression-haute température, laboratoire de volcanologie expérimentale, moyens de géophysique de sub-surface et de géotechnique, plateforme analytique de caractérisation, imagerie et analyse des matériaux (microscopie électronique à balayage, microsonde électronique, ICP-MS, ablation laser, spectrométries vibrationnelles, nano-tomographe de rayons X et d'un MEB-FIB).

Contraintes et risques

Pas de contraintes

On en parle sur Twitter !