En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Projet de thèse doctorale (H/F) "Nanotubes de polymères fonctionnels pour la détection haute performance de rayonnement et de particules"

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 5 novembre 2020

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5223-ANASER-001
Lieu de travail : VILLEURBANNE,VILLEURBANNE
Date de publication : jeudi 15 octobre 2020
Nom du responsable scientifique : Anatoli SERGHEI
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 11 janvier 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'objectif principal de ce projet est de développer des nanotubes de polymères fonctionnels pour des applications dans le domaine de la détection à haute performance de rayonnement et de particules. Ce développement s'appuie sur l'utilisation des membranes nanoporeuses en oxyde d'aluminium anodisé (membranes AAO) comme nanotemplates pour fabriquer et caractériser des nanotubes de polymères. Les membranes AAO, organisées dans une structure hexagonale de nanopores identiques, indépendants et parfaitement alignés, contiennent typiquement plus de 1E9 nanotubes par cm2 et présentent une énorme surface interne, conduisant à une forte augmentation de l'efficacité de détection. Pour atteindre l'objectif du projet, deux directions de recherche seront suivies : (1) fabriquer et caractériser des nanotubes de polymères conducteurs afin de mieux comprendre leur relation structure/propriétés/performance; (2) utiliser les nanotubes pour développer, en collaboration avec notre laboratoire partenaire IP2I (https://www.ip2i.in2p3.fr/), le prototype d'un détecteur de rayonnement et de particules. La géométrie de la membrane nanoporeuse, la morphologie et les propriétés électriques de nanotubes seront ainsi optimisées pour améliorer l'efficacité de détection. L'expertise pour la préparation des membranes AAO est disponible au Laboratoire IMP. Les nanotubes de polymères conducteurs seront fabriqués par voie solvant en utilisant des copolymères conjugués fonctionnalisés qui servirons de nano-photocathodes. Une compréhension approfondie de l'impact du nanoconfinement sur la conductivité des nanotubes de polymères constituera un point crucial du projet.

Contexte de travail

Le laboratoire IMP (Ingénierie des Matériaux Polymères) est une unité mixte de recherche du CNRS (UMR CNRS 5223), localisée sur trois sites de l'Université de Lyon : l'INSA de Lyon, l'Université Lyon 1 et l'Université Jean Monnet de St Etienne. Le laboratoire associe près de 250 personnes, dont 86 permanents et plus de 150 doctorants et post-doctorants, autour de la thématique des matériaux polymères. L'originalité de ses recherches est de mener des études sur les aspects fondamentaux et de compréhension, liés aux propriétés applicatives, de la synthèse de nouvelles macromolécules ou d'architectures macromoléculaires à la formulation des polymères, à leur élaboration et à leur caractérisation, à travers une forte collaboration avec le monde socio-économique autour de grands enjeux sociétaux. L'IMP est un acteur majeur de la recherche française et européenne dans le domaine des matériaux polymères.

On en parle sur Twitter !