En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse de doctorat H/F Rôle des interactions biosphère - atmosphère sur la pollution urbaine à São Paulo - Brésil)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 28 juin 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR6016-AGNBOR0-001
Lieu de travail : AUBIERE
Date de publication : mardi 7 juin 2022
Nom du responsable scientifique : Agnès BORBON
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La biosphère par l'émission dans l'atmosphère de composés gazeux réactifs et d'aérosol contribue à la pollution urbaine mais ses effets sont encore loin d'être bien compris (Calfapietra et al., 2013 ; Shillings et al., 2013; Samaké et al., 2017 ; Newland et al., 2020). L'objectif du projet franco-brésilien BIOMASP+ (BIOgenic emissions, chemistry and impacts in the Metropolitan Area of São Paulo) financé par l'ANR est de mieux comprendre le rôle de la biosphère sur les processus responsables de la formation de la pollution secondaire à l'échelle urbaine (ozone et Aérosol Organique Secondaire). La mégapole de São Paulo, mégapole subtropicale au Sud-Est du Brésil, emblématique de ces interactions, est au cœur du projet.

Le projet de thèse aura comme principal objectif d'évaluer le rôle des précurseurs gazeux d'origine biogénique sur la formation des polluants secondaires à partir de leur mesure in-situ et d'expériences sur le terrain dans un réacteur photochimique (Potential Aerosol Mass reactor ou PAM).

Le doctorant ou la doctorante aura dans un premier temps en charge la préparation et l'optimisation du dispositif instrumental qui inclut un spectromètre de masse à transfert de proton à temps de vol (PTRTOFMS) pour la mesure des précurseurs gazeux ou Composés Organiques Volatils et d'un module CHARON pour l'aérosol submicronique et d'un réacteur PAM . Il mettra en oeuvre ce dispositif pendant la campagne de mesure intensive du projet au printemps 2023 à São Paulo (Brésil). Dans un second temps, l'analyse des données sera conduite et pourra être complétée de modélisation 0D pour mieux comprendre les processus en jeu. Ce travail sera réalisé dans le cadre d'un consortium international multidisciplinaire réunissant des physico-chimistes, des biologistes et des météorologistes.

La personne recrutée devra présenter des prédispositions au travail de recherche (goût pour le travail expérimental et de terrain, travail en équipe, engagement, curiosité, capacité de synthèse, communication des résultats).
Des connaissances en physico chimie de l'atmosphère, développement d'expérimentation et analyse de données (Python, R, Matlab) sont attendues
Bonne maîtrise de la langue anglaise

Une lettre de motivation accompagné d'un CV avec une personne référente est demandé dans cette première étape de sélection aux candidats. A envoyer à : agnes.borbon@uca.fr
Le/la candidat.e devra également postuler sur le portail emploi du CNRS

Contexte de travail

Le doctorant ou la doctorante sera accueuili.e dans l'UMR LaMP à Clermont Ferrand sur le Campus Scientifique des Cézeaux. Ses travaux alimenteront les thémes de recherche de l'équipe Processus Bio Physico Chimiques pour l'Atmosphère Nuageuse (16 personnes) avec l'appui du pôle technique du laboratoire. Il bénéficiera également d'un comité scientifique de suivi de thèse et sera rattaché à l'Ecole Doctorale des Science Fondamentales de l'UCA.

Des séjours au Brésil (Université de São Paulo) seront encouragés au delà de la campagne intensive (Université de São Paulo).

Le travail sera également réalisé en étroite collaboration avec le Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement (LSCE) situé à Gif-sur-Yvette avec des séjours potentiels selon les besoins du projet.

On en parle sur Twitter !