En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse sur le thème "Glissements gravitaires au Rwanda: facteurs de risque et impacts sociétaux" (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 25 mai 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR6118-MARJOL-002
Lieu de travail : RENNES
Date de publication : mercredi 4 mai 2022
Nom du responsable scientifique : Jolivet Marc / ARVOR Damien
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La compréhension des facteurs d'activation et de contrôle de la cinétique des glissements gravitaires (secousse sismique, pente, précipitations, déforestation, dégradation des sols) est un enjeu majeur pour la gestion du risque qui impose une approche interdisciplinaire innovante couplant l'analyse conjointe des écosystèmes (climat, végétation, sols et pratiques agricoles), de la géologie (failles, substratum, géomorphologie) et des sociétés (densité, habitat, vulnérabilité).
Au Rwanda, pays le plus densément peuplé d'Afrique (500 ha/km2), le climat humide, les fortes pentes, la sismicité associée au rift est-africain et l'intense déforestation liée à l'activité agricole génèrent un aléa gravitaire majeur. Si des cartes d'aléa existent, le suivi des glissements actifs et la caractérisation du risque sont inexistants. Pourtant ils ont un impact majeur sur les infrastructures, l'agriculture et donc l'économie et les populations. Il est indispensable, dans le contexte actuel de déforestation, de dégradation avancée des sols et d'une population dense, de documenter le comportement long-terme des glissements actifs et d'évaluer les risques associés afin de proposer des solutions de remédiation ou de minimisation des impacts anthropiques.
Notre approche interdisciplinaire mobilisera télédétection, géomorphologie, sismologie, climatologie et enquêtes auprès de populations pour suivre la dynamique des glissements sur deux sites d'étude aux caractéristiques physiques et anthropiques différentes. Sur chaque site, une cartographie détaillée des glissements sera réalisée via les méthodes de détections par imagerie satellitaire des changements d'usage du sol développées au LETG et une cartographie géomorphologique de terrain. L'activité des glissements principaux et l'évolution de leur environnement seront suivies par une cartographie récurrente par drones et des campagnes de mesure GPS permettant d'évaluer les vitesses caractéristiques de fluage. Enfin une enquête auprès des populations permettra d'établir une chronologie des déclenchements et une première évaluation de leur impact sur les systèmes anthropisés. Le volet « science participative » permettra aux habitants de signaler en permanence tout mouvement important. Ces données chronologiques seront mises en parallèle des données climatiques et de sismicité obtenues dans les catalogues existants (NOAA, Copernicus ERA5-Land, CHIRPS, USGS et KivuSNet).
Ces données permettront de caractériser les glissements, de quantifier les risques associés et d'évaluer les moyens de protection ou les pratiques environnementales à développer, ouvrant sur des projets associant les Sciences de la Terre, les Sciences de l'Environnement et les Sciences Humaines.

Contexte de travail

La thèse se déroulera en collaboration entre les laboratoires Géosciences Rennes (Université Rennes 1- Campus de Beaulieu) et LETG (Université Rennes 2 - Campus de Villejean). Le-la doctorant-e sera basé-e principalement à Géosciences Rennes mais sera amené-e à se déplacer au LETG. Géosciences Rennes est un laboratoire de sciences de la Terre très pluridisciplinaire avec une forte dynamique en géomorphologie, géochimie, paléo-environnement, hydrologie et géologie structurale. Les activités de LETG se positionnent dans le champ de la géographie de l'environnement avec une forte implication dans les interactions nature/société.
Le/la doctorant-e sera accueilli-e dans l'équipe Systèmes Endoréiques de Géosciences Rennes, composée actuellement de 7 chercheurs d'une doctorante et d'un doctorant. Il/elle sera encadré-e à Géosciences par M. Jolivet (DR-CNRS - géomorphologie - paléoenvironnement) en collaboration avec O. Dauteuil (DR-CNRS - géologie structurale - géodésie); au LETG par D. Arvor (CR-CNRS - télédétection appliquée à l'occupation des sols) en collaboration avec S. Corgne (Professeur - Université. Rennes 2 - Télédétection appliquée aux pratiques agricoles). Dans le cadre de ses travaux de thèse, le/la doctorant-e pourra être impliqué-e dans l'encadrement de stagiaires de Master 1 ou 2.
Une partie importante du travail sera consacrée aux études de terrain (instrumentation de glissements de terrain, cartographie géomorphologie et géologique, interactions avec les populations locales).

On en parle sur Twitter !