En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre CPJ-2022-005 - Intelligence Artificielle pour l’Ingénierie H/F

Chaire de professeur Junior : IAM

Intelligence Artificielle pour l’Ingénierie H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
FrenchEnglish

Date limite de dépôt des candidatures : 31/08/2022

Informations générales

Laboratoires d'accueil : PIMM - Procédés et Ingénierie en Mécanique et Matériaux
Date de publication : 20/05/2022
Type de contrat : Chaire de professeur Junior
Section du CoNRS : 9 - Ingénierie des matériaux et des structures, mécanique des solides, biomécanique, acoustique
Durée du contrat : 4 ans. A son terme, le titulaire du contrat a vocation à être titularisé dans le corps des directeurs de recherche.
Date d'embauche prévue : 01/12/2022
Rémunération : Rémunération brute annuelle de 54 600 Euros à 57 800 Euros selon l’expérience professionnelle
Environnement Financier : 350 000 € pour la durée du projet

Thématique scientifique

Intelligence artificielle, sciences mécaniques

Stratégie d’établissement

La chaire a pour objectif de développer des travaux de recherche en vue d’adapter et d’intensifier l’utilisation des concepts issus de l’Intelligence Artificielle dans les Sciences Mécaniques pour accélérer, par exemple, le développement de nouveaux matériaux architecturés dans une démarche de "materials by design". Cette chaire CNRS de nature interdisciplinaire pourra s’inscrire à l’interface des instituts du CNRS des sciences de l'ingénierie et des systèmes (INSIS) et de la chimie (INC), en lien également avec sa Mission pour les Initiatives Transverses et Interdisciplinaires (MITI).
Son contenu sera en droite ligne avec le Contrat d'Objectifs et de Performance (COP) du CNRS, d’une part au cœur d’un des grands défis sociétaux, « intelligence artificielle », d’autre part avec une de ses orientations prioritaires thématiques, « materials by design ». C’est également à ce titre et pour ces deux objectifs majeurs que le CNRS est co-porteur (avec le CEA) du PEPR labellisé DIADEM, « Dispositifs intégrés pour l’accélération du déploiement de matériaux émergents » par l’utilisation intensive de la gestion, la fouille de données et l’intelligence artificielle. Cela correspond également à la stratégie des deux établissements universitaires impliqués, l'Université Paris-Saclay et Arts & Métiers, qui sont partie prenantes de DIADEM au sein du projet ciblé nommé ADAM, « Accelerated Design of Architectured Materials ».

Stratégie du/des laboratoires d’accueil

Les deux laboratoires visés sont deux grands laboratoires de la région parisienne à la reconnaissance et à la visibilité internationale établies en sciences mécaniques. Le premier, le Laboratoire de Mécanique de Paris-Saclay (LMPS, CNRS/Univ. Paris-Saclay/CentraleSupélec/ENS Paris-Saclay) est tout particulièrement leader en mécanique expérimentale, notamment avec ses chercheurs de l’équipe Comportement des Matériaux, Modélisation, Expérimentation et Théorie (COMMET). Le second, le Laboratoire Procédés et Ingénierie en Mécanique et Matériaux (PIMM, CNRS/Arts & Métiers Sciences et Technologies) est quant à lui visible pour son expertise incontestée en mécanique numérique accélérée, notamment avec ses chercheurs de l’équipe DYnamique Structures Systèmes et Contrôle (DYSCO). Ces deux laboratoires sont des piliers de la Fédération CNRS Francilienne de Mécanique – Matériaux, Structures, Procédés (F2M).
Au travers de ces deux équipes, le LMPS et le PIMM ont une priorité affichée pour mettre en œuvre les outils et méthodes associées à la fouille de données et à l’intelligence artificielle dans les sciences mécaniques qu’ils développent. Ils sont membres du projet ciblé ADAM du PEPR DIADEM. L’un des chercheurs du PIMM est co-PI d’ADAM. Enfin, un membre du LMPS et un membre du PIMM sont porteurs du futur groupement de recherche (GdR) CNRS I-GAIA, portant sur l’Ingénierie auGmentée par la donnée, l’Apprentissage et l’IA.
Ainsi, il s'agit d'accompagner et de renforcer l’une de ces équipes de recherche par une chaire de professeur junior CNRS sur l’ «Intelligence Artificielle pour les Sciences et l’Ingénierie Mécaniques » .

