En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant (H/F) Perception des éoliennes par les oiseaux

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5175-OLIDUR-002
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : jeudi 23 juillet 2020
Nom du responsable scientifique : Olivier Duriez, Francesco Bonadonna
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'objectif de cette étude est de comprendre comment les oiseaux perçoivent les éoliennes, afin d'adapter les éoliennes pour les rendre plus détectables par les oiseaux et, éventuellement, pouvoir se passer de dispositifs de détection/effarouchement coûteux et peu efficaces. En complément, cette étude vise aussi à déterminer si des dispositifs d'effarouchement visuels seraient plus efficaces à grande distance que des avertisseurs sonores, et possiblement les remplacer. Ce projet de thèse de doctorat propose d'étudier ces différents éléments via 3 axes de recherche :
1. Perception du mouvement rotatif par les oiseaux
2. Perception des contrastes entre les éoliennes et l'environnement par les oiseaux
3. Effarouchement de type visuel
Ces travaux reposeront en majorité sur des expériences de tests comportementaux (parfois avec du conditionnement opérant) avec des oiseaux en captivité, grâce à la collaboration de parcs zoologiques ou de centres de sauvegarde de faune sauvage. Quelques tests pourront être réalisés également en nature (axe 3).
A l'issue de cette thèse, il sera peut-être possible d'améliorer à moindre coût les éoliennes afin de les rendre davantage compatibles avec la conservation de la biodiversité aviaire.

Contexte de travail

Le laboratoire d'accueil (CEFE) mettra à disposition de la doctorante un bureau et du matériel informatique. Par ailleurs, le CEFE dispose d'une plateforme technique qui peut réaliser tout type de dispositif expérimental nécessaire. Enfin, le CEFE dispose de volières accueillant des mésanges bleues, permettant de faire une partie des expériences sur place. Il sera possible également de capturer certaines espèces de passereaux (verdiers, pinsons, moineaux ou fauvettes) sur le terrain d'expériences du CEFE.
Pour le reste des expériences, la doctorante devra se déplacer entre plusieurs sites, essentiellement des parcs zoologiques, des voleries (parcs de rapaces) ou des centres de soin de faune sauvage, partenaires du projet, qui mettront à disposition leurs animaux, des installations (volières), et des agents permettant de réaliser les tests expérimentaux dans les meilleures conditions.
Les expériences d'effarouchement seront réalisées avec les experts de la société Airbird, détenteurs du brevet d'effarouchement avec les « looming eyes ». Ce système d'effarouchement étant installé sur une remorque, il sera possible de le déplacer sur plusieurs sites expérimentaux, en milieu naturel.

Contraintes et risques

pas de risque particulier

On en parle sur Twitter !