En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Doctorant Génération de Faisceaux de Bessel non diffractifs

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 6 octobre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR6164-MAUETT-009
Lieu de travail : RENNES
Date de publication : mercredi 15 septembre 2021
Nom du responsable scientifique : Mauro ETTORRE
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 décembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Notre société est largement interconnectée, avec une multitude de terminaux permettant de travailler et interagir à distance. Nous devons ce confort aux communications sans fil dont le trafic mondial en pleine croissance atteint déjà plusieurs dizaines d'exabits par mois. Maintenir un tel rythme est devenu un enjeu sociétal majeur qui requiert le développement de nouvelles solutions technologiques. Dans ce contexte, la seule solution pour doper la capacité de communication des réseaux consiste à élargir les bandes passantes. Cet élargissement est accessible dans les fenêtres millimétriques et sub-millimétriques du spectre, justifiant ainsi le déploiement futur de services dans ces bandes (xG, WiGi, etc.).
Cependant, les communications sans fils dans ces bandes de fréquences souffrent de très importantes pertes de propagation. Pour contrer ce phénomène, une solution courante consiste à utiliser des antennes à très fort gain avec une puissance d'émission adéquate. Cependant, ces techniques restent inappropriées car elles font fi de la physique sous-jacente aux pertes générées. Par ailleurs, elles ne constituent pas une « réponse verte » au problème crucial de consommation énergétique et de frugalité des communications.
Cette thèse a pour ambition d'introduire une technologie disruptive pour faire face à ces défis, en s'appuyant sur un nouveau paradigme pour la prochaine génération de réseaux sans fil en champ proche. La thèse repose sur l'utilisation d'ondes non-diffractives (dont les faisceaux de Bessel), qui sont des solutions exactes de l'équation de Helmholtz se propageant avec des effets de diffraction particulièrement faibles, un peu à la manière des ondes guidées. Cette approche de rupture permet de combattre les pertes par propagation (sur une région spatiale donnée) et ouvre la voie à l'établissement de liaisons en champ proche au-delà de l'état de l'art, nettement plus performantes et sobres, et ce sur une plage de fonctionnement étendue.
Cette thèse apporte ainsi une nouvelle vision pour la génération, la propagation et la détection de faisceaux de Bessel entre des ouvertures rayonnantes et communicantes. Ce projet a l'ambition d'impacter l'état de l'art des liaisons de communication sans fil en champ proche, avec au moins 3 objectifs majeurs :
• Définition d'un nouveau paradigme de liaison sans fil en champ proche, sur la base de faisceaux non-diffractifs. Les faisceaux de Bessel permettent d'offrir un bilan énergétique bien supérieur à celui obtenu classiquement, avec un impact immédiat en terme de performances et de sobriété/frugalité. De plus, les propriétés d' « auto-réparation » de ces ondes fourniront une liaison particulièrement robuste.
• Conception de ces liaisons non-diffractives en champ proche à partir de métasurfaces modulées dans l'espace ou le temps. La modulation spatiale permettra de construire l'onde de Bessel et d'optimiser le bilan énergétique de la communication ; la modulation temporelle sera introduite pour le contrôle dynamique de la liaison dans le cas d'utilisateurs (ou objets) mobiles ou mal positionnés dans le champ proche de l'émetteur.
• Première vérification expérimentale de ces liaisons sans fil non-diffractives dans la bande des 60 GHz. On mettra en évidence une réduction des pertes d'au moins un ordre de grandeur pour une portée radio de 20 m, ce qui correspond à doubler la performance de l'état de l'art actuel. Par ailleurs, la possibilité d'une reconfiguration dynamique permettra de relâcher les contraintes quant aux utilisateurs et objets mobiles.

Contexte de travail

Laboratoire d'accueil:
IETR – UMR CNRS 6164, (www.ietr.fr), avec expertise dans la conception d'antennes

Le-la doctorant-e (M.Sc. en génie électrique / électronique ou en physique) développera les outils d'analyse pour la conception du lanceur de faisceaux de Bessel. Il-elle contribuera également à la conception et aux tests des antennes à l'IETR.

Contraintes et risques

Sans objet.

On en parle sur Twitter !