Résumé du projet scientifique

Dans de nombreux domaines des sciences pour l'ingénieur, le potentiel de l'Intelligence Artificielle pour accélérer les processus de recherche est probant mais encore peu exploité dans nos laboratoires de sciences mécaniques. Dans ce contexte, ce profil de poste de chaire de professeur junior CNRS vise à introduire, mettre en œuvre et développer les concepts, méthodes et outils proposés par l'intelligence artificielle au sein des sciences mécaniques pour l'ingénieur, qu'elles soient à dominantes (i) expérimentale, comme l'imagerie 3D et/ou les mesures de champs cinématiques ou thermiques au cours d'essais mécaniques en environnement contrôlés, afin d'identifier les propriétés des matériaux ou (ii) numérique, comme les calculs et le design de micro ou mesostructures ou bien encore la simulation numérique multi-physique des procédés de mise en forme des matériaux. Ainsi, il s'agit d'accompagner et de renforcer des équipes de recherche ayant le leadership dans leur domaine à l'échelle internationale et ayant introduit dans leurs approches l’intelligence artificielle : au sein (a) du Laboratoire de Mécanique de Paris-Saclay (LMPS, CNRS/Univ. Paris-Saclay/CentraleSupélec/ENS Paris-Saclay) pour le premier cas et ce, dans l’équipe COMMET, (b) du Laboratoire Procédés et Ingénierie en Mécanique et Matériaux (PIMM, CNRS/Arts & Métiers Sciences et Technologies) pour le second, dans l’équipe DYnamique Structures Systèmes et Contrôle (DYSCO).

Résumé du projet d’enseignement/d’observation

La chaire CNRS se déploiera en partenariat pédagogique avec l’Université Paris-Saclay (CentraleSupélec/ENS Paris-Saclay) ou Arts & Métiers par le biais de cours mis en place sur l’intelligence artificielle pour la mécanique. Ces cours seront ouverts à un large public.
Par le biais du GdR GAIA, des écoles thématiques seront également mises en place pour former jeunes et moins jeunes chercheurs aux concepts de l’IA en sciences mécaniques.

Diffusion scientifique

La diffusion des résultats passera par des productions scientifiques (publications, logiciels, patents…) de niveau mondial. Par ailleurs, le projet mettra en œuvre une communication vers des cibles diverses telles que communautés scientifiques, médias, décideurs, grand public, scolaires, etc., avec un calendrier adapté. Des outils spécifiques pourront être développés comme des sites web, des newsletters ou encore des rencontres, colloques internationaux, écoles d’été et conférences.

Science ouverte

Le projet s’inscrit dans une démarche de science ouverte. Les travaux seront systématiquement pré-publiés sur HAL (cf. politique du CNRS) et sur un site internet spécialement dédié à la chaire en lien avec les services communication des délégations régionales du CNRS, de la Mission pour les Initiatives Transverses et Interdisciplinaires (MITI) du CNRS et de l’Université Paris-Saclay ou Arts & Métiers. Les revues en Open Access seront favorisées.

Science et société

Le projet s’inscrit dans la dynamique en faveur d’une science avec et pour la sociéte avec pour objectif que des actions de médiation et de dissémination soient conduites dans les projets de recherche avec 2 enjeux :
- Construire une coopération effective et efficace entre les sciences et la sociéte? en développant l’appétence de la société pour les problématiques scientifiques liées à la chaire, notamment en faisant mieux connaître les connaissances acquises dans le domaine;- Rendre les sciences plus attractives (notamment pour les jeunes) et attirer de nouveaux talents scientifiques sur le domaine de l’IA qui est au centre des attentions des décideurs et du public.

Indicateurs

L’activité sera évaluée notamment sur la base de la production scientifique (publications, logiciels, patent, etc.), sur les partenariats institutionnels et privés formalisés par des contrats, sur le rayonnement international, sur la valorisation des travaux vers des communautés scientifiques pluridisciplinaires, sur l’innovation et son transfert vers la société et sur la diffusion scientifique à destination de publics non spécialistes.

Mots clés

Intelligence artificielle, sciences mécaniques