En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre CPJ-2022-014 - Intelligence artificielle en sciences humaines et sociales H/F

Chaire de professeur Junior : IASHS

Intelligence artificielle en sciences humaines et sociales H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
FrenchEnglish

Date limite de dépôt des candidatures : 31/08/2022

Informations générales

Date de publication : 20/05/2022
Type de contrat : Chaire de professeur Junior
L’IR/TGIR/SNO impliqué : Huma-Num
Durée du contrat : 4 ans. A son terme, le titulaire du contrat a vocation à être titularisé dans le corps des directeurs de recherche.
Date d'embauche prévue : 01/12/2022
Rémunération : Rémunération brute annuelle de 54 600 Euros à 57 800 Euros selon l’expérience professionnelle
Environnement Financier : 320 000 € pour la durée du projet

Thématique scientifique

Intelligence artificielle et SHS

Stratégie d’établissement

Ce profil correspond à une priorité de l’établissement et spécifiquement pour l’InSHS, à un double focus : a) méthodologique sur les enjeux de quantification et données massives, formalisation et conceptualisation, sciences sociales et computationnelles humanités numériques appuyées par l’IA. b) thématique : sur l’IA et les SHS et les enjeux d’usage liés aux transitions numériques et à l’IA;et à un défi sociétal du COP. Les méthodes IA restent techniquement difficiles d’accès et épistémologiquement exigeantes à saisir, ce profil vise à accompagner le développement d’une expertise SHS de haut niveau capable d’avoir un effet d’entrainement pour les communautés.

Sections CNU correspondantes : 05-06-07-08-17-19/ CoNRS : 32-34-35-36-37

Stratégie du/des laboratoires d’accueil

Les potentiels laboratoires d’accueil sont les suivants : - UMR 9194 - Centre de Recherche en Economie et Statistique (CREST), - UMR 7220 - Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), - UMR 8554 - Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique (LSCP), - UMR 8094 - Langues, Textes, Traitements informatiques et Cognition (Lattice), - UMR 7049 - L’Observatoire sociologique du changement (OSC), - UPR 841 - Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT), - UPR 2000 - Centre Internet et société (CIS), - UAR 3611 - Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France (ISC-PIF). Ces Laboratoires relèvent de plusieurs domaines disciplinaires : mondes anciens et médiévaux, philosophie, économie, sociologie. Ils ont été choisis en fonction de : a) leur positionnement clé pour les humanités numériques ou les sciences computationnelles, le développement des sciences sociales computationnelles et l’usage des données massives en linguistique et en économie. et b) de leur inscription dans un contexte académique qui a également fait de l’IA une priorité. Ils sont en co-tutelle avec des établissements avec lesquels l’InSHS souhaite développer des relations privilégiées sur cet objet de recherche.

Résumé du projet scientifique

Les SHS se confrontent désormais aux données massives (développements statistiques et économétriques, grands jeux/ensembles de données, données sémantiques, etc.) imposant des problématiques spécifiques de production et de stockage comme un rôle central des sciences des données et le développement de techniques fondées sur l’apprentissage machine. En humanités numériques et en sciences sociales computationnelles, il s’agit alors d’accompagner les méthodes émergentes de l’intelligence artificielle (IA) pour la fouille des données, ce qui suppose un saut quantitatif dans le besoin en ressources humaines et techniques, les méthodes IA restent techniquement difficiles d’accès et épistémologiquement exigeantes. Au-delà des transformations dans les méthodologies des disciplines qu’elle induit, l’IA est une thématique sociétale aux multiples aspects, éthiques, économiques et sociaux qu’il importe d’étudier comme un aspect déterminant du tournant numérique.

Résumé du projet d’enseignement/d’observation

L’enseignement sera discuté en fonction du site où le ou la lauréate sera affecté(e).
Il/elle s’impliquera sur chaque site dans des parcours existants.
Les UPR mentionnées dans les laboratoires d’accueil potentiels proposent des formations très spécialisées et correspondent à des compétences rares, internationalement reconnues, qui constituent un programme d’enseignement (par. ex. les stages d’initiation de l’IRHT, https://www.irht.cnrs.fr/fr/formation/les-stages).

Diffusion scientifique

La diffusion des résultats passera par des productions scientifiques (publications, logiciels, patents…) de niveau mondial. Par ailleurs, le projet mettra en œuvre une communication vers des cibles diverses telles que communautés scientifiques, médias, décideurs, grand public, scolaires, etc., avec un calendrier adapté. Des outils spécifiques pourront être développés comme des sites web, des newsletters ou encore des rencontres, colloques internationaux, écoles d’été et conférences.

Science ouverte

Le CNRS développe une politique forte en faveur de la science ouverte. La science ouverte consiste à rendre « accessible autant que possible et fermé autant que nécessaire » les résultats de la recherche. À ce titre, le CNRS vise à ce que 100 % des textes des publications issues des travaux de ses unités soient rendues accessibles, notamment grâce au dépôt dans HAL. Les données produites doivent aussi être rendues disponibles et réutilisables, sauf restriction particulière. Par ailleurs, les principes directeurs de l’évaluation individuelle sont revus en conformité avec la déclaration DORA, plus qualitatifs et tenant compte de toutes les facettes du métier de chercheur

Science et société

La relation science-société est désormais reconnue comme une dimension à part entière de l'activité scientifique.Le projet développera cette dimension en synergie avec tous les partenaires. Les travaux de recherche qui en seront issus contribueront à éclairer la décision publique. Des initiatives de sciences participatives pourront être initiée avec des acteurs de l’eco-système socioéconomique et culturel du projet.

Indicateurs

L’activité sera évaluée notamment sur la base de la production scientifique (publications, logiciels, patent, etc.), sur les partenariats institutionnels et privés formalisés par des contrats, sur le rayonnement international, sur la valorisation des travaux vers des communautés scientifiques pluridisciplinaires, sur l’innovation et son transfert vers la société et sur la diffusion scientifique à destination de publics non spécialistes.

Mots clés

Intelligence artificielle, données massives, humanités numériques, sciences
sociales computationnelles