En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre CPJ-2022-013 - Suivi eT ANalyse De la vARiabilité De la Stratosphère H/F

Chaire de professeur Junior : STANDARDS

Suivi eT ANalyse De la vARiabilité De la Stratosphère H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
FrenchEnglish

Date limite de dépôt des candidatures : 31/08/2022

Informations générales

Date de publication : 20/05/2022
Type de contrat : Chaire de professeur Junior
Section du CoNRS : 19 - Système Terre : enveloppes superficielles
L’IR/TGIR/SNO impliqué : IR ACTRIS / SNO NDACC / Equipex+ OBS4CLIM
Durée du contrat : 3 ans. A son terme, le titulaire du contrat a vocation à être titularisé dans le corps des directeurs de recherche.
Date d'embauche prévue : 01/12/2022
Rémunération : Rémunération brute annuelle de 54 600 Euros à 57 800 Euros selon l’expérience professionnelle
Environnement Financier : 200 000 € pour la durée du projet

Thématique scientifique

Variabilité du système climatique

Stratégie d’établissement

Le recrutement de chercheurs fortement impliqués dans l’animation et la conduite des dispositifs d’observation pérenne de l’univers et de la planète Terre est un enjeu majeur pour le CNRS et la recherche académique. La chaire STANDARDS vise à soutenir et à développer des actions d’observations de la composition atmosphériques résolues en altitude (profils) par des moyens de télédétection actives (LIDAR) depuis plus de 25 ans. Labellisées à travers le Services National d’Observation NDACC et structurées au sein de l’infrastructure de recherche ACTRIS en France et l’ERIC ACTRIS à l’Europe, les observations LIDAR constituent une des contributions les plus avancées à l’observation de la composition atmosphérique. L’excellence de la contribution française est reconnue internationalement. Le CNRS-INSU s’est engagé dans la pérennisation de cette excellence en investissant dans les ressources instrumentales : un effort concerté sans précédent – le Groupe Opérationnel National LIDAR – vise à assurer la jouvence de l’ensemble des instruments LIDAR d’observation des sites labélisés ACTRIS de l’Observatoire de Haute Provence et de l’observation du Maido à la Réunion. Cette chaire conforte cet investissement du point de vue des ressources humaines. L’enjeu est de recruter un chercheur-observateur instrumentaliste impliqué dans l’exploitation des données qui vienne accompagner la structuration nationale et européenne de l’IR ACTRIS.

Stratégie du/des laboratoires d’accueil

Le LATMOS s’intéresse aux processus dynamiques, radiatifs et chimiques responsables de la variabilité de l’atmosphère, depuis la surface jusqu’à la haute atmosphère. Les recherches conduites au laboratoire s’appuient en premier lieu sur des observations originales obtenues à l’aide d’instruments déployés au sol ou sur des plateformes aéroportées ou spatiales. Le LATMOS travaille étroitement avec le CNES, sa tutelle secondaire, qu’il s’agisse de concevoir ou de réaliser une instrumentation innovante pour l’exploration du système solaire, ou de participer au segment sol des validations des grandes missions spatiales d’observation de la Terre. Le laboratoire possède une expertise reconnue internationalement dans le domaine de la télédétection active (LIDAR). Le LATMOS est l’un des initiateurs du réseau d’observation NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Change) qui suit l’évolution de l’ozone, de la température et des particules stratosphérique depuis bientôt quatre décennies, et qui participe à la validation de missions satellites d’observation de la Terre. Le réseau NDACC est aujourd’hui un Service National d’Observation labellisé par le CNRS-INSU. Ces dernières années deux chercheurs du laboratoire attachés à cette filière d’excellence sont partis à la retraite. Deux autres partiront dans les cinq années qui viennent. Il devient urgent de recruter un chercheur capable de reprendre les activités de suivi de la variabilité de la moyenne atmosphère, d’autant plus que les recherches dans ce domaine se sont fortement renouvelées ces dernières années au travers de l’étude de l’impact des cendres volcaniques et des feux de biomasse de grande ampleur sur la stratosphère.

Résumé du projet scientifique

La chaire de professeur junior vise d’une part à coordonner au niveau du laboratoire les recherches dans le domaine de la variabilité de la stratosphère, d’autre part à les articuler avec celles des autres groupes de recherches actifs dans ce domaine au niveau national et international. Il s’agit d’une contribution majeure à l’étude de l’évolution en cours du système climatique. De masse réduite, la stratosphère est en effet aisément perturbée par les éruptions volcaniques de grande ampleur, un fait connu depuis longtemps et sans lien avec les activités humaines, mais aussi par les feux de biomasse majeurs, pour partie induits par le changement climatique en cours. L’injection à haute altitude et depuis le sol de particules et de vapeur d’eau modifient les propriétés chimiques et radiatives de la stratosphère, affectant sa dynamique et son couplage au système climatique global jusqu’à la température de surface. Il convient donc de bien comprendre l’évolution de l’atmosphère moyenne pour estimer l’impact des activités humaines sur le système climatique et prédire son évolution. Pour cela, il est judicieux de s’appuyer sur des observations très bien résolues depuis le sol, avec le souci de les coupler avec celles obtenues depuis l’espace, et dont la couverture spatiale est inégalée.

Résumé du projet d’enseignement/d’observation

Le service prévu au titre de l’enseignement dans le cadre de la chaire sera effectué sous la forme de « missions d’observation » au sein de l’université de rattachement. Une convention sera signée pour reconnaitre localement ce service d’observation dans le référentiel d’activité des enseignants chercheurs. Cette mission d’observation consistera principalement opérer les instruments LIDAR, à assurer la continuité des longues séries de données de la composition atmosphérique sur les colonnes verticales depuis les observatoires OHP et/ou Maido dans le cadre de l’IR ACTRIS au profit des services nationaux d'observation du NDACC. Le professeur recruté aura aussi pour mission de coordonner et de développer les actions de formations conduites sur les sites français du réseau NDACC.

Diffusion scientifique

Il est attendu que le titulaire de la chaire maintienne un niveau de publication dans des revues scientifiques de rang A mais aussi produise ou/et contribue à la production de longue série de données identifiées par des DOI.

Science ouverte

Le projet est pleinement inclus dans une infrastructure de recherche et dans un SNO dont les critères de labellisation comprennent la science ouverte. La production scientifique du titulaire de la chaire sera entièrement ouverte. Les données d’observation produites seront intégralement compatibles avec les principes FAIR et portées par le pôle de données national AERIS composante de l’IR DataTerra.

Science et société

Le projet participe de la réponse à la demande sociétale dans de multiples domaines : le changement climatique, le suivi de reconstitution de la couche d’ozone stratosphérique, l’anthropisation de la haute atmosphère, le suivi des conséquences à grande échelle d’évènements massifs (mégafeux, éruptions volcaniques, évènement de poussière…). Dans ce contexte, il est attendu que le titulaire de la chaire mette en place une communication grand public à la fois porteuse de sens sur ces enjeux, mais aussi donnant à voir les retombées scientifiques de l’activité d’observation atmosphérique. Les données produites dans le cadre de cette chaire viendront pourront également contribuer au développement de services climatiques, à l’amélioration des prévisions météorologiques ainsi qu’à la gestion de certaines crises, en lien par exemple avec les éruptions volcaniques majeures ou les feux de grande ampleur

Indicateurs

L’activité sera évaluée notamment sur la base de la production scientifique (publications, logiciels, patent, etc.), sur les partenariats institutionnels et privés formalisés par des contrats, sur le rayonnement international, sur la valorisation des travaux vers des communautés scientifiques pluridisciplinaires, sur l’innovation et son transfert vers la société et sur la diffusion scientifique à destination de publics non spécialistes.

Mots clés

observation / atmosphère / stratosphère / télédétection / ozone