En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR9012-REJBOD-028 - Ingénieur de recherche en chimie (analytique, électrochimie, des matériaux) - H/F

Ingénieur de recherche en chimie (analytique, électrochimie, des matériaux) - H/F


Date Limite Candidature : mardi 11 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR9012-REJBOD-028
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : mardi 20 avril 2021
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 30 mois
Date d'embauche prévue : 1 juillet 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2510€ et 2694€ brut mensuel selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Recherche en laboratoire sur les ciments et sur la corrosion des métaux dans des ciments.
Le travail de l'ingénieur-e sera focalisé sur la gestion de déchets métalliques dans une nouvelle matrice de conditionnement, les ciments phosphomagnésiens (MPC). Deux missions principales seront à mener : (1) diminuer le coût de ces ciments, actuellement préparés à partir de réactifs de qualité analytique et donc coûteux, (2) étudier la corrosion du fût en acier en contact avec ces ciments.

Activités

Analyser, exploiter, valider et interpréter les résultats
Diffuser et valoriser les résultats de recherche
Pour mener à bien ces missions, l'ingénieur-e devra d'une part déterminer les propriétés mécaniques des MPC préparés selon différentes formulations (réactif MgO de différentes qualités et de différentes granulométries, et différents additifs à plusieurs concentrations). D'autre part, il s'agira de déterminer la réactivité de l'acier dans les MPC et évaluer la corrosion galvanique entre ce fût et les déchets métalliques (Al) incorporés dans les ciments. Ces études de corrosion seront réalisées dans les ciments mais aussi dans des solutions de compositions chimiques proches des solutions porales des MPC.

Compétences

Chimie (connaissance approfondie)
Sciences des matériaux (connaissance approfondie)
Techniques d'élaboration des matériaux (connaissance approfondie)
Techniques de caractérisation de matériaux (connaissance approfondie)
Techniques d'analyse chimique (connaissances générales)
Outils mathématiques et informatique nécessaire à l'exploitation des résultats
Langue anglaise : B2 à C1 (cadre européen commun de référence pour les langues)
Travailler en équipe
Le/la candidat-e devra être titulaire d'un diplôme de doctorat de recherche en énergie nucléaire, électrochimie, chimie analytique ou chimie des matériaux. Le poste nécessite de solides connaissances de chimie en solution aqueuse ou non-aqueuse, calculs thermodynamiques, électrochimie, chimie des matériaux (techniques de caractérisation de surface).
Le/la candidat-e devra aussi avoir de bonnes aptitudes de communication orale et écrite (en français ET en anglais) pour présenter ses résultats au cours des réunions de travail du laboratoire, du projet européen et dans des congrès internationaux ainsi que pour rédiger les livrables attendus du projet européen, des articles dans des revues scientifiques. Nous recherchons un-e candidat-e qui saura s'impliquer dans son projet, intéressé-e par les problématiques de la gestion des déchets nucléaires au niveau européen, ayant une certaine autonomie et une forte motivation pour développer des compétences dans le domaine du conditionnement des déchets en matrices cimentaires. De plus, le/la candidat-e devra être apte à travailler en équipe en utilisant les différentes techniques mises à disposition pour mener à bien son projet. Il faudra qu'il/elle s'adapte aux différents environnements de travail et qu'il/elle gère ce projet collaboratif.

Contexte de travail

Le laboratoire de Physique des 2 Infinis Irène Joliot-Curie est un laboratoire de physique sous tutelle du CNRS, de l'université Paris-Saclay et de l'université de Paris, créé en 2020 de la fusion des cinq UMR situées sur le campus universitaire d'Orsay. Les thèmes de recherche du laboratoire sont la physique nucléaire, la physique des hautes énergies, les astroparticules et la cosmologie, la physique théorique, les accélérateurs et les détecteurs de particules ainsi que les recherches et développements techniques et applications associées pour l'énergie, la santé et l'environnement. La structure dispose de capacités techniques très importantes (environ 280 ingénieurs et techniciens) dans tous les grands domaines requis pour concevoir, mettre au point et en œuvre les dispositifs expérimentaux nécessaires à son activité scientifique : mécanique, électronique, informatique, instrumentation, techniques d'accélération, techniques de la biologie, radiochimie et physique et chimie pour l'énergie nucléaire. Ces forces techniques représentent un atout de premier plan pour la conception, le développement et l'utilisation des instruments nécessaires (accélérateurs et détecteurs).
Ce contrat sera effectué dans le cadre du projet européen PREDIS. Il sera réalisé dans le pôle Energie et Environnement de IJCLab, dans l'équipe CHIMèNE (Chimie, Irradiation, Matériaux, Modélisations, Electrochimie pour le Nucléaire et l'Environnement) en collaboration avec ORANO. Le projet est divisé en deux parties. L'objectif de la première partie est de diminuer le coût d'une nouvelle matrice de conditionnement constituée de ciments phosphomagnésiens. Pour cette partie, l'ingénieur-e profitera essentiellement de l'expertise de ORANO et de IJCLab sur les déchets nucléaires et les matrices de conditionnement. Une collaboration sera mise en place avec le CEA Marcoule (Bagnols-sur-Cèze) pour caractériser les ciments préparés selon différentes formulations (chaleur d'hydratation, temps de prise, résistance mécanique…). La deuxième partie sera consacrée à la réactivité du fût en acier au contact de ces ciments phosphomagnésiens. Ce travail sera réalisé à IJCLab selon une démarche scientifique développée ces dernières années en menant en parallèle des études dans des solutions de compositions chimiques proches de celles des solutions porales des ciments phosphomagnésiens et des études in situ dans ces ciments. L'équipe de IJCLab travaille depuis 2012 sur le conditionnement des déchets nucléaires dans des matrices cimentaires et a pu mettre en place l'équipement nécessaire pour mener à bien ces études (potentiostats, chromatographie en phase gazeuse, ICP/AES, DRX, microscope confocal). Les codes de simulation nécessaires à l'interprétation des résultats expérimentaux ont également été développés.

Contraintes et risques

Ce travail s'inscrit dans un projet européen pour lequel un calendrier des tâches a été programmé. L'ingénieur-e devra donc suivre le calendrier du projet européen et notamment être capable de proposer aux autres partenaires une formulation bas coût pour ces ciments en septembre 2022.
Le travail sera principalement réalisé à IJCLab (Orsay) mais des missions de quelques jours sont à prévoir au CEA Marcoule. Les frais de mission seront pris en charge par le laboratoire.

Informations complémentaires

Les candidatures devront inclure un CV détaillé ; une lettre de motivation ; un résumé du manuscrit de thèse.
Le poste étant situé dans une ZRR (zone à régime restrictif), le recrutement est conditionné par l'obtention d'un avis favorable du HFSD (Haut Fonctionnaire Sécurité Défense). En conséquence, la date de prise de fonction est précisée à titre indicatif et pourra être décalée.

On en parle sur Twitter !