En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral H/F: "Le genre du 'corps arbitral' : profils, carrières et conditions d'évolution des « juges-arbitres » dans 3 fédérations sportives (handball, gymnastique et boxe)"

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5283-JULTHO-001
Lieu de travail : ST ETIENNE
Date de publication : lundi 12 août 2019
Nom du responsable scientifique : co-direction Christine Detrez (PU Sociologie) et Julie Thomas (MCF STAPS/sociologie)
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 28 octobre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le genre du corps arbitral : profils, carrières et conditions d'évolution des « juges-arbitres » dans 3 fédérations sportives (handball, gymnastique et boxe).
Objectifs : L'arbitrage est peu étudié académiquement, et même un angle mort des recherches sur l'égalité hommes/femmes dans les fédérations sportives. Le projet vise à étudier sociologiquement les carrières des arbitres femmes et hommes de Hand-Ball, Gymnastique et Boxe : via l'analyse des discours des 3 fédérations concernant la féminisation de l'arbitrage, et via l'examen, par une méthode mixte de recherche, des profils et carrières des femmes et hommes arbitres pour comprendre les effets de genre qui y existent. Cette recherche doctorale aura aussi un objectif appliqué de fournir à ces fédérations des éléments objectifs pour améliorer l'égalité entre les sexes en leur sein.
Description du projet : « L'homme en noir » : cette expression pour désigner les arbitres a la vie dure, révélant que dans l'imaginaire collectif les arbitres sont des hommes. Quantitativement, les données fiables manquent pour appréhender avec précision la répartition hommes/femmes dans l'arbitrage, mais sa féminisation semble toujours plus faible que celle de la pratique dans la plupart des fédérations pour ce que l'on en connait. D'ailleurs, si le « plan de féminisation » demandé depuis 2013 aux fédérations françaises par le ministère des sports inclut le domaine de l'arbitrage, celui-ci en reste souvent le parent pauvre, sous-investi par les fédérations, et très peu étudié académiquement. Pourtant, étant donné le caractère central de cette fonction dans la plupart des compétitions sportives, et ce à tous les niveaux de performance, il paraît essentiel d'en étudier les profils et carrières selon le genre si on vise une transformation des rapports de genre et l'égalité femmes/hommes dans les milieux sportifs.
Les quelques travaux en SHS, français et internationaux, portant sur l'arbitrage, et plus encore ceux sur sa féminisation, s'intéressent tous uniquement au football, sauf de très rares exceptions. La thèse sera l'occasion au contraire d'étudier le « corps arbitral » d'autres fédérations agrées. Celles-ci (FFHB, FFG, FFB) sont choisies pour leurs féminisations différentielles (historiques et actuelles), et des caractéristiques qui peuvent avoir un effet particulièrement intéressant du point de vue du genre. Par exemple, au handball, le système de «binômes» d'arbitres, stables durant plusieurs saisons sportives, et la mixité (c'est-à-dire des « paires » d'arbitres féminines arbitrant régulièrement des joueurs hommes et inversement) à tout niveau de compétition et directement sur le terrain de jeu. En gymnastique, l'invisibilisation du corps des juges, dont l'appariement n'est pas fixe compétition après compétition. À la boxe, la forte visibilité et l'engagement corporel de l'arbitre couplé, selon les niveaux, à des juges hors-terrain moins visibles mais qui décident en revanche de l'issue du match.
La thèse a pour projet, dans chacune de ces fédérations, d'analyser les conditions d'émergence, d'exercice et de promotion des arbitres à partir d'un protocole mixte de recherche (quantitatif+qualitatif) : 1) histoire des politiques de féminisation des 3 fédérations ; 2) comparaison sexuée des carrières entre fédérations par questionnaires ad-hoc et récits de vie ; 3) ethnographies de matchs et compétitions, voire de formations des arbitres, pour caractériser les relations entre les arbitres et les autres acteurs sportifs, dont les formateurs/évaluateurs.

Contexte de travail

Pour le travail en laboratoire, la/le doctorant.e sera rattaché.e au sein du Centre Max Weber, UMR5283, laboratoire de sociologie généraliste. Iel travaillera de manière majoritaire au sein du site stéphanois du CMW (UJM, campus Tréfilerie, équipe 4 Cultures Publiques), ainsi que des autres sites du laboratoire (ENS Lyon - équipe 5 Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations; et à la MSH-LSE essentiellement). Iel sera bien sûr amené.e, dans le cadre du travail d'enquête, à se déplacer pour faire du terrain auprès des arbitres, formateur/trices, dirigeant.es, et lors de rencontres sportives des fédérations étudiées (lieux encore indéterminés)

Informations complémentaires

Le diplôme de master 2 n'est pas exigé au moment de la candidature, il sera nécessaire de le fournir au moment de la signature du contrat de travail uniquement. Autrement dit, même si vous soutenez votre mémoire de M2 en septembre, vous êtes encouragé.es à candidater dès maintenant.
En revanche, merci de fournir vos relevés de notes à jour, mémoire ou résumé du projet de mémoire le cas échéant.

On en parle sur Twitter